Croix-Moligneaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix.

Croix-Moligneaux
Croix-Moligneaux - église Saint-Médard.
Croix-Moligneaux - église Saint-Médard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes de l'Est de la Somme
Maire
Mandat
Hervé Frizon
2014-2020
Code postal 80400
Code commune 80226
Démographie
Population
municipale
298 hab. (2015 en diminution de 5,1 % par rapport à 2010)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 57″ nord, 3° 00′ 15″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 88 m
Superficie 7,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Croix-Moligneaux

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Croix-Moligneaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Croix-Moligneaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Croix-Moligneaux
Liens
Site web http://www.croix-moligneaux.fr/

Croix-Moligneaux est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Mairie de Croix-Moligneaux
Mairie de Croix-Moligneaux.

Croix-Moligneaux est un village rural picard de plateau du pays Santerre Haute-Somme, proche de la vallée de la SommeVillecourt) et de la vallée de l'OmignonAthies).

La commune est située à 9 km de Ham, 15 km de Péronne, 25 km de Saint-Quentin, 50 km d'Amiens.

Elle est accessible par l'autoroute A29 (Amiens - Saint-Quentin), sortie Athies et est traversée par l'ex-RN 337 (actuelle RD 937).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Croix : Crucibus en 1015, Crois en 1292, Croy en 1567.

Moligneaux : ici se dressait le moulin de Mesnil. Le nom pourrait venir de l’association de moulin et eau (« molin » et « iau » en vieux picard). D'ailleurs il y avait en ces lieux, à l’origine, une source, un étang et un ruisseau (flot Saint-Médard).

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) a installé son PC pour les travaux du canal Seine-Nord à Croix-Moligneaux[1].

Les fouilles archéologiques ont débuté fin septembre 2008 par un sondage diagnostic. Les travaux de construction du canal ne débuteront qu'après des fouilles sur l'ensemble du trajet. Il s'agit du plus important chantier de fouille de France sur 106 km de long et 2 450 hectares à explorer.

En octobre 2009, après une année de fouille sur 10 % de la surface d'emprise plus de cent sites archéologiques ont été découverts par la cinquantaine d'archéologues coordonnés par le PC de Croix-Moligneaux. Les découvertes vont du paléolithique moyen au Moyen Âge.

Le long de la RD 939, près de Marquion, une voie romaine et de nombreuses villas ainsi qu'un monument funéraire de l'âge de bronze ont été repérés.

Croix : le village est bâti sur une colline qui fut couverte de vignes introduites en Gaule sous l'empereur romain Probus.

Un pieu de justice[Quoi ?] se dressait à cet endroit à l'époque gallo-romaine. Le pieu est d'abord connu sous le terme latin de cruces (potences) qui se traduit ensuite en « cruci » (croix).

Le village a déjà la qualité de paroisse sur un document du Xe siècle. Ceci est confirmé en 1015 quand Hardouin de Croÿ fit donation de la terre et de l'autel (altaria de crucibus) aux chanoines de Noyon.

Moligneaux : le hameau de Moligneaux est ce qui reste d’un village ruiné au XVe siècle, Mesnil Saint-Quentin.

Le Tortillard

Le village a été desservi de 1889 à 1948 par une gare sur la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique des chemins de fer départementaux de la Somme reliant Albert à Ham[2].

Première Guerre mondiale

Pendant une partie de la guerre, la commune est occupée par l'armée allemande. L'occupant détruit systématiquement le village[3],[4],[5].

Après sa reconquête, l'armée française communique sur les travaux de remise en état du village[6],[7],[8],[9], en partie par la croix-rouge américaine[10],[11],[12] et de ses champs[13],[14],[15],[16],[17].

À la fin de la guerre, la commune est considérée comme totalement détruite[18]. Elle a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Péronne du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

La commune fait partie depuis 1793 du canton de Ham[20]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune fait toujours partie, est modifié, passant de 19 à 67 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays Hamois, qui succédait au district de Ham, créé en 1960, que Brouchy avait rejoint en 1961.

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, prévoyant que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[21], le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) arrêté par le préfet de la Somme le 30 mars 2016 prévoit notamment la fusion des communautés de communes du Pays Hamois et celle du Pays Neslois, afin de constituer une intercommunalité de 42 communes groupant 20 822 habitants, et précise qu'il « s'agit d'un bassin de vie cohérent dans lequel existent déjà des migrations pendulaires entre Ham et Nesle. Ainsi Ham offre des équipements culturels, scolaires et sportifs (médiathèque et auditorium de musique de grande capacité, lycée professionnel, complexe nautique), tandis que Nesle est la commune d'accueil de grandes entreprises de l'agroalimentaire ainsi que de leurs sous-traitants »[22].

La fusion intervient le et la nouvelle structure, dont la commune fait désormais partie, prend le nom de communauté de communes de l'Est de la Somme[23],[24].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2001 Bernard Brunel[25]    
mars 2001 2014[26] Yves Wilbert    
mars 2014[27],[26] en cours
(au 26 octobre 2017)
Hervé Frizon   Vice-président de la CC de l'Est de la Somme (2017 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[29].

