Brouchy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brouchy
Brouchy
Mairie.
Blason de Brouchy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes de l'Est de la Somme
Maire
Mandat
Marc Barbier
2014-2020
Code postal 80400
Code commune 80144
Démographie
Gentilé Brouchissois, Brouchissoises
Population
municipale
519 hab. (2016 en diminution de 8,14 % par rapport à 2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 43′ 04″ nord, 3° 06′ 05″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 94 m
Superficie 8,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Brouchy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Brouchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brouchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brouchy
Liens
Site web http://www.brouchy.fr/

Brouchy est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ham Sommette-Eaucourt Rose des vents
Muille-Villette N Sommette-Eaucourt
O    Brouchy    E
S
Golancourt
Oise
Berlancourt
Oise
Villeselve
Oise

Le village est situé à quatre kilomètres au sud de Ham, à la limite du département de la Somme, vers l'Aisne et l'Oise, au milieu de prairies[1].

Il est limité au nord par la ligne d'Amiens à Laon, et est aisément accessible par les anciennes routes nationales RN 337 (actuelle RD 937) et RN 32 (actuelle RD 932).

Entrée du village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France (ligne no 53, Roye - Esmery-Hallon - Ham)[2].

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune comprend un hameau, Aubigny.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est baigné par le ruisseau de Bayne ou Beyne, affluent de la rive gauche de la Somme, dans laquelle il se jette à Ham.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Brouchy, Brociacum et Bruciacum, est désigné sous la dénomination de Bruci en 1135, Broci en 1169. Brouci en 1355, puis Bruchy et Brouchi dans les siècles suivants.

L'origine de ce lieu appartiendrait à l'époque gauloise, si l'on peut en rapporter l'étymologie au mot celtique Bruch, qui signifie marécage, endroit bas et humide[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier monument historique où il soit fait mention de Brouchy est une charte du concernant une terre et une hostise accordées à l'abbaye Saint-Éloi de Noyon au village de Brouchy : terram et hospitem unum apud Bruci[1].

En 1170, Raoul de Brouchy, chevalier, confirme à l'abbaye de Ham la terre de Brouchy[1].

Mort en 1305, Jean, sire d'Aubigny, repose dans l'église comme en atteste la pierre tombale sculptée d'un heaume rabattu et ajouré[3],[4],[5]

Première Guerre mondiale

Pendant une partie de la guerre, la commune est occupée par l'armée allemande, qui y installe une Kommandantur[6]. L'occupant détruit systématiquement le village[7],[8],[9].

À la fin de la guerre, la commune est considérée comme totalement détruite[10]. Elle a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [11].

Seconde Guerre mondiale

Brouchy a été également décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze, par décret du [12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Péronne du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

La commune fait partie depuis 1793 du canton de Ham[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune fait toujours partie, est modifié, passant passe de 19 à 67 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays Hamois, qui succédait au district de Ham, créé en 1960, que Brouchy avait rejoint en 1961.

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, prévoyant que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[14], le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) arrêté par le préfet de la Somme le 30 mars 2016 prévoit notamment la fusion des communautés de communes du Pays Hamois et celle du Pays Neslois, afin de constituer une intercommunalité de 42 communes groupant 20 822 habitants, et précise qu'il « s'agit d'un bassin de vie cohérent dans lequel existent déjà des migrations pendulaires entre Ham et Nesle. Ainsi Ham offre des équipements culturels, scolaires et sportifs (médiathèque et auditorium de musique de grande capacité, lycée professionnel, complexe nautique), tandis que Nesle est la commune d'accueil de grandes entreprises de l'agroalimentaire ainsi que de leurs sous-traitants »[15].

