HK G36

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
HK G36
Image illustrative de l'article HK G36
Présentation
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Type fusil d'assaut
Munitions 5,56 × 45 mm OTAN
Fabricant Heckler & Koch
Période d'utilisation 1997-présent
Durée de service 1997-présent
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 3,3 kg (3 kg G36KE) (2,8 kg G36C)
Longueur(s) 99,8 cm / 75,8 cm (selon version)
Longueur du canon 48 cm (selon version)
Caractéristiques techniques
Mode d'action Rechargement par emprunt de gaz,Mode de tir: semi-automatique ou coup par coup,rafale de 2 coups (selon version), tir automatique.
Portée maximale 2 500 m
Portée pratique 500 m
Cadence de tir 750 coups par minute
Vitesse initiale 920 m/s (G36, G36V, MG36, MG36E), 850 m/s (G36K, G36KV)
Capacité 30 coups, 100 coups (C-Mag)
Viseur visée X3,0 version allemande et option pour export. X1,5 version export, possible en option X3,0
Variantes voir Variantes

Le HK G36 est un modèle de fusil d'assaut conçu par l'entreprise Heckler & Koch.

Historique[modifier | modifier le code]

Lors de la fin de la guerre froide et de la réunification des deux Allemagnes, la Bundeswehr se trouvait face à un dilemme. Le HK G11 et le HK G41 avaient été abandonnés et le G3 restait alors seul en service. Il s'agissait certes d'une arme performante mais sa munition de 7,62 mm OTAN ne correspondait pas au standard OTAN qui avait adopté le 5,56 mm. De plus, le G3 était lourd et encombrant. La nécessité d'une arme plus moderne s'imposait.

L'armée allemande avait trois solutions : conserver le G3 malgré son obsolescence, adopter le AK-74 dont la défunte République démocratique allemande laissa d'importants stocks mais dont la munition (5,45 × 39 mm M74) n'était pas celle du standard de l'OTAN, ou développer une arme totalement nouvelle. C'est cette dernière solution qui fut retenue.

L'objectif était de concevoir un fusil moderne mais économiquement réaliste, la coûteuse saga du HK G11 ayant servi de leçon. De fait, le G36 emprunte énormément d'idées employées par divers concepteurs d'armes existantes : les chargeurs emboîtables sont repris de ceux du SIG-550 suisse et certains estiment que le garde-main rappelle étrangement celui de l'ancestral FAL belge, dont s'inspirait semble-t-il déjà le G3. Quant au mécanisme interne, à peu de choses près, c'est celui de l'Armalite AR-18 américain.

Description[modifier | modifier le code]

Bien que la tendance actuelle en matière de fusil d'assaut soit au bullpup, le G36 conserve une architecture classique. Il reste donc relativement long. En revanche son poids de 3,6 kg reste parfaitement dans la norme actuelle, notamment grâce à l'emploi de polymères ou de plastique ultrarésistant. La crosse est rabattable sur le côté de l'arme. Le chargeur courbe contient trente cartouches et est transparent ce qui permet d'en contrôler le contenu. L'arme accepte également un magasin de 100 coups à double tambour destiné à la version mitrailleuse légère.

Ce qui démarque le G36 des autres fusils d'assaut conventionnels est son système de visée et sa poignée intégrée sur sa partie supérieure. La version destinée à l'armée allemande est équipée d'un double viseur optique. La lunette supérieure n'offre aucun grossissement et permet l'acquisition rapide des cibles par alignement d'un point rouge alors que la lunette inférieure d'un grossissement de ×3,0 est utilisée pour le tir de précision à longue distance. La version d'exportation, le G36E, ne possède qu'une lunette d'un grossissement ×1,5. Un dispositif de visée plus puissant et même nocturne ou infrarouge peut être monté sur l'arme. Le G36C ne possède aucune lunette mais est par contre doté d'un rail standard (Picatinny) qui permet l'adjonction de n'importe quel système de visée.

La vélocité en sortie de bouche est de 920 m/s (G36, G36V, MG36, MG36E), et de 850 m/s (G36K, G36KV).

