Armée impériale du Mandchoukouo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armée impériale du Mandchoukouo
満州国軍
Image illustrative de l'article Armée impériale du Mandchoukouo
Pavillon militaire du Mandchoukouo

Création 1932
Dissolution 1945
Pays Flag of Manchukuo.svg Empire du Mandchoukouo
Allégeance Empereur du Mandchoukouo
Rôle Défense du territoire et des intérêts impérialistes du Mandchoukouo
Fait partie de Alliée de l'empire du Japon
Guerres Seconde Guerre sino-japonaise
Conflits frontaliers soviéto-japonais
Seconde Guerre mondiale
Pacification du Mandchoukouo
Commandant historique Empereur Puyi
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armée impériale.

L'armée impériale du Mandchoukouo (en chinois : 満州帝国軍, pinyin : Mǎnzhōu Dìguó Jūn Manchukuo) est la force terrestre de l'empire du Mandchoukouo, contrôlé par le Japon, active de 1932 à 1945. Armée considérée comme illégitime et imposée par nombre de Chinois, elle est victime de nombreuses désertions et révoltes de ses troupes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Exercise militaire de l'armée impériale du Mandchoukouo
Généraux de l'armée.
Officiers de l'armée

Après l'incident de Mukden, l'armée impériale japonaise hérite d'environ 60 000 soldats chinois de l'armée du Nord-Est du général Zhang Xueliang, forte de 160 000 hommes, qui ont fait défection avec leurs commandants. De plus, d'autres troupes chinoises avaient été capturées et internées par les Japonais lors de leur rapide invasion de la Mandchourie le long des voies ferrées, dont :

L'armée impériale du Mandchoukouo est formée à partir de ces forces après la création de l'État du Mandchoukouo en . Elle est initialement armée par l'équipement et les arsenaux de l'armée du Nord-Est. Comme beaucoup de ces hommes sont des recrues inexpérimentées ou des forces irrégulières, et que beaucoup sont dépendants à l'opium, elle ne forme pas alors une force armée très efficace. En outre, comme beaucoup ne sont que de simples mercenaires désirant seulement combattre pour le camp qui paye le plus, leur fiabilité, si ce n'est leur loyauté, est plus que discutable.

En , une unité de 2 000 hommes déserte sa garnison de Wukimiho, en emportant les armes, et part rejoindre les armées de volontaires anti-japonaises. De même, le 7e de cavalerie se révolte durant la même période. Selon l'un des officiers japonais les plus gradés, la principale origine de l'armement servant à combattre les Japonais et les forces du Mandchoukouo vient de l'armée du Mandchoukouo elle-même, et il y a de nombreux cas où les troupes du Mandchoukouo vont combattre uniquement pour déserter en masse et rejoindre la résistance[1]. La désertion la plus célèbre est celle du général et ancien ministre de la Guerre du Mandchoukouo, Ma Zhanshan, en dans le Heilongjiang avec plusieurs milliers d'hommes et de nombreuses pièces d'artillerie.

Durant ses premières années, l'armée impériale du Mandchoukouo est organisée en sept armées provinciales (une pour chaque province), pour un total de 111 000 hommes. Une brigade de cavalerie est créée pour fournir de garnison à la capitale Hsinking, et la garde impériale du Mandchoukouo est créée en février 1933 à partir d'hommes d'ethnie mandchoue car cette unité est destinée à protéger l'empereur Puyi en personne et ses hauts officiers.

En , de nouvelles règles statuent que seuls les officiers ayant été entrainés dans les écoles approuvées par le gouvernement du Mandchoukouo ont la permission de servir dans l'armée impériale du Mandchoukouo. Cela fait partie d'une stratégie pour purger les anciens de l'armée du Nord-Est, considérés comme peu fiables, et améliorer les standards et la formation de l'armée tout entière. C'est également une première étape dans la tentative de mettre fin à la tradition des seigneurs de guerre, c'est-à-dire que les généraux à la tête des armées provinciales voient dans leur zone de commandement un fief privé destiné uniquement à leur enrichissement personnel.

