Brie (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brie.
image illustrant une commune de la Somme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Brie
Église Saint-Géry.
Église Saint-Géry.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
Claude Jean
2014-2020
Code postal 80200
Code commune 80141
Démographie
Population
municipale
340 hab. (2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 37″ Nord 2° 55′ 56″ Est / 49.8769, 2.9322
Altitude Min. 47 m – Max. 87 m
Superficie 6,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Brie

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brie

Brie est une commune française, située dans le département de la Somme en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Brie est située sur la rive droite de la Somme à une dizaine de kilomètres au sud de Péronne.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

La majeure partie du sol de la commune est de nature argilo-calcaire. 1/5e du sous-sol est de nature calcaire et 1/50e des terres de nature sableuse[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'un plateau qui culmine à 70 m d'altitude. Le village construit sur le versent ouest du plateau domine la vallée de la Somme et ses étangs[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Somme touche le territoire communal à son extrémité ouest. A son entrée sur le territoire de Brie, le fleuve se divise en deux bras qui se rejoignent peu après.

La nappe phréatique se situe à peu de distance du niveau des étangs[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vent dominant de sud-ouest, nord-ouest et ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune présente un habitat groupé. Le village de Brie totalement détruit pendant la Première Guerre mondiale a été reconstruit pendant l'entre-deux-guerres.

Activité économique et de services[modifier | modifier le code]

L'agriculture reste l'activité dominante de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Brie est traversée par la route Amiens-Saint-Quentin et la route qui relie Saint-Christ-Briost à Mesnil-Bruntel.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Brie
Éterpigny Péronne Mesnil-Bruntel
Villers-Carbonnel Brie Estrées-Mons
Saint-Christ-Briost Athies

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Brie vient du latin Bria ou du celte Briga qui signifiait pont sur un fleuve[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Devant l'église présence de mégalithe préhistorique « la pierre qui tourne ».

Antiquité[modifier | modifier le code]

Brie étant situé sur la voie romaine de Samarobriva (Amiens) à Augusta Viromanduorum (Saint-Quentin) à l'endroit où elle franchissait la Somme, il est plus que probable qu'il existât un pont à cet endroit. Des traces d'habitat gallo-romain ont été retrouvées sur le territoire communal.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Pont-lès-Brie et Applaincourt étaient des dépendances de Brie. En 1303, par une charte, Gérin de Saint-Christ vendit un bois, situé près de Brie, au prieuré de Lihons-en-Santerre.

En 1344 un certain Jean de Brie fut maïeur de Péronne[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1571, la seigneurie de Brie appartenait au duc de Chaulnes.

En 1636, le village de Brie fut incendié par un détachement des armées du roi d'Espagne commandée par Jean de Werth. Cependant, les habitants révoltés s'armèrent de fourches et de faux et se ruèrent sur les ennemis, les empêchant de passer la Somme et les contraignant à se replier sur Saint-Christ. 34 habitants de Brie périrent dans cette échauffourée.

Sur une carte de Guillaume Delisle, datant du XVIIIe siècle, figure un fort défendant l'entrée ouest du pont[2].

Brie dépendait de l'élection et du bailliage de Péronne, de la généralité d'Amiens et du diocèse de Noyon.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la Révolution française, les hameaux de Pont-lès-Brie et d'Applaincourt furent rattachés à la commune de Villers-Carbonnel.

En 1814-1815, les armées coalisées ravagèrent le pays.

En 1870-1871, la population de Brie subit les réquisitions de l'armée allemande, en argent et en nature. 24 jeunes gens de la commune participèrent aux combats, deux furent blessés.

Pendant la Première Guerre mondiale, le village de Brie fut totalement détruit.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   M. Claude JEAN   Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 340 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
428 458 474 458 464 500 543 525 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
508 483 481 458 506 488 472 476 489
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
432 458 414 283 370 363 341 321 326
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
310 319 299 310 307 301 325 346 341
2013 - - - - - - - -
340 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La pierre qui tourne : mégalithe préhistorique.
  • L'église Saint-Géry : reconstruite entre les deux guerres par l'architecte Jacques Debat-Ponsan qui a participé grandement à la reconstruction de la commune.
  • Brie British Cemetery : cimetière militaire britannique.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice géographique et historique sur la commune de Brie, rédigée par M. Louvergne, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  2. a, b et c Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844 - réédition partielle sous le titre, Péronne et son canton, Inval-Boiron, La Vague verte, 2010.
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté en 165 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Douchet « Fasol », L'Arrondissement de Péronne sous l'occupation (1914-1918), collection Jusant, Inval-Boiron, La Vague verte, 2014 (ISBN 978 - 2 - 35 637 - 059 - 4)
  • Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844 - réédition partielle sous le titre, Péronne et son canton, Inval-Boiron, La Vague verte, 2010.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]