Variantes[modifier | modifier le code]

  • G36 A1
  • G36K A1
  • G36K Bw
  • G36C
  • G36E
  • G36KE
  • G36V
  • G36KV
  • G36 A2
  • G36K A2
  • AG36A1
  • AG36A2
  • G36 KSK
  • AG36 KSK A1
  • AG36 KSK A2
  • MG36 A1
  • MG36 A2
  • G36C A2
  • G36C GIPN
  • G36 KA3 PI2G

Conflits[modifier | modifier le code]

Le G36 en Allemagne[modifier | modifier le code]

Depuis 1996, le HK G36 est le fusil standard de la Bundeswehr (G36 ou G36A1, G36A2, G36K et G36C), de la police fédérale (Bundespolizei) et des forces spéciales de la police (SEKet GSG 9). De plus la carabine de police HK G36 KSF (ne pouvant tirer en rafale) équipe l'administration pénitentiaire et plusieurs polices d'État allemandes.

Le HK G36 en France[modifier | modifier le code]

Fonctionnaire des CRS équipé d'un G36 KP2

Les versions compactes du G36 (KE et C) sont très appréciées des groupes d'interventions français notamment les RAID, GIPN, SPHP, ERIS, PI2G, PSPG. La Police nationale distribue aussi aux policiers des SRPJ des carabines de police HK G36 CV (ne pouvant tirer en rafale).

Suite aux attentats de novembre 2015 à Paris, les brigades anti-criminalité, les CRS, l'UMIP (Unité Mobile d'Intervention et de Protection), la PAF, les pelotons de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie et la Douane sont également équipés de HK G36 KP2 (BAC) et KA3 (PSIG)[1],[2],[3].

Avenir et exportations[modifier | modifier le code]

En plus de l'armée allemande, l'armée espagnole l'a également adopté (HK G36E). De plus ses versions compactes KE et C sont très appréciées des groupes d'interventions, notamment les SWAT américains. L'armée turque étudie le remplacement de ses G3 par des G36 et l'armée népalaise a déjà commandé cinquante-mille exemplaires pour renforcer son armée dans la lutte contre la guérilla maoïste[Quand ?].

Le fusil présente un gros défaut de conception, découvert par les soldats allemands en Afghanistan : il perd toute précision lorsqu'il s'échauffe[4], quand il est exposé à de fortes températures continues. De plus, le garde-main s'échauffe en cas de tir nourri et il est impossible d'obtenir une visée sans grossissement avec la version d'exportation.