En , des académies militaires sont ouvertes à Mukden et Hsinking.

Uniformes[modifier | modifier le code]

Orchestre de l'armée du Mandchoukouo.
La combattante et espionne Yoshiko Kawashima en uniforme de général.

À ses débuts, l'armée impériale du Mandchoukouo a un grave problème d'uniformes car ceux-ci ne se différencient pas de celui des forces anti-japonaises et des bandits et ne se distinguant de leurs adversaires que par le port d'un brassard jaune et d'une étoile à cinq branches - reprenant les couleurs du drapeau de la république - sur les coiffures[2].

Ce souci est rectifié en , avec de nouveaux uniformes inspirés de ceux de l'armée japonaise, avec un code de couleur sur leurs cols : noir pour la police militaire, rouge pour l'infanterie, vert pour la cavalerie, jaune pour l'artillerie, marron pour le génie, et bleu pour le transport.

En , elle adopta un nouvel uniforme kaki similaire à celui de l'armée japonaise avec un système de grades particuliers au col des vestes. Quelques casques japonais furent distribués mais la coiffure sera en général le képi ou la casquette de toile de coton.

Armes[modifier | modifier le code]

L'armée impériale du Mandchoukouo hérite à sa création d'un agglomérat d'armes venant des anciens arsenaux du Kuomintang, ce qui créé d'énormes problèmes de maintenance et d'approvisionnement. Par exemple, il y avait 26 types de fusils et plus de 20 types de pistolets en utilisation en .

La priorité est faite d'unifier l'armement autour du fusil Arisaka Type 38 comme standard, en plus de la mitrailleuse lourde Type 3 (en) et du fusil mitrailleur Type 11 (en). Les unités d'artillerie sont également équipées du canon de campagne Type 38 (en) et du canon de montagne Type 41.

En , 50 000 carabines Type 38 sont importées du Japon et les mitrailleuses sont remplacées deux ou trois ans plus tard. Au début de la guerre du Pacifique, l'armement de l'armée impériale du Mandchoukouo est pratiquement identique à celui de l'armée japonaise. Des pistolets Mauser sont utilisés par les soldats et des Browning GP et des Colt M1911 par les officiers.

Un arsenal militaire est créé au Fengtian pour produire des fusils, des mitrailleuses et de l'artillerie. Les munitions et les armes de petit calibre sont commandées à des usines privées du Mandchoukouo.

Armes de l'infanterie[modifier | modifier le code]

Liste des armes standard de l'infanterie en usage dans l'armée impériale du Mandchoukouo :

Artillerie[modifier | modifier le code]

Véhicules blindés[modifier | modifier le code]

Après avoir subi les unités blindées soviétiques à la bataille de Halhin Gol, entre autres, il est surprenant que plus d'initiatives n'aient pas été prises dans le développement de véhicules blindé par les Japonais et les forces du Mandchoukouo. Ces-dernières disposaient de plusieurs automitrailleuses construites par Isuzu et modifiées par la compagnie d'automobiles Dōwa au Mandchoukouo. À partir de , quelque dix petites chenillettes (Type 94 Te-Ke) furent transférées des forces japonaises à l'armée du Mandchoukouo pour former une brigade blindée. Durant la guerre, une version mandchoue du char léger Type 95 Ha-Go est utilisée dans les centres de formation, mais n'est pas déployée sur le terrain.

Division[modifier | modifier le code]

En 1932[modifier | modifier le code]

Armoiries du Mandchoukouo

Liste des divisions de l'armée impériale du Mandchoukouo à ses débuts[3] (elle compte 111 044 hommes) :

