Rouy-le-Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouy (homonymes).
Rouy-le-Petit
Saint-Éloi.
Saint-Éloi.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes de l'Est de la Somme
Maire
Mandat
André Salome
2014-2020
Code postal 80190
Code commune 80684
Démographie
Gentilé Rouyssiens
Population
municipale
119 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 26″ nord, 2° 56′ 59″ est
Altitude Min. 52 m – Max. 77 m
Superficie 3,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Rouy-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Rouy-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouy-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouy-le-Petit

Rouy-le-Petit est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville la plus importante aux alentours est Saint-Quentin, à 26 km. Nesle se trouve à seulement un kilomètre.

Géologie, hydrographie, relief[modifier | modifier le code]

Un sol argilo-siliceux recouvre un sous-sol perméable sur la majeure partie du territoire.

La plaine est inclinée au nord-ouest et au nord.

L'Ingon est le cours d'eau principal avec son affluent le Petit-Ingon. Prairies, herbages ou oseraie couvrent la vallée.

Une nappe alimentant les puits se situe à 10 mètres de profondeur.

La fontaine publique est alimentée par une source[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rouy-le-Grand Rouy-le-Grand Rose des vents
Nesle N Voyennes
O    Rouy-le-Petit    E
S
Hombleux Languevoisin

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ruit, Rouher, Roïacum, le nom du village serait d'origine gauloise, lié à la présence de l'Ingon et signifierait « rouissage ». En 1218, le cartulaire d'Ourscamp mentionne Petit-Rouy[1]. On trouve aussi Roi-le-Petit, Roy, puis Rouï[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le XIIIe siècle, on relève mention de la première église.

Antoine de La Fons, seigneur du lieu, est chambellan et bouteiller du Vermandois en 1567[1].

Antoine Bourdin est clerc séculier en 1685.

L'école est bâtie en 1764. Elle a coûté 191 livres et 11 sols. La commune prend en charge 95 livres et 11 sols, la fabrique règle les 96 livres restantes.

En 1788-1789, les impositions sont arrivées au double de ce qu'elles étaient auparavant : la misère est grande[1].

À la Révolution, les marais et les terres qui avaient été enlevées par le seigneur, sont rendus aux habitants[1].

À la suite de l'incendie du moulin à eau, le village ne dispose plus de la force hydraulique en 1899[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
André Salome UMP
puis LR[2]
Agriculteur
Président de la CC du Pays Neslois (2001 → 2016)
Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 119 habitants, en diminution de -7,03 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
176 153 188 208 192 194 221 224 219
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
204 202 235 202 195 180 179 170 182
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
174 196 196 132 159 151 141 110 141
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
139 117 126 107 104 125 127 124 119
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 1899, le hameau de Bis-Pont compte 14 habitants[1]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Éloi, toute en brique rouge.
  • Stèle commémorative faisant office de monument aux morts[9].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h <Notice historique et géographique réalisée par l'instituteur, M. Cagnard et l'élève Maurice Patté, 1899, Archives départementales, Amiens
  2. « Les élus Républicains, prêts pour la primaire », Le Journal de Ham, no 46,‎ , p. 4 « André Salomé, président de la communauté de communes : «À ce jour mon cœur balance entre François Fillon et Nicolas Sarkozy, Fillon pour son programme et Sarkozy pour sa volonté ».
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 15 mars 2009)
  4. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. http://www.lesmortspourlafrance80.fr/rouygrand%20rouypetit/rouy.htm