Alphabet (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alphabet Inc.
logo de Alphabet (entreprise)
illustration de Alphabet (entreprise)

Création
Fondateurs Larry Page, Sergey Brin
Personnages clés Ruth Porat (directrice financière)[1]
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargne
Action NASDAQ : GOOGL NASDAQ : GOOG
Slogan « Do the right thing »
Siège social Mountain View, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Sundar Pichai (depuis )[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Larry Page (26,3 %) ()[3]
Eric Schmidt (4,5 %) ()[3]
Sergey Brin (25,3 %) ()[3]
The Vanguard Group (3 %) ()[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Technologie de l'informationVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Google
Wing (en)
Projet Loon
Owlchemy Labs
Waymo
Waymo Holding (d)
Google Ireland Limited (d)
Google Nest
X Development
Google Fiber
GV
Calico
XXVI Holdings (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 190 234 ()[4]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web abc.xyzVoir et modifier les données sur Wikidata

Capitalisation en augmentation 1 724 milliards de dollars américains ()[5]
Fonds propres en augmentation 256,144 milliards de dollars américains (2022)[5]
Chiffre d'affaires en augmentation 282,836 milliards de dollars américains (2022)[5]
Bilan comptable en augmentation 365,264 milliards de dollars américains (2022)[5]
Résultat net en diminution 59,972 milliards de dollars américains (2022)[5]

Alphabet Inc. /ˈælfəbɛt/[6] Écouter est une société américaine basée en Californie, créée en 2015 comme un conglomérat de sociétés précédemment détenues par la société Google. Selon les fondateurs de Google, le but de cette structure est de décharger la société historique des activités ne représentant pas son cœur de métier, à savoir les services Internet tels que l'indexation de pages, YouTube ou Gmail qui tirent des revenus de la publicité en ligne[7]. Selon l'entreprise, les comptes de Google en ressortent clarifiés et les risques sont désormais répartis entre les filiales. L'atténuation d'abus de position dominante a entre autres été évoquée.

Alphabet Inc. est actuellement dirigée par Sundar Pichai (PDG)[8].

Le nom de la société Alphabet a été choisi, car il représente le langage, l'innovation la plus importante de l'humanité qui est au cœur de l'outil de recherche Google, selon les fondateurs. C'est aussi parce que l'Alphabet constitue toutes les langues et que Google voulait être accessible pour tout le monde. Larry Page évoque également que le nom de la société représente un jeu de mots avec alpha et bet, qui signifie « pari » en anglais[9],[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise Alphabet est créée à l'occasion de la restructuration de Google, afin de recentrer les activités du moteur de recherche et des services internet — incluant du matériel comme les téléphones Google Nexus et Pixel tout en explorant d'autres domaines via des filiales au sein d'Alphabet. Le but n'est pas d'en faire une marque forte, mais de regrouper plusieurs marques indépendantes[9]. Le groupe est constitué initialement de Google Inc., Google Nest, Calico, ainsi que Google Fiber, X, les fonds CapitalG (en) et GV[10],[11],[12], et Sidewalk Labs (en) dans le domaine de l'urbanisation[13].

À la suite de cette restructuration, Alphabet compte désormais sur plusieurs dirigeants pour gérer les différentes filiales du groupe. Les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, ont alors pris la tête de la nouvelle entreprise respectivement en tant que PDG et président[10],[14]. Néanmoins ce dernier supervise également le laboratoire X. Et c'est l'ancien dirigeant d'Android et Chrome, Sundar Pichai, qui devient le nouveau PDG du moteur de recherche[15].

Le , les actions Google deviennent des actions Alphabet conservant les mêmes codes GOOG et GOOGL, le conseil d'administration d'Alphabet est constitué des mêmes membres que celui de Google[11].

En , Alphabet annonce l'acquisition d'Apigee Corp pour 625 millions de dollars[16].

En , Alphabet annonce l'acquisition de Looker, une entreprise spécialisée dans le cloud, pour 2,6 milliards de dollars[17].

En novembre 2019, Alphabet annonce le rachat de Fitbit pour 2,1 milliards de dollars[18].

