Ambazac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ambazac
Ambazac
Mairie d’Ambazac.
Blason de Ambazac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Intercommunalité Communauté de communes Élan Limousin Avenir Nature
(siège)
Maire
Mandat
Stéphane Ché
2020-2026
Code postal 87240
Code commune 87002
Démographie
Gentilé Ambazacois
Population
municipale
5 630 hab. (2018 en augmentation de 0,23 % par rapport à 2013)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 30″ nord, 1° 24′ 03″ est
Altitude Min. 243 m
Max. 666 m
Superficie 57,83 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Ambazac
(ville isolée)
Aire d'attraction Limoges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ambazac
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Ambazac
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Ambazac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ambazac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ambazac

Ambazac (Embasac [ɛ̃baˈza] en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Ambazacois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Ambazac en Haute-Vienne.

Localisation[modifier | modifier le code]

Ambazac est un bourg rural situé dans les monts d'Ambazac à 18 km de Laurière, à 19 km de Saint-Léonard-de-Noblat, à 21 km de Limoges et à 25 km de Nantiat[2].

Ambazac se trouve au nord-est de Limoges, près de la limite du département de la Creuse.

Le territoire de la commune se situe sur le piémont méridional des monts d'Ambazac, et touche en son extrémité sud le Taurion, affluent de la Vienne. Le bourg se trouve sur le plateau d'où partent plusieurs cours d'eau qui ont creusé des vallées dans les roches métamorphiques (gneiss). Une plage de galets suspendue, vestige d'une ancienne rivière datant de l'Eocène, comporte un gisement de kaolin et est encore visible au sud de la commune. Ce site a été étudié par des chercheurs de l'université de Nancy entre 1965 et 1970.

La commune est arrosée par le « Beuvreix » dit aussi le « Parleur », affluent du Taurion ainsi que par la Cane, affluent de la Vienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Ambazac est desservie par la gare d'Ambazac où s'arrêtent des trains TER Nouvelle-Aquitaine allant de Limoges-Bénédictins vers Vierzon et vers Montluçon-Ville.

L'accès à l'A20 est à 8 km en direction de Châteauroux et à 9 km en direction de Limoges. Ambazac et accessible par l'A20 par la sortie 27 Ambazac-Bonnac-la-Côte. La ville d'Ambazac est traversée par la RN 714 déclassée en RD 914 qui relie Limoges à Guéret.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ambazac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Ambazac, une unité urbaine monocommunale[7] de 5 667 habitants en 2017, constituant une ville isolée[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Limoges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 127 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (52,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (51,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (50,7 %), prairies (18,5 %), zones agricoles hétérogènes (18,4 %), zones urbanisées (7,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1 %), mines, décharges et chantiers (0,7 %), terres arables (0,5 %), eaux continentales[Note 3] (0,5 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du bourg apparaît pour la première fois sur une monnaie mérovingienne au VIIe siècle, sous la forme Ambaciaco. La ville est située à une dizaine de kilomètres au sud du site de l'abbaye de Grandmont, située sur le territoire de la commune de Saint-Sylvestre.

Le dalmatique et la châsse-reliquaire dite "de Saint Étienne de Muret", ou aussi aussi châsse d'Ambazac, sont des œuvres importantes pour l'époque médiévale.

Ces pièces de renommée internationale viennent d'être restaurés et installés dans un écrin digne d'elles, avec toute la sécurité et les normes requises de conservation, dans l'église d'Ambazac à laquelle elles avaient été données sous la Révolution après la dissolution de l'Ordre.

Au VIe siècle devait exister à proximité un monastère, qui avait été acquis, vers 1086, par Pierre le Grammairien, abbé de Saint-Augustin-lès-Limoges. La congrégation était placée dès cette époque sous la protection de saint Antoine. L'église paroissiale a été construite peu après mais il ne subsiste rien de ce qui avait été construit au XIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Depuis 1945, cinq maires se sont succédé :