En 2015, la commune comptait 298 habitants[Note 1], en diminution de 5,1 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590523526519517503507485505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506503470481475516496488469
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
425424442288379375351373390
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
349324344289299308307307315
2015 - - - - - - - -
298--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour d'origine s'écroula et fut reconstruite au XVIIe siècle, puis à nouveau, après les destructions[32],[33],[34],[35] de la la Première Guerre mondiale. Le chœur actuel date du XIIIe siècle. Le remarquable porche Renaissance (XVIe siècle) est adossé à la deuxième travée du bas-côté sud. Il s'ouvre par un grand arc de plein-cintre à l'archivolte ornée de losanges. Le portail sud est classé Monument historique[36]
L'intérieur offre de très beaux vitraux, de puissants piliers qui soutiennent une voûte hardie et élevée et un imposant maître-autel en bois, entièrement ouvragé d'élégantes sculptures aux délicats détails de style XVIIe siècle (classé à l'inventaire des monuments historiques).
  • Monument dédié au lieutenant de vaisseau Georges Feltz, aviateur français, et son radio, le second-maître Albert Nelias, abattus sur la commune le par la chasse allemande lors de la bataille de France[37].
  • Vieux colombier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Audinot, né le 23 septembre 1933 à Monchy-Lagache près de Croix-Moligneaux, décédé le 18 avril 1986 à Paris, patron de presse et député de la Somme de 1973 à 1986.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Croix-Moligneaux Blason De gueules à la croix cramponnée vers dextre d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Laurent, Croix-Moligneaux : petits secrets d'histoire, 1015-2015, éditeur : Mairie de Croix-Moligneaux, , 22 p. (ISBN 2955454702).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 22 NO, Laon [Nord-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jennifer Alberts, « Croix-Moligneaux (80): l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives vous ouvre ses portes », France 3 Picardie,‎ (lire en ligne).
  2. « L'histoire du tortillard », Trains, sur http://www.omignon.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  3. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Destructions systématiques par les Allemands ; maison de monsieur Dives-Cuvillier détruite », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  4. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Destructions systématiques par les Allemands ; maison Carbonneau détruite », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  5. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Destructions systématiques par les Allemands ; un coin du village détruit », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  6. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La reconstruction des villages détruits par les Allemands ; boulangerie reconstruite », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 3 décembre 2017).
  7. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La reconstruction des villages détruits par les Allemands : maison de madame Royant reconstruite », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 3 décembre 2017).
  8. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La reconstruction des villages détruits par les Allemands ; hangar restauré », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  9. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La reconstruction des villages détruits par les Allemands ; maison de monsieur Duflos reconstruite », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  10. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La reconstruction des villages détruits par les Allemands ; bureaux du comité de reconstruction de l'American Red Cross ; le délégué, monsieur Barto », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/14707/a011466535848lal26j (consulté le 3 décembre 2017).
  11. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La reconstruction des villages détruits par les Allemands ; baraquements construits par l'American Red Cross », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  12. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Reconstruction des villages détruits par les Allemands ; magasins du comité de reconstruction de l'American Red Cross », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  13. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La remise en état des terres reconquises : le labourage des terres », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  14. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La remise en état des terres reconquises ; le labourage des terres », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  15. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La remise en état des terres reconquises. Le labourage des terres », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  16. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La remise en état des terres saccagées par les Allemands ; verger détruit par les Allemands et reconstitué par l'American Red Cross », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  17. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. La remise en état des terres saccagées par les Allemands ; verger détruit par les Allemands et reconstitué par l'American Red Cross, au premier plan, le propriétaire du verger », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  18. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  19. Journal officiel du 30 octobre 1920, p. 16879.
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  22. Projet de SDCI du 13 octobre 2015, p. 20
  23. V.F.; C.La., « Les fusions ne vont pas toutes se faire en douceur », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « Imposée par l’État, la fusion des communautés de communes se fait parfois naturellement. Mais elle engendre aussi des difficultés, comme entre celles de Ham et Nesle ».
  24. « Dernière réunion pour les élus du pays hamois », Le Journal de Ham, no 50,‎ , p. 5 « Éric Legrand peut conclure : « Dans quelques jours, le Pays Hamois cédera définitivement la place à la communauté de communes de l’Est de la Somme : une nouvelle appellation pour un territoire nouveau mais aussi, et surtout, pour une ambition nouvelle ».
  25. « Échos », Le Journal de Ham, no 29,‎ , p. 7 « Avant de commencer la dernière réunion avec les vacances, les élus communautaires ont rendu hommage à Bernard Brunel, maire de Croix-Moligneaux jusqu’en 2001 et qui nous a quitté fin juin : « Il a exercé son mandat de maire pendant trois mandats et était un homme très impliqué. C’est à lui que l’on doit les locaux de la gendarmerie à Ham. Dans son village, on se souvient d’un homme d’une grande générosité et toujours disponible » , résume Éric Legrand ».
  26. a et b « Croix-Moligneaux : Hervé Frizon, élu maire : Yves Wilbert, ancien maire, ne se représentait pas aux dernières élections municipales. Une seule liste était en lice avec quatorze candidats », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne).
  27. ,« Ces maires déjà installés », Le Journal de Ham, no 14,‎ , p. 3
  28. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  31. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, avant-guerre (consulté le 3 décembre 2017).
  32. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Destructions systématiques par les Allemands ; l'église détruite ; intérieur », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin 1917 (consulté le 3 décembre 2017).
  33. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Destructions systématiques par les Allemands ; l'église : intérieur (Le Lutrin) », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 3 décembre 2017).
  34. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Destructions systématiques par les Allemands ; l'église ; intérieur », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 3 décembre 2017).
  35. Section photographique de l'armée, « Photo : Croix-Moligneaux. Destructions systématiques par les Allemands ; l'église, intérieur », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 43, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 3 décembre 2017).
  36. « Église Saint-Médard », notice no PA00116127, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Crash du Chance Vought V-156 - type F - s/n 7 AB 1-4 », France craches 39-45 - Aviateurs français et alliés tombés sur le sol de France, (consulté le 3 décembre 2017).