Le 3 décembre 2019, Larry Page et Sergey Brin ont annoncé conjointement qu'ils quitteraient leurs fonctions respectives, demeurant en tant qu'employés et conservant leur vote majoritaire au conseil d'administration. Sundar Pichai, le PDG de Google, doit assumer le rôle de PDG d'Alphabet tout en conservant le même rôle chez Google[19].

En mars 2022, Alphabet annonce l'acquisition de Mandiant, une entreprise américaine de cybersécurité, pour 5,4 milliards de dollars[20].

Capitalisation[modifier | modifier le code]

En , la capitalisation d'Alphabet atteint 555 milliards de dollars américains et devient la première capitalisation mondiale devant Apple[21],[22] même si les groupes restent proches et s'échangent la place suivant l'évolution de leurs cours de bourse[23]. Au printemps 2017, Alphabet est largement distancé par Apple en matière de capitalisation boursière[24].

Début 2020, la capitalisation dépasse les 1 000 milliards de dollars américains[25].

Gouvernance, Actionnariat, Finances[modifier | modifier le code]

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Principaux actionnaires institutionnels au [26].
Actionnaire Pourcentage
The Vanguard Group 7,58 %
Capital Research & Management 5,00 %
SSgA Funds Management 3,64 %
Fidelity Management & Research 3,12 %
BlackRock Fund Advisors 2,15 %
T. Rowe Price Associates 1,94 %
Geode Capital Management 1,93 %
Norges Bank Investment Management 1,67 %
Northern Trust Investments 1,16 %
Wellington Management 1,08 %

Gouvernance[modifier | modifier le code]

En 2023, les membres du conseil d'administration sont les personnes suivantes :

Nom Statut Description
John L. Hennessy Président du conseil d'administration Informaticien américain

Lauréat du Prix Turing

Sundar Pichai Administrateur PDG de Alphabet
Larry Page Administrateur Cofondateur de Google
Sergey Brin Administrateur Cofondateur de Google
Frances Arnold Administratrice Lauréate du Prix Nobel de Chimie
R. Martin Chávez Administrateur Membre du fonds d'investissement Sixth Street Partners.

Ancien directeur des systèmes d'information de la banque Goldman Sachs

L. John Doerr Administrateur Investisseur majeur de la Silicon Valley
Roger W. Ferguson, Jr. Administrateur Ancien Vice-President de la Réserve Fédérale
Ann Mather Administratrice Ancienne directrice financière de Pixar

Membre du conseil d'administration de Bumble et Netflix

K. Ram Shriram Administrateur Investisseur majeur de la Silicon Valley
Robin L. Washington Administrateur Ancienne directrice financière de Gilead

Membre du conseil d'administration de Salesforce

Finances[modifier | modifier le code]

Résultats de la société (en millions de dollar américain)[27].
Année 2019 2020 2021 2022
Chiffre d'affaires 161 857 182 527 257 637 282 836
Résultat d'exploitation 34 231 41 224 78 714 74 842
Marge d'exploitation

(Résultat d'exploitation /CA)

21,1% 22,6% 30,6% 26,5%
Résultat net 34 343 40 269 76 033 59 972
Marge nette

(Résultat net / CA)

21,2% 22,1% 29,5% 21,2%

Entreprises de la holding[modifier | modifier le code]

La holding comprend les entreprises suivantes, certaines ayant changé de nom quelque temps après la création d'Alphabet afin de marquer la séparation avec Google :

Google reste la principale source de revenus du groupe, les autres entreprises constituent ce qui est appelé par Alphabet la division « other bets » (en français : autres paris). Les résultats financiers sont présentés séparément sur ces deux segments[36]. Sur la partie « autres paris », le chiffre d'affaires 2015 est en hausse par rapport à l'année précédente, mais les pertes s'élèvent à 3,6 milliards de dollars en 2015[21].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Directeurs générauxVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDurée
DébutFin
Larry Page[37]
(né en )
4 ans, 3 mois et 23 jours
Sundar Pichai[2]
(né en )
En cours4 ans, 4 mois et 17 jours

Controverses[modifier | modifier le code]

Bureaux de Google

Polémique sur sa création[modifier | modifier le code]

Le lendemain de l'annonce de la création de la société, plusieurs journaux pointent que cette restructuration masquerait en réalité une opération visant à faire tomber les procès antitrust en cours, lancés par l'Union européenne. En éclatant son activité en plusieurs sociétés, Alphabet souhaite atténuer l'abus de position dominante qu'il exerçait en concentrant toutes ses activités dans une seule entité. Quelques heures après ces articles, plusieurs juristes estiment cette piste cependant peu probable comme le fait remarquer Christophe Benavent : « si une partie de l’activité est filialisée, les litiges resteront dans l’entité ou seront transférés »[38].