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 1944 mai 1945 Jean Chassagnat   Président de la délégation municipale
mai 1945 mars 1971 Gabriel Texier PCF Entrepreneur
Conseiller général du canton d'Ambazac (1945 → 1973)
mars 1971 mars 2001 André Gagnadre PS Prospecteur-géologue au CEA
Conseiller général du canton d'Ambazac (1973 → 2004)
mars 2001 mars 2014 Élisabeth Maciejowski PS Retraitée
Présidente de la CC des Monts d'Ambazac et Val de Taurion (2002 → 2014)
mars 2014 août 2015[14]
(démission)
Josette Libert PCF Professeur de collège retraitée
Conseillère générale du canton d'Ambazac (2011 → 2015)
25 août 2015[15] En cours Stéphane Ché PCF Technicien forestier
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué une fleur à la commune[16].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 5 630 habitants[Note 4], en augmentation de 0,23 % par rapport à 2013 (Haute-Vienne : −0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2262 1742 1242 7962 8252 7362 8122 9433 021
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 9122 9252 8953 2313 3893 6273 6083 6693 758
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5933 5453 6493 2433 3303 0763 0043 0713 312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3 6553 7673 9294 6574 8894 8365 1325 5425 639
2018 - - - - - - - -
5 630--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sur l'origine du choix de l'appellation des établissements scolaires, voir l'onglet "discussion"

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

  • Radio locale "Radio Open FM 97.9" la radio FM des monts d'Ambazac et Val duTaurion

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie traditionnelle de la région d'Ambazac - polyculture et élevage - a été modifiée par la découverte, en 1948, d'un gisement d'uranium à très forte teneur. Ce gisement, aujourd'hui épuisé, a été le point de départ d'une prospection systématique de la région. De nouveaux gisements ont été découverts et sont exploités par carrière ou par mine. L'uranium limousin a contribué, de façon notable, à l'alimentation en combustible de l'industrie nucléaire française.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Antoine du XIVe siècle contient le trésor d'Ambazac dont les deux pièces proviennent de l'abbaye de Grandmont près de Saint-Sylvestre, la châsse-reliquaire (châsse d'Ambazac)[21] dite de Saint-Étienne-de-Muret (fondateur de l'ordre de Grandmont) et la dalmatique de saint Étienne de Muret ;
  • Dolmen du Bois de la Lieue[22] ;
  • Château de Montméry[23] (XIXe siècle) (anciennement Mont cocu) : demeure construite par le porcelainier Théodore Haviland dans les années 1885-1890 devenue propriété d'un ancien coureur automobile. Une partie du film Lady Chatterley (5 césars en 2007), a été tournée au château en 2005 ;
  • Chalet de Montméry (XIX-XXe siècles) : maison de maître, ancienne pouponnière du château de Montméry, inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, elle s'inscrit dans le parc du château, est desservie par une allée de chênes et hêtres séculaires (classée Monument Historique). Par sa position privilégiée sur les piedmonts sud-est du mont Gerbassou, elle offre simultanément une vue sur le château de Montméry et bénéficie d'un exceptionnel panorama sur le grand paysage, jusqu'au plateau de Millevaches ;
Allée du Chalet de Montméry.
  • Château de Ribagnac (XIVe siècle) ;
  • Moulins médiévaux de Nouaillas ;
  • Oppidum celte dit « camp de César » ;
  • Étangs des moines de Grandmont ;
  • Étang de Jonas ;
  • Chapelle Saint-Psalmet ;
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Libération ;
  • La gare d'Ambazac.