L'armée allemande se plaint de ce défaut depuis 2011, mais en commande toutefois 3 000 de plus en 2013[5].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Soldats des forces de sécurité du Kosovo avec le G36KV au .
Soldats letton et lituanien à l'entrainement.
  • Drapeau de l'Albanie Albanie : Le G36C est utilisé en nombre limité par des unités spécialisées.
  • Drapeau de l'Algérie Algérie : En nombre limité - utilisé seulement par certaines unités spécialisées.
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Fusil standard de la Bundeswehr (G36 ou G36A1, G36A2, G36K et G36C), de la police fédérale Bundespolizei et des forces spéciales de la police SEK.
  • Drapeau de l'Australie Australie : Police fédérale (G36C).
  • Drapeau du Brésil Brésil : Utilisé par la police fédérale Polícia Federal.
  • Drapeau du Canada Canada : Utilisé par la Victoria Police Department.
  • Drapeau de la Croatie Croatie : Nombres limités en utilisation avec certaines unités spécialisées.
  • Drapeau de l'Égypte Égypte : Commande de 608 exemplaires en 2003, de nombreuses armes ont été retrouvées dans une caserne des forces armées libyennes en 2011[6].
  • Drapeau de l'Estonie Estonie : Nombres limités en utilisation avec certaines unités spécialisées.
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : Le G36E équipe toutes les branches des forces armées espagnoles. 75 219 unités ont été achetées avec une livraison commençant en 1999 et complétée en 2005 par 60 000 fusils.
  • Drapeau de la Finlande Finlande : Garde-côte.
  • Drapeau de la France France : Police nationale (BAC[1], BRI[7], GIPN, RAID, SDLP , CRS, PAF, UMIP), Administration pénitentiaire dont ERIS, Gendarmerie nationale (PSIG[1], PSPG, Antennes du GIGN et Gendarmerie mobile en Afghanistan), Douane, Commandos marine.
  • Drapeau de la Géorgie Géorgie : Forces d'opérations spéciales, garde présidentielle.
  • Drapeau de la Grèce Grèce : Le G36 est en évaluation par l'armée de terre comme remplaçant potentiel du HK G3 produit sous licence et encore en service. Il est sorti vainqueur des tests et une pré commande de 112 370 fusils a été passée.
  • Drapeau de l'Indonésie Indonésie : Unité anti-terroriste Kopassus Sat-81 Gultor et Indonesian Marine Corps Denjaka (G36C and G36K).
  • Drapeau de l'Irlande Irlande : Irish Army Rangers.
  • Drapeau de l'Italie Italie : Commando Gruppo di Intervento Speciale des Carabinieri, Aeronautica Militare, Commando Col Moschin.
  • Drapeau de la Jordanie Jordanie : La Royal Special Forces utilise le G36C.
  • Drapeau du Kosovo Kosovo : La KFOR et la FSK utilisent la G36C et G36K.
  • Drapeau de la Lettonie Lettonie : Le G36KV est le fusil d'assaut standard de l'armée lettone et des forces spéciales Speciālo uzdevumu vienība.
Un membre de l'armada espagnole avec un G36KE.
Personnel des forces armées saoudiennes avec un G36C.
  • Drapeau de la Lituanie Lituanie : L'armée lituanienne adopte le G36V et G36KV en 2007.
  • Drapeau de la Malaisie Malaisie : L'armée Grup Gerak Khas', la Royal Malaysian Police et l'unité anti-terroriste Pasukan Gerakan Khas (G36C).
  • Drapeau du Maroc Maroc : Utilisé par les Forces spéciales de la police et de la gendarmerie royale marocaine et les Forces armées royales.
  • Drapeau du Mexique Mexique : Différentes agences gouvernementales, police fédérale et militaires ainsi que l'armée mexicaine.
  • Drapeau de la Norvège Norvège : Commando de marine Kystjegerkommandoen.
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : Plusieurs unités de polices.
  • Drapeau des Philippines Philippines : Naval Special Warfare Group, Light Reaction Battalion etPresidential Security Group.
  • Drapeau de la Pologne Pologne : Utilisé par la police polonaise Policja (G36C, G36K), les forces spéciales GROM (G36K, G36) et le commando de marine FORMOZA (G36KV), Biuro Ochrony Rządu (G36K, G36KV et G36C), les agences de sécurités internes et les buraux d'investigation (G36C).
  • Drapeau du Portugal Portugal : Corpo de Fuzileiros, la garde nationale républicaine, la police militaire, les commando de l'air et les forces spéciales NFOT.
  • Drapeau de la Roumanie Roumanie : Le G36KV est utilisé par plusieurs groupes spéciales comme le Batalionul 1 Operaţii Speciale.
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
  • Drapeau du Sénégal Sénégal : utilisé dans l'armée de terre, mais reste moins répandu que le M16.
  • Drapeau de Singapour Singapour : Unité Special Tactics and Rescue.
  • Drapeau de la Slovaquie Slovaquie : Le G36KV et le G36C sont utilisés en petits nombres par les forces de police spéciales Útvar Osobitného Určenia.
  • Drapeau de la Slovénie Slovénie : Déployé en petits nombres par les forces anti-terroriste Specialna Enota Policije.
  • Drapeau de la Suède Suède : Forces spéciales Särskilda Skyddsgruppen et forces nationales Nationella insatsstyrkan.
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande : Royal Thai Navy SEALs, Royal Thai Marine Corps, Bataillons de reconnaissance (G36C).
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : United States Capitol Police, Baltimore Police Department, Los Angeles Police Department, le Milwaukie Police Department dans l'Oregon, la Cobb County Police Department en Georgie, la Roanoke Police Department SWAT Squad en Virginie, la Jefferson Township Police department à Oak Ridge, NJ, et le Metropolitan St. Louis Police Department dans le Missouri.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