Les détracteurs de cet empire financier notent que cette nouvelle structure et dénomination est une manière de rendre Google moins hégémonique aux yeux des consommateurs de ses multiples services collectant toujours plus de données personnelles à des fins publicitaires, par le biais d'une infantile communication notamment avec des cubes alphabet de couleur sur leur site officiel[1].

Paradis fiscal[modifier | modifier le code]

La société est immatriculée dans l'État du Delaware, un paradis fiscal au sein des États-Unis, ce qui se traduit par une simple boîte aux lettres au nom d'Alphabet dans un immeuble de Wilmington appelé Corporation Trust Center (en), situé au 1209 North Orange street et regroupant les domiciliations d'American Airlines, Apple Inc., General Motors, The Coca-Cola Company, Walmart, Yum! Brands, Verizon et Take-Two Interactive, entre autres[39],[40].

Abus de position dominante[modifier | modifier le code]

À la suite d'une amende de 2,42 milliards d'euros, infligée par la Commission européenne à Google pour abus de position dominante, les bénéfices d'Alphabet chutent de 27 % au second trimestre 2017[41],[42].

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

La société Alphabet, notamment son moteur de recherche Google, est critiquée pour son impact sur l'environnement[Comment ?][43]. Pour répondre à ces critiques et pour améliorer son image auprès de ses utilisateurs, les serveurs du site sont alimentés depuis 2017 avec 100 % d'énergie renouvelable[44]. Mais l'impact environnemental des géants du numérique ne se limite pas aux seuls data centers. En 2019, l’industrie du numérique représentait 34 milliards d'équipements pour 4 milliards d'utilisateurs dans le monde, selon une étude réalisée par GreenIT.fr[45]. À cela s'ajoute les centres de données et les réseaux. Les annonces de la firme Google se focalisent donc principalement sur la partie visible de l'iceberg, car « inciter à consommer plus durablement est en totale contradiction avec les intérêts économiques de Google », soulignait Agathe Martin, analyste financier chez Fabernovel[46].

Suppression de postes[modifier | modifier le code]

