Gilbert Ballet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ballet (homonymie).
Gilbert Ballet
Portrait de Gilbert Ballet
Gilbert Ballet
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à AmbazacVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychiatre, neurologue (en) et historienVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Officier de la Légion d'honneur (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie des sciences et Académie nationale de médecineVoir et modifier les données sur Wikidata

Louis Gilbert Siméon Ballet, né le à Ambazac (Haute-Vienne) et décédé à Paris le , est un neurologue, aliéniste, et historien de la médecine français.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Ballet a été formé par Jean-Martin Charcot, dont il était chef de clinique à l'Hôpital de la Salpêtrière. En 1904, il a créé le service de psychiatrie de Hôtel-Dieu à Paris et en 1907 il est nommé Professeur d'histoire de la médecine à la Faculté de médecine de Paris. En 1909, il est nommé titulaire de la chaire de clinique des maladies mentales et de l'encéphale à l'hôpital Sainte-Anne. La même année, il est élu président de la Société française d'histoire de la médecine.

Travaux[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 1912, il est nommé à l'Académie des sciences. Il est l'auteur de travaux importants et nombreux dans le domaine de la neurologie et de la psychuatrie.En 1903 il publie un Traité de psychiatrie, premier traité moderne[1] de psychiatrie qui resta la principale référence francophone pendant près de cinquante ans. C'est également lui qui décrit et définit la psychose hallucinatoire chronique en 1911. Enfin, il publie différents travaux d'histoire de la médecine.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches anatomiques et cliniques sur le faisceau sensitif et les troubles de la sensibilité dans les lésions du cerveau, A. Delahaye et E. Lecrosnier (Paris), 1881, 1 vol. (197 p.) ; in-8, disponible sur Gallica.
  • « Contribution à l'étude des réflexes tendineux : note sur l'état de la réflectivité spinale dans la fièvre typhoïde », in: "Progrès médical" (Paris), tiré à part: A. Delahaye & E. Lecrosnier (Paris), 1882, 16 p., disponible sur Gallica.
  • Le langage intérieur et les diverses formes de l'aphasie, Félix Alcan, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine» (Paris), 1886, disponible sur Gallica.
  • Psychoses et affections nerveuses, O. Doin (Paris), 1897, 1 vol. (451 p.) : 52 fig ; in-8, disponible sur Gallica.
  • Swedenborg. Histoire d'un visionnaire au 18e siècle, Masson (Paris), 1899, disponible sur Gallica.
  • Traité de pathologie mentale, Octave Doin (Paris), 1903.
  • « La psychose hallucinatoire chronique et la désagrégation de la personnalité », in: L’Encéphale, nov.1911,8, n0 6,501-508.
  • Le Projet de révision de la loi de 1838 relative aux aliénés, observations présentées à l'Académie de médecine à propos du projet soumis au Sénat, [monographie imprimée] imp. Tancrède (Paris) 1913, disponible sur Gallica.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludwig Fineltain: « Les manuels de psychiatrie », in: Bulletin de psychiatrie, 2003, N° 13, Article intégral en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]