Projet Loon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le projet Loon est un projet de Google visant à développer l’accès à l’Internet dans les zones les plus reculées de la planète[1].

Posant le constat que « deux tiers de la population mondiale n’ont toujours pas accès à une connexion rapide et bon marché », Google a lancé un projet utilisant des ballons stratosphériques gonflés à l’hélium[1],[2].

Le projet, issu du laboratoire de recherches secret Google X Lab[3] dirigé par le cofondateur de Google Sergey Brin, tire son nom du mot « Loon », diminutif de « balloon », ballon ou synonyme de « fou », « dingue »[1],[4].

Chaque ballon, de quinze mètres de diamètre, flotte à une vingtaine de kilomètres d’altitude (soit deux fois plus haut que les avions de ligne[4]) et peut, grâce à ses panneaux solaires, voler 187 jours soit de quoi faire neuf fois le tour du monde[2].

Il permet une connexion sur 40 kilomètres autour de lui, avec des débits équivalents à de la 3G[3],[4] et même à de la 4G[2].

Les trente premiers ballons ont été lancés le 15 juin 2013 depuis la Nouvelle-Zélande. Après la Nouvelle-Zélande, Google souhaite étendre l’expérimentation dans des pays à la même latitude, comme l’Afrique du Sud, l’Uruguay, l’Australie ou encore le Chili[3],[1].

Chaque ballon peut maintenant relayer la 4G sur un rayon de 80 kilomètres[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Projet « Loon » : les ballons gonflables de Google décollent en Nouvelle-Zélande », Rue89 - Nouvel Observateur,‎
  2. a, b et c G Comme Google Loon, revue 01net n°824 du 8 juillet 2015
  3. a, b et c « Loon de Google: le projet "dingue" pour recevoir Internet via des ballons stratosphériques », SudInfo.be,‎
  4. a, b et c « Loon, le nouveau projet fou de Google », L'Expansion - L'Express,‎