Le Musée de la minéralogie comprend un espace consacré au photographe Izis[24].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Ambazac est concernée par plusieurs zones d'intérêt écologique, faunistique et floristique dites ZNIEFF : Monts d'Ambazac - Bois et caves de la zone centrale ; cette ZNIEFF est une zone de type I contenue dans la zone de type II intitulée "Monts d'Ambazac et vallée de la Couze" ; une autre ZNIEFF de type II qui couvre la vallée du Taurion concerne marginalement la commune. Elle bénéficie également de deux sites Natura 2000 : mine de Chabannes et souterrains des monts d'Ambazac (zone spéciale de conservation) et vallée du Taurion et affluents (zone spéciale de conservation) par arrêté du . Le territoire communal possède encore de nombreuses zones humides : étangs, ruisseaux et prairies organiques ou paratourbeuses. Plusieurs sont remarquables (prairies inondables du Beuvreix, marais de Coqui, Ganne de Jumeau...). Ces habitats remarquables sont activement menacés par le drainage, le remblaiement et l'urbanisation anarchique. Heureusement la présence de communautés végétales relevant de la directive Habitats (aulnaies, bas-marais, prairies maigres de fauche...) et la présence d'espèces végétales protégées (Sibthorpie d'Europe) constituent les meilleurs garants de leur nécessaire préservation.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Clément, (1879-1941), Pharmacien Industriel, officier de la Légion d’Honneur, porteur de La Croix de Guerre 14-18, né à Ambazac, a fondé l’Orphéon Limousin renommé « Société des Chanteurs Limousins » après la Grande Guerre. Une plaque commémorative lui rend hommage au 9 de l’avenue du Général de Gaulle.
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, comédien et auteur (1622-1673), c'est à Ambazac qu'il aurait eu l'idée d'écrire Monsieur de Pourceaugnac ;
  • Le chanoine Landon, épigraphiste et latiniste, curé d'Ambazac ;
  • Raymond de Sèze (1748-1828), avocat et membre de l'Académie française, défenseur de Louis XVI ;
  • Charles Gounod (1818-1893), compositeur : aurait composé Faust dans la propriété de Trasforêt ;
  • Arsène Lejeune, (1866-1938), architecte et urbaniste ;
  • Richard Morris Hunt, (1827-1895), architecte américain, auteur du château de Montméry ;
  • Haviland, Théodore Haviland (1842-1919), fut le fondateur du domaine de Montméry ;
  • Édouard André (1840-1911), jardinier et paysagiste français Le parc de Montméry fut dessiné ;
  • Gilbert Ballet (1853-1916), médecin neurologue et aliéniste, né à Ambazac, membre de l'académie des Sciences;
  • Albert Besson (1896-1965), médecin et hygiéniste, membre de l'Académie de Médecine : c'est à Ambazac qu'il rédigea son principal ouvrage ;
  • Jean Tricart (1915-2000) est un homme politique français. Agriculteur, résistant (officier FFI), né le à Ambazac ;
  • Maurice Boitel, (1919-2007), artiste peintre, a peint à Ambazac entre 1947 et 1996 ;
  • Izis (1911-1980), photographe fut réfugié pendant la dernière guerre à Ambazac avec sa famille. Un espace lui est consacré au sein du Musée de la minéralogie ;
  • Catherine Cesarsky, astrophysicienne française, née le à Ambazac : directrice des Sciences de la Matière au CEA (1994 – 1999), directrice générale de l'Observatoire européen austral (1999 à 2007), présidente de l'Union astronomique internationale (UAI) (août 2006) et Haut-Commissaire du Commissariat à l'énergie atomique du à .
  • Gérard Braye, adjoint au maire d'Ambazac qui fut aussi le mécanicien de Jacques Anquetil  ;
  • Maxime Méderel (1980-), coureur cycliste est un habitant ici ;
  • Thierry Fabre (1982-), ancien international Français de judo, est professeur à l'Olympique Judo Ambazac.


Blason ville fr Ambazac (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Ambazac se blasonnent ainsi :

D'argent au tau d'azur, au chef de gueules chargé d'une aigle d'or issant de la partition.

Le blason, dessiné par M. Pierre Faure, a été approuvé par le conseil municipal dans sa séance du [25].

  • Le Tau, ou croix de Saint-Antoine, rappelle que l'église Saint-Antoine a été fondée près d'un monastère acquis, vers 1086, par Pierre le Grammairien, abbé de Saint-Augustin de Limoges. La congrégation a été, à cette époque, placée sous protection de saint Antoine.
  • L'aigle placée dans la partie supérieure rappelle les figures d'aigles d'or qui décorent la dalmatique de saint Étienne de Muret faisant partie du trésor d'Ambazac et se trouvant dans l'église Saint-Antoine d'Ambazac.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 17/07/2008.
  2. (fr) « Tout sur la commune », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté en janvier 2011).
  3. Carte IGN sur Géoportail
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  7. « Unité urbaine 2020 d'Ambazac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Limoges », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 avril 2021)
  13. (fr) « Liste des maires de la commune », sur www.francegenweb.org (consulté le 24 février 2011).
  14. « La démission de Josette Libert validée par la préfecture », Le Populaire du Centre,‎ (lire en ligne).
  15. « Stéphane Ché (TDG) élu maire d'Ambazac », Le Populaire du Centre,‎ (lire en ligne).
  16. Site des villes et villages fleuris, consulté le 1er février 2021.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Châsse Ambazac », sur Centre de la Culture du Limousin Médiéval (consulté le 26 juillet 2020).
  22. (fr) « Dolmen », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 10 janvier 2011).
  23. (fr) « Château de Montméry », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 10 janvier 2011).
  24. Vanessa Monteil, « À Ambazac, Izis ne se cache plus... », Le Populaire du Centre, 14 mars 2011, p. 3
  25. Ordre des Antonins : Ambazac, église et blason