Le Petit Paumé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Petit Paumé est une association à but non lucratif créée en 1968 et composée d'étudiants d'EMLYON Business School. Son nom est inspiré de la chanson de Jacques Brel, Les Paumés du petit matin (1962). Le Petit Paumé possède différentes publications :

  • Le Petit Paumé, un city-guide papier composé de critiques aussi bien sur les agences de voyage que sur les établissements nocturnes et sur les restaurants situés au Grand Lyon et à Lyon ;
  • Le (Tout) Petit Paumé, une newsletter électronique hebdomadaire qui recense tous les bons plans sorties et culture de Lyon ;
  • un site web ;
  • une application pour smartphone.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Petit Paumé est édité pour la première fois en 1968 par un groupe d'étudiants d'EMLYON Business School, école encore appelée à l'époque ESCAE Lyon. Financé par une seule publicité d'une valeur de 100 francs[1], le guide qui est alors tiré à 300 exemplaires est destinés aux étudiants des nouvelles promotions de l'école, afin de leur faciliter la découverte de Lyon. Les années 70 marquent ensuite une période d'essor considérable pour le guide. C'est par exemple en 1971 que la distribution du guide s'élargit aux Lyonnais. En outre, apparaissent dès 1972 les premières critiques de restaurants qui deviendront par la suite un de ses éléments les plus caractéristiques. L'année suivante, en 1973, le label « RPPP » (Recommandé Par le Petit Paumé) est créé pour récompenser les établissements préférés par les étudiants de l'association. Cinq ans plus tard, l'édition 1978 du guide, réalisée pour la première fois en couleur, atteint les 100 000