G36

  • Calibre : 5,56 × 45 mm OTAN
  • Mécanisme : emprunt de gaz, tir semi-automatique, rafale de 2 coups (selon version), tir automatique
  • Longueur : 99,8 cm / 75,8 cm
  • Longueur du canon : 48 cm
  • Poids non chargé : 3,6 kg (3,3 kg G36E)
  • Poids chargé : 4,2 kg
  • Capacité : 30 coups / 100 coups (C-Mag)
  • Cadence de tir : 750 coups par minute
  • Prix ordinaire : environ 770 € (source : Forces Armées Espagnoles, 75 000 unités achetées)

G36K

  • Calibre : 5,56 × 45 mm OTAN
  • Mécanisme : emprunt de gaz, tir semi-automatique, rafale de 2 coups (selon version), tir automatique
  • Longueur : 86 cm / 61,5 cm
  • Longueur du canon : 32 cm
  • Poids non chargé : 3,3 kg (3 kg G36KE)
  • Poids chargé : 3,9 kg
  • Capacité : 30 coups /100 coups (C-Mag)
  • Cadence de tir : 750 coups par minute

G36C

  • Calibre : 5,56 × 45 mm OTAN
  • Mécanisme : emprunt de gaz, tir semi-automatique, rafale de 2 coups (selon version), tir automatique
  • Longueur : 75 cm / 50 cm
  • Longueur du canon : 22,8 cm
  • Poids non chargé : 2,8 kg
  • Poids chargé : 3,4 kg
  • Capacité : 30 coups / 100 coups (C-Mag)
  • Cadence de tir : 750 coups par minute

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Le G36 est notamment utilisé dans la saga Stargate.
  • Le G36 est aussi utilisé dans la serié Line Of Duty (ou Enquêtes internes au Québec).

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Christophe Cornevin, « Le ministère de l'Intérieur muscle le dispositif antiterroriste en province », sur lefigaro.Fr, .
  2. Le modèle retenu pour la dotation des PSIG (G36 KA3) est équipé d'un sélecteur de tir permettant le tir en mode coup par coup, rafale de deux coups ou rafale illimitée. Le modèle retenu pour équiper les BAC (G36 KP2) est appelé carabine de police. Son sélecteur de tir n'autorise que deux modes : coup par coup et rafale de deux coups. G36 KA3 et KP2 sont dotés d'un canon de 338 mm. Le modèle utilisé par les unités d'intervention de la Police (RAID, BRI) est le type H36 C (pour compact) équipé d'un canon de 228 mm. Interview de M. Jean-Louis Courtois, expert en balistique à la Cour d’appel de Paris et à la Cour pénale internationale de la Haye publié sur le site du journal l'Essor le 9 mars 2016.http://www.lessor.org/entretien-les-hk-g36-des-psig-et-des-bac-fiables-et-surs-selon-un-specialiste/
  3. « HK G36, le nouveau fusil d'assaut de la BAC », sur MyWelkit.com, (consulté le 11 septembre 2016)
  4. http://une.lexpress.fr/scandale-l-armee-allemande-a-un-fusil-qui-tire-de-travers-7296 Scandale: l'armée allemande a un fusil qui "tire de travers"
  5. « L’armée allemande admet que son fusil standard tire de travers », sur 8e-etage.fr, (consulté le 29 février 2016)
  6. « Enquête en Allemagne pour ventes illégales d'armes », sur Le Monde, (consulté le 3 novembre 2011)
  7. Simon Piel, « Au Bataclan, deux heures d’intervention policière sans négociation », sur www.lemonde.fr, (consulté le 21 novembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]