Saint-Priest-Taurion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Priest et Taurion (homonymie).
image illustrant une commune de la Haute-Vienne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Vienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Priest-Taurion
Le château de Salvanet.
Le château de Salvanet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Saint-Léonard-de-Noblat
Intercommunalité Communauté de communes Élan Limousin Avenir Nature
Maire
Mandat
Bernard Dupin
2014-2020
Code postal 87480
Code commune 87178
Démographie
Population
municipale
2 867 hab. (2014)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 15″ nord, 1° 24′ 03″ est
Altitude Min. 223 m – Max. 428 m
Superficie 27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Priest-Taurion

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Priest-Taurion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-Taurion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-Taurion

Saint-Priest-Taurion est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Houliérois ou Houliéroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Priest-Taurion en Haute-Vienne.

C'est à Saint-Priest-Taurion que la rivière Taurion se jette dans la Vienne en rive droite. La commune se situe à 13 km au nord-est de Limoges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune est appelée Sent Préch.

Histoire[modifier | modifier le code]

On a coutume de dire que Saint-Priest-Taurion a une histoire de 1000 ans. La découverte dans son sous-sol de vestiges de l'époque gallo-romain laisse envisager un peuplement datant de bien au-delà du haut Moyen Âge. Le premier nom de la commune fut Sanctus Praejectus Les Olières ou Las Olieras en occitan (Sanctus Praejectus était saint Priest, évêque de Clermont-Ferrand, mort en 674).

L’appellation des Olières a deux origines. Le nom Olier désignant aussi bien le potier que le marchand ou fabricant d'huile. L'argile du Taurion et de la Vienne aurait été utilisée pour fabriquer vases et récipients. Après l'ordonnance de Villers-Cotterets, Sanctus Praejectus est remplacé par Saint Priest et les Olières disparut progressivement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1848 1860 A. de la Salvanie    
1860 1871 Etienne Moreau    
1871 1881 Adrien Prousseau    
1881 1884 Teisserenc de Bort    
1884 1896 G. de Saint-Vinox    
1896 1900 Elie Alphonsant    
1900 1907 André Delage    
1907 1912 Jean Defournoux    
1912 1926 Léonard Faure    
1926 1935 Jules Faure    
1935 1942 André Mérigaud    
1942 1944 Henri Fournier    
1944 1945 Marcel Malignier    
1945 1945 Léopold Crespy    
1945 1947 Pierre Pénicaud    
1947 1959 Amédée Broussillon    
1959 1972 Pierre Pénicaud    
1972 1977 Paul Puiffe    
1977 en cours Bernard Dupin DVG / FG  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 867 habitants, en augmentation de 4,79 % par rapport à 2009 (Haute-Vienne : 0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 142 791 843 1 092 1 135 1 155 1 086 1 120 1 211
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 217 1 170 1 143 1 197 1 292 1 346 1 432 1 448 1 458
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 520 1 565 1 538 1 498 1 513 1 505 1 485 1 601 1 641
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 656 1 687 1 690 2 266 2 506 2 613 2 693 2 853 2 867
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Salvanet, XVIIIe siècle.
  • Gare des Bardys.
  • Domaine de Bort : les descendants de Raymond de Sèze le tiennent.
  • Les sites gallo-romains : plusieurs sépultures ont été découvertes dans la terre des Martines en 1895. Parmi elles, une urne cinéraire en pierre en renfermait une autre haute de 35 cm ayant une ouverture de 20 cm dans laquelle se trouvait une urne en verre de couleur verte. En novembre 1908, près de la Martinerie, des ouvriers ont mis au jour deux urnes cinéraires et un souterrain-refuge constitué de plusieurs galeries et d'une salle de 4 m2 où l'on ne peut pénétrer qu'en rampant. C'est près de la Martinerie que passait la grande voie romaine traversant la France de l'est à l'ouest en passant par Limoges. Une voie secondaire venant d'Ahun la rejoignait à Saint-Priest et traversait le Taurion près de son confluent avec la Vienne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Saint Priest

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]