Calico (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Calico
logo de Calico (entreprise)

Création 18 septembre 2013
Fondateurs Arthur Levinson
Personnages clés Robert Cohen, Cynthia Kenyon, Hal V. Barron, David Botstein
Siège social San Francisco, Californie, États-Unis
Direction Arthur D. Levinson
Actionnaires Alphabet Inc.Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Biotechnologie
Société mère Alphabet Inc.
Site web http://www.calicolabs.com/

Calico est une société de biotechnologies fondée le par Google, dans le complexe secret Google X Lab, avec le but avoué de se concentrer sur le défi de la lutte contre le vieillissement et les maladies associées avec pour projet de Tuer la mort[1],[2],[3],[4]. La nouvelle société est dirigée par Arthur Levinson, biologiste siégeant par ailleurs au conseil d'administration d'Apple ainsi que du laboratoire pharmaceutique Hoffmann-La Roche, dirigeant l’entreprise américaine de biotechnologie Genentech.

Le nom de Calico est un raccourci pour la California Life Company[5].

Google et le transhumanisme[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, Google est devenu l'un des principaux sponsors du mouvement transhumaniste, notamment par le soutien financier massif des entreprises portant sur les nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives (NBIC) et par l'engagement, en décembre 2012, au sein de son équipe dirigeante de Raymond Kurzweil, spécialiste de l'intelligence artificielle[6], théoricien du transhumanisme et cofondateur de la Singularity University, par ailleurs parrainée financièrement par Google, prônant le concept de singularité technologique, c'est-à-dire l'avènement d'une intelligence artificielle qui « dépassera » les capacités du cerveau humain[7].

L'ambition du géant de l'internet est ouvertement de réussir à appliquer son modèle de réussite dans le domaine des technologies de l'information à celui des technologies de la santé et des biotechnologies, afin d'améliorer la qualité et de prolonger la durée de la vie humaine, notamment en parvenant à faire de son moteur de recherche la première et la plus performante des intelligences artificielles[8].

Citations[modifier | modifier le code]

Larry Page, cofondateur de Google[9] :

  • « Si on résout le cancer, on ajoute environ trois ans à l'espérance de vie moyenne. On pense que résoudre le cancer serait ce truc énorme qui changerait le monde. Mais quand on prend un peu de distance on voit que, oui, il y a énormément de cas tragiques de cancer, et c'est très très triste, mais, globalement, ce ne serait pas une si grande avancée que ça. »
  • « Résoudre – pas soigner – le cancer pourrait être une tâche pas suffisamment importante[pas clair]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Leslie Miller, « GGoogle announces Calico, a new company focused on health and well-being », sur googlepress.blogspot.com, (consulté le 28 mai 2014).
  2. « Avec Calico, Google veut s'attaquer à la vieillesse et à la maladie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. Erwan Lecomte, « Avec Calico, Google s'attaque à l'immortalité », Sciences & Avenir,‎ (lire en ligne).
  4. Marina Torre, « Comment Google compte défier la mort grâce à Calico », La tribune,‎ (lire en ligne).
  5. (en) « Google's stealthy anti-aging startup », sur fortune.com, .
  6. Alexandre Piquard, « Google, une certaine idéologie du progrès », (consulté le 20 mai 2015).
  7. Laurent Sacco, « Google recrute Ray Kurzweil, un gourou du transhumanisme », (consulté le 20 mai 2015).
  8. Laurent Alexandre, « Google et les transhumanistes », (consulté le 20 mai 2015).
  9. Cécile Dehesdin, « Avec Calico, Google veut rallonger notre espérance de vie », sur slate.fr, (consulté le 11 mars 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]