Glock 17

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glock (homonymie).

Glock 17[1]
Image illustrative de l’article Glock 17
Glock 17 (3e génération)
Présentation
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Type Pistolet semi-automatique
Munitions 9 × 19 mm Parabellum
Fabricant Glock
Période d'utilisation 1980
Production 1983-présent
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 625 g
620 g (Glock 17C)
670 g (Glock 17L)
Masse (chargé) 905 g
900 g (Glock 17C)
950 g (Glock 17L)
Longueur(s) 186 mm
225 mm (Glock 17L)
Longueur du canon 114 mm
153 mm (Glock 17L)
Caractéristiques techniques
Mode d'action Safe-action
Capacité standard 17
optionnel : 19 / 33
Viseur Hausse réglable, Guidon fixe
Variantes Glock 17 / Glock 17M / Glock 17L / Glock 17F

Le Glock 17 est un pistolet semi-automatique conçu et fabriqué depuis 1980 par l'entreprise autrichienne d'armement Glock pour les forces militaires et les services de police.

Historique[modifier | modifier le code]

Il existe cinq « générations » de Glock 17. La marque, jusqu'à l'arrivée de la 4e génération, n'utilisait pas ce terme, puisqu'il y a eu en fait des dizaines de générations de pistolets Glock : tous les ans, voire plusieurs fois par an, un détail changeait, une amélioration sensible était apportée, si bien qu'il est presque impossible de toutes les énumérer.

Néanmoins, on peut noter cinq grandes phases de modifications, d'où l'apparition, à partir de la troisième, du terme de « générations ». Le terme est devenu si populaire que la marque a fini par l'utiliser pour désigner la 4e série d'évolution du pistolet Glock, qui est donc devenue, officiellement, la 4e génération.

Les rainures sur la crosse ainsi que les différents rails au standard Picatinny n'apparaissent que depuis la troisième génération, avec aussi un bouton de déverrouillage du chargeur ambidextre.

Identification[modifier | modifier le code]

L'arme est de couleur noire, mate (vert de gris sur les armes de la Bundeswehr). Des rayures de maintien sont placées à l'avant et à l'arrière de la crosse, ainsi qu'un pontet rectangulaire se terminant en pointe sur sa partie basse et à l'avant, et une hausse réglable et un guidon fixe. On trouve le marquage du modèle à l'avant gauche du canon.

Le Glock 17 est l'un des pistolets les plus réputés au monde. Léger et compact, il doit son succès à son côté « précurseur » :

  • c'était un des premiers pistolets à être fabriqué en polymère, ce qui était réellement novateur (on peut utiliser l'arme sans souci par des températures extrêmes, le recul est amoindri par la souplesse du matériau, l'oxydation est totalement nulle, le coût de production est très faible, etc.)
  • il disposait d'un percuteur « lancé » (c'est un choix réfléchi, il est vrai que les armes à percuteurs lancés sont moins sujettes aux enrayages ou pannes mécaniques). En cas d'incident de tir dû à une cartouche mal percutée, l'arme à percuteur lancé permet de « doubler le coup » via un léger recul de la culasse (un peu plus d'un centimètre) pour réarmer le percuteur sans éjecter la cartouche.
  • sa capacité de 17 coups + 1 lui donnait l'avantage tactique certain de deux cartouches de plus que le standard maximum de l'époque, ou cinq cartouches de plus que le standard bas.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Glock 17M : destiné aux nageurs de combat et/ou commandos marine. Cette variante est équipée d'un « kit percuteur » comportant des fentes d'évacuation de l'eau dont la présence (entre le percuteur et l'amorce) pourrait empêcher le tir après ou pendant l'immersion.
  • Glock 17L : constitue une version de tir sportif munie d'un canon de 15 cm.
  • Glock 17C : doté d'un compensateur de recul qui réduit le relèvement de l'arme au moment du tir. Le compensateur est composé de deux orifices sur le haut de la culasse (à l'avant de l'arme) et de trous sur le haut du canon afin de laisser s'échapper les gaz produits lors de la combustion de la poudre contenue dans la cartouche.
  • Glock 17F : doté d'un canon fileté.
  • Glock 17 MOS (Modular Optic System) : doté d'un système de fixation pour viseur holographique directement sur la culasse.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

En 1992, la firme Glock armait déjà les militaires et policiers de 45 pays en Glock 17. En 2007, ce nombre atteint plus de 60 pays.

Les policiers du RAID furent les premiers utilisateurs français dans l’hexagone, en se dotant de « Glock 17L ». Les inspecteurs de l'environnement de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA) sont dotés depuis le printemps 2014 du Glock 17, en remplacement des revolvers Manurhin MR 73 et Manurhin MR 88.
Équipe également les Forces spéciales en remplacement du HK USP depuis début 2014 ; également depuis fin 2016, les polices municipales peuvent se doter de Glock 17. La Police Municipale d’Asnières-sur-Seine a été la première Police Municipale de France à être équipée du Glock 17 genération 2 en 1993 (environ 80 pistolets). En 1999, cette unité a dû remiser ses Glock après la parution de la loi encadrant l’armement des Polices Municipales et limitant le calibre au 7.65mm et .38[réf. nécessaire].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Certaines œuvres de fiction font penser que le Glock 17 est indétectable aux portiques de détection des aéroports du fait de sa carcasse en polymères. C'est inexact car l'arme contient aussi des pièces métalliques, dont le canon, la culasse et divers ressorts, ce qui déclencherait l'alarme. De toute manière, même si l'arme était indétectable, ses munitions, elles, ne le seraient pas.

Cette croyance a été notamment répandue par le film 58 minutes pour vivre (1990) de Renny Harlin, avec Bruce Willis dans le rôle de John McClane, film dans lequel le Glock équipe plusieurs des ennemis du héros (dans le film, McClane désigne cette arme comme un « Glock 7 » et la décrit comme un « pistolet en céramique fabriqué en Allemagne, indétectable aux rayons X »). Cette arme fictive équipe aussi les policiers Simon (Vincent Lindon) et Franck (Gilles Lellouche) dans le film Mea Culpa (2014) de Fred Cavayé.

A la télévision, le Glock 17 équipe de nombreux criminels ou policiers dans les séries et téléfilms : Alerte Cobra, Le Clown, Medicopter, Bosch, Homicide, Julie Lescaut, Section de recherches et Meurtres à..., remplaçant souvent le Sig-Sauer SP 2022 car plus disponible sur le marché civil dans ces séries.

Compte tenu de la rareté du Glock 18, celui-ci a souvent été remplacé par un Glock 17 modifié pour tirer en rafale, comme dans les films Mr. et Mrs. Smith (2005), Les Insoumis[Lequel ?], Le Transporteur 2 (2005), les séries télévisées Burn Notice, NCIS : Enquêtes spéciales et les jeux vidéo Army of Two : Le 40e jour et Max Payne 3. Dans ces fiction, le Glock 17 « rafaleur » reçoit un chargeur de 33 balles, fort photogénique.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Le Glock 17 apparaît entre autres dans les jeux vidéo Rainbow Six 3: Raven Shield et GoldenEye 007. Il est également utilisable dans le FPS Black Mesa de 2012 et bien d'autres...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cet article est issu de la lecture des monographies et des revues spécialisées de langue française suivantes :

  • Cibles
  • Action Guns
  • R. Caranta, Glock. Un monde technologique nouveau, Crépin-Leblond, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]