Le , Alphabet prévoit de supprimer 12 000 postes dans le monde, soit 6 % de ses effectifs totaux[47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Adrienne LaFrance, « Alphabet, Jigsaw, and the Puzzle of Google's New Brand », sur theatlantic.com, (consulté le ).
  2. a et b (en) Anthony Ha (d), « Google CEO Sundar Pichai is taking over as CEO of Alphabet », TechCrunch, (consulté le ) : « Google founders Larry Page and Sergey Brin just announced that Google CEO Sundar Pichai will be replacing Page as the CEO of parent company Alphabet. »
  3. a b c et d Proxy Statement, (SEC filing)Voir et modifier les données sur Wikidata
  4. rapport annuelVoir et modifier les données sur Wikidata
  5. a b c d et e (en) Alphabet Announces Fourth Quarter and Fiscal Year 2022 Results, Montain view, , 9 p. (lire en ligne)
  6. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  7. Adèle Pillon, « Alphabet Inc. », sur Numerama (consulté le )
  8. « Alphabet : Sundar Pichai touche le pactole », sur Les Echos, (consulté le )
  9. a et b (en) « Google Announces Plans for New Operating Structure », sur google.com, (consulté le ).
  10. a b et c (en) Brian Womack, « Google Rises After Creating Holding Company Called Alphabet », sur bloomberg.com, (consulté le ).
  11. a et b Davey Alba, « After Today, Google Officially Becomes Alphabet », sur wired.com, (consulté le ).
  12. (en) Julia Greenberg, « What Google, I Mean Alphabet, Looks Like Now », sur wired.com, (consulté le ).
  13. « Tout ce qu’il faut savoir sur Alphabet, la nouvelle maison mère de Google », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  14. (en) Cade Metz, « A New Company Called Alphabet Now Owns Google », sur wired.com, (consulté le ).
  15. « Qui sont les dirigeants d'Alphabet, la nouvelle société de Google », Le Figaro, publié le 11 août 2015.
  16. Google to buy software developer Apigee in $625 million deal, Reuters, 8 septembre 2016
  17. Paresh Dave, « Google to buy analytics software firm Looker for $2.6 billion », sur Reuters, .
  18. « Alphabet (Google) rachète Fitbit pour 2,1 milliards de dollars », sur www.lesnumeriques.com, (consulté le )
  19. « Larry Page et Sergey Brin quittent Google en « parents comblés » », sur lesechos.fr, (consulté le )
  20. (en) Eva Mathews, « Google boosts cloud security with $5.4 billion Mandiant deal », sur Reuters,
  21. a et b Stéphane Lauer, « Alphabet (Google) devient la première capitalisation mondiale », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  22. Anaïs Moutot, « Alphabet-Google détrône Apple à Wall Street », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  23. (en) Matt Krantz, « Apple not going down easy as it overtakes Google parent Alphabet », sur usatoday.com, (consulté le ).
  24. « Infographie: Tencent entre dans le club des 10 plus grosses entreprises au monde », sur Statista Infographies (consulté le ).
  25. « Vidéo : la capitalisation boursière d’Alphabet atteint les 1 000 milliards de dollars », sur ZDNet France (consulté le )
  26. « ALPHABET INC. : Actionnaires Dirigeants et Profil Société », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  27. (en) « Alphabet Investor Relations », sur Alphabet Investor Relations (consulté le )
  28. David Goldman, « From A to Z, meet Alphabet's companies », sur cnn.com, (consulté le ).
  29. David Goldman, « From A to Z, meet Alphabet's companies », sur cnn.com, (consulté le ).
  30. Eric Schmidt, « Google Ideas becomes Jigsaw », sur medium.com, (consulté le ).
  31. Gautier Virol, « Google veut protéger les sites d'information des attaques informatiques », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  32. (en) « Google's parent company spun out a new business that heats your home with geothermal energy », Business Insider,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. a et b « Google X : les ballons Loon et les drones Wing deviennent des sociétés d'Alphabet », Génération-NT,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. (en) « DeepMind » (consulté le )
  35. (en) « Expanding the Online Frontier », sur Google Registry (consulté le )
  36. (en) Deborah M. Todd et Subrat Patnaik, « Alphabet changes results format to separate Google, other bets », sur reuters.com, (consulté le ).
  37. « Alphabet Inc. 2019 Proxy Statement », Securities and Exchange Commission
  38. Olivier Ertzscheid, « Et si Google changeait de nom parce qu’il a chaud au cul ? », sur Rue89, (consulté le ).
  39. Jamal Henni, « Google immatricule d'office Alphabet dans un paradis fiscal », sur bfmbusiness.fr, (consulté le ).
  40. « Alphabet, trop fort en Google », Le Canard enchaîné, no 4947,‎ , p. 1.
  41. « Le bénéfice d'Alphabet en forte baisse après l'amende record de la Commission européenne », (consulté le ).
  42. Alphabet (Google) voit ses résultats plombés par l'amende européenne, Challenges, 25 juillet 2017
  43. « Imbroglio sur la pollution générée par les recherches Google », sur L'Obs (consulté le ).
  44. « EnR : Google passe à 100% d'électricité renouvelable », sur Green IT, (consulté le ).
  45. Frédéric Bordage, « Empreinte environnementale du numérique mondial », sur greenit.fr, (consulté le )
  46. « Les "big tech" et l'environnement : peuvent mieux faire ! », sur La Tribune, 2020-03-17cet06:00:00+0100 (consulté le )
  47. « Un plan social de la maison-mère de Google prévoit de supprimer 12 000 postes — Wikinews », sur fr.wikinews.org (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article(s) connexe(s)[modifier | modifier le code]