  • Armée du Fengtian (20 541 hommes)
    • Quartier-général (678)
    • Unité de formation (2 718)
    • 1re brigade mixte (2 467)
    • 2e brigade mixte (2 104)
    • 3e brigade mixte (2 467)
    • 4e brigade mixte (1 755)
    • 5e brigade mixte (1 291)
    • 6e brigade mixte (2 238)
    • 7e brigade mixte (2 014)
    • 1re brigade de cavalerie (1 098)
    • 2e brigade de cavalerie (1 625)
  • Armée du Jilin - Général Xi Qia (34 287 hommes)
    • Quartier-général (1 447)
    • 2e unité de formation (2 718)
    • Détachement d'infanterie (1 163)
    • Détachement de cavalerie (1 295)
    • 1re brigade d'infanterie (2 301)
    • 2e brigade d'infanterie (2 343)
    • 3e brigade d'infanterie (2 496)
    • 4e brigade d'infanterie (3 548)
    • 5e brigade d'infanterie (3 244)
    • 7e brigade d'infanterie (2 343)
    • 8e brigade d'infanterie (2 301)
    • 1re brigade de cavalerie (1 867)
    • 2e brigade de cavalerie (1 598)
    • 3e brigade de cavalerie (1 598)
    • 4e brigade de cavalerie (2 037)
    • Unité de Yilan (706)
  • Garde ferroviaire du Jilin
    • Quartier-général (151)
    • Unité de Sanrin (1 452)
  • Flotte de défense fluviale (640 hommes)
  • Armée du Heilongjiang - Ma Zhanshan (25 162 hommes)
    • Quartier-général (1 016)
    • 3e unité de formation (2 718)
    • 1re brigade mixte (3 085)
    • 2e brigade mixte (3 085)
    • 3e brigade mixte (3 085)
    • 4e brigade mixte (3 085)
    • 5e brigade mixte (1 934)
    • 1re brigade de cavalerie (2 244)
    • 2e brigade de cavalerie (2 244)
    • 3e brigade de cavalerie (2 666)
  • Armée de Hsingan (4 374)
    • Garnison du sud Hsingan (1 682)
      • 3e et 4e régiments de cavalerie
    • Garnison de l'est Hsingan (1 818)
      • 5e et 6e régiments de cavalerie
    • Garnison du nord de Hsingan (874)
      • 7e et 8e régiments de cavalerie
  • Armée de Taoliao - Zhang Haipeng (17 945 hommes)

Réorganisation de 1934[modifier | modifier le code]

En , l'armée impériale du Mandchoukouo est réorganisée[4] en cinq armées de district, chacun divisés en deux ou trois zones. Chaque zone a une ou deux brigades mixtes assignées, ainsi qu'une unité de formation. Les brigades mixtes sont formées d'un ou deux régiments, d'un régiment de cavalerie et d'une compagnie d'artillerie ou de mortiers, pour une force de 2 414 hommes et 817 chevaux (dans deux unités d'infanterie) ou 1 515 hommes et 700 chevaux (dans une seule unité d'infanterie). Les brigades de cavalerie sont formées de trois régiments de cavalerie et d'une compagnie d'artillerie ou de mortiers, pour une force de 1 500 hommes et 1 500 chevaux. L'effectif total de l'armée impériale du Mandchoukouo à ce moment est de 72 329 hommes. La nouvelle organisation se fait ainsi :

  • 1re armée de district « Fengtian » - Général Yu Chih-shan (12 321 hommes)
    • 6 brigades mixtes
  • 2e armée de district « Kirin » - Général Chi Hsing (13 185 hommes)
    • 4 brigades mixtes, 3 brigades de cavalerie
  • 3e armée de district « Qiqihar » - Général Chang Wen-tao (13 938 hommes)
    • 5 brigades mixtes, 1 brigade de cavalerie
  • 4e armée de district « Harbin » - Général Yu Cheng-shen (17 827 hommes)
    • 8 brigades mixtes, 1 brigade de cavalerie
  • 5e armée de district « Chengde » - Général Zhang Haipeng (9 294 hommes)
    • 3 brigades mixtes, 1 brigade de cavalerie
  • Unités indépendantes :
    • Armée de l'est Hingganling
    • Armée de l'ouest Hingganling
    • Armée du nord Hingganling
    • Armée du sud Hingganling
    • Armée de Seian
    • 1re brigade de cavalerie de Xingjing
    • Flotte fluviale

Organisation de 1944[modifier | modifier le code]

En , les effectifs de l'amée impériale du Mandchoukouo sont montés à plus de 200 000 hommes d'après les services de renseignements soviétiques, qui rapportent que l'armée est composée des unités suivantes[5] :

  • 1re division (trois régiments d'infanterie, un régiment d'artillerie)
  • 1re brigade de garde (deux régiments d'infanterie of deux bataillons, une compagnie de mortiers)
  • 1re division de cavalerie (deux brigades de cavalerie, un bataillon d'artillerie montée)
  • 10 brigades d'infanterie (deux régiments d'infanterie of deux bataillons, une compagnie de mortiers)
  • six brigades de cavalerie (deux régiments de cavalerie, une batterie d'artillerie montée)
  • 21 brigades mixtes (un régiment d'infanterie, un régiment de cavalerie, une batterie d'artillerie de montagne)
  • deux brigades indépendantes
  • sept régiments de cavalerie indépendants
  • 11 unités d'artillerie (une par district)
  • cinq régiments anti-aérien

Organisation de 1945[modifier | modifier le code]

L'armée du Mandchoukouo en [6] :

  • huit divisions d'infanterie
  • sept divisions de cavalerie
  • 14 brigades d'infanterie et de cavalerie

Grades de l'Armée impériale du Mandchoukouo[modifier | modifier le code]

Grade Patte
Empereur
皇帝
Commandant en chef
總司令
Supreme Commander rank insignia (Manchukuo).png
Général
将官
Général d'armée
上将
General of the army rank insignia (Manchukuo).png
Général de division
中将
Lieutenant General rank insignia (Manchukuo).png
Général de brigade
少将
Major General rank insignia (Manchukuo).png
Officiers supérieurs
校官
Colonel
上校
Colonel rank insignia (Manchukuo).png
Lieutenant-colonel
中校
Lieutenant Colonel rank insignia (Manchukuo).png
Commandant
少校
Major rank insignia (Manchukuo).png
Officiers subalternes
尉官
Capitaine
上尉
Senior Lieutenant rank insignia (Manchukuo).png
Lieutenant
中尉
Lieutenant rank insignia (Manchukuo).png
Sous-lieutenant
少尉
Junior Lieutenant rank insignia (Manchukuo).png
Sous-officier
准士官
Sous-officier
准尉
Warrant Officer rank insignia (Manchukuo).png
Sergents
副士官
Sergent-major
上士
Senior Sergeant rank insignia (Manchukuo).png
Sergent-chef
中士
Sergeant rank insignia (Manchukuo).png
Sergent
下士
Junior Sergeant rank insignia (Manchukuo).png
Sergent par intérim
下士勤務
Senior private rank insignia (Manchukuo).png
Acting Junior Sergeant arm badge (Manchukuo).png
Soldat
Caporal-chef
上等兵
Senior private rank insignia (Manchukuo).png
Caporal
一等兵
Private first class rank insignia (Manchukuo).png
Soldat
二等兵
Private second class rank insignia (Manchukuo).png

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Ian V. Hogg et Weeks, John, Military Small Arms of the 20th Century, Arms & Armour Press / Hippocrene, (ISBN 0-85368-301-8).
  • Philip Jowett, Rays of the Rising Sun, Volume 1: Japan's Asian Allies 1931-45, China and Manchukuo, Helion and Company Ltd., (ISBN 1-874622-21-3).
  • Philip Warner, Japanese Army of World War II, Osprey Publishing, (ISBN 0-85045-118-3).
  1. Jowett, Rays of the Rising Sun
  2. Illustrations chromolithographiques sur l'Histoire du Manchukuo
  3. Jowett, Rays of The Rising Sun. Pg. 8-9.
  4. Jowett, Phillip S., Rays of The Rising Sun, Pg. 10-12.
  5. Jowett, Rays of The Rising Sun, Pg. 36
  6. August Storm: The Soviet Invasion of Manchukuo