La fusion intervient le et la nouvelle structure, dont la commune fait désormais partie, prend le nom de communauté de communes de l'Est de la Somme[16],[17].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Michel Fagart    
mars 2008[18] En cours
(au 28 novembre 2016)
Marc Barbier écologiste[19] retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[20]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2016, la commune comptait 519 habitants[Note 1], en diminution de 8,14 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474442531442482503461487540
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
539560600585559547552541552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
557571528450495410454488554
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
559612618634635578594572524
2016 - - - - - - - -
519--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, les enfants du village sont scolarisés par un regroupement pédagogique intercommunal géré par un syndicat intercommunal qui regroupe Brouchy et Eppeville[24].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La che 10 km ed'Brouchy (course des 10 km de Brouchy) est organisée depuis 2014. Sa 4e édition a eu lieu en juin 2017[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin[26] comporte des ouvertures romanes, la nef en constitue la partie la plus ancienne.
Elle contient un christ en croix, en bois du XIXe siècle[27], un autel avec gradin, tabernacle et retable en bois, dont la partie la plus ancienne date de la fin du XVIIe siècle[28] et un tableau de retable représentant l'adoration des Mages, de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle[29].
  • Oratoire dédié à la Vierge, de 1958, année mariale[30].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Brouchy Blason De gueules à deux chevrons d'argent accompagnés de trois trèfles d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 22 NO, Laon [Nord-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Decagny, Histoire de Brouchy, 1867.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d <Histoire de Brouchy, d'après l'Abbé Decagny, 1867.
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. dessin dans Société des antiquaires de Picardie. Fondation Edmond Soyez, La Picardie historique et monumentale. tome 6.arrondissement d'Amiens, Amiens, Imprimerie Yvert et Tellier, 1893-1899, 380-490 p. (lire en ligne)
  4. « Pierre tombale d'un seigneur d'Aubigny, début du XIVe siècle, dans l'église de Brouchy. - [Calque d'Oswald Macqueron], extr. du "Bull. de la Soc. Nationale des Ant. de France", 7 juin 1893 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 21 novembre 2017).
  5. « Dalle funéraire de Jean, seigneur d'Aubigny », notice no PM80000380, base Palissy, ministère français de la Culture.
  6. « Brouchy (80) : Ordre allemand, réquisition d'œufs et de beurre : », Académie de Lille : Témoignages divers. Récits et expériences d'instituteurs, d'élèves et d'anciens soldats, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  7. Section photographique de l'armée, « Photo : Brouchy. Destructions systématiques par les Allemands ; la mairie incendiée », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 42, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  8. Section photographique de l'armée, « Photo : Brouchy. Destructions systématiques par les Allemands ; le château détruit ; façade sur les jardins », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 42, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  9. Section photographique de l'armée, « Photo : Brouchy. L'église dans laquelle les Allemands avaient installé un hôpital de campagne », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 42, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 26 novembre 2017).
  10. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  11. Journal officiel du 30 octobre 1920, p. 16879.
  12. « Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945 » [PDF], Mémorial des batailles de la Marne - 51 Dormans, (consulté le 26 novembre 2017), p. 43.
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  15. Projet de SDCI du 13 octobre 2015, p. 20
  16. V.F.; C.La., « Les fusions ne vont pas toutes se faire en douceur », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « Imposée par l’État, la fusion des communautés de communes se fait parfois naturellement. Mais elle engendre aussi des difficultés, comme entre celles de Ham et Nesle ».
  17. « Dernière réunion pour les élus du pays hamois », Le Journal de Ham, no 50,‎ , p. 5 « Éric Legrand peut conclure : « Dans quelques jours, le Pays Hamois cédera définitivement la place à la communauté de communes de l’Est de la Somme : une nouvelle appellation pour un territoire nouveau mais aussi, et surtout, pour une ambition nouvelle ».
  18. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté en 165 juillet 2008)
  19. « Marc Barbier parraine Macron », Le Journal de Ham, nos 10/2017,‎ , p. 19 « Habitué à soutenir les candidats écologistes lors de chaque présidentielle, Marc Barbier (maire de Brouchy) a offert son parrainage à Emmanuel Macron. « De toute façon, je ne suis plus membre d’Europe Écologie Les Verts depuis deux ans, ils sont trop compliqués. ».
  20. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  24. « Le SISCO », École de Brouchy, sur http://www.brouchy.fr, (consulté le 26 novembre 2017).
  25. « La 4e édition de « che 10 km ed'Brouchy », c'est samedi », Le Journal de Ham, nos 22/2017,‎ , p. 19.
  26. « A) Carte postale ancienne : Brouchy : Eglise. - Coll. P.-D. B) Aquarelle : Église de Brouchy. - [Aquarelle d'Oswald Macqueron], d'après nature, 8 mai 1875 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 21 novembre 2017).
  27. « statue : Christ en croix », notice no PM80005445, base Palissy, ministère français de la Culture.
  28. « Autel (maître-autel) avec gradin, tabernacle et retable », notice no PM80005443, base Palissy, ministère français de la Culture.
  29. « Tableau du retable : Adoration des Mages », notice no PM80005444, base Palissy, ministère français de la Culture.
  30. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 276 (ASIN B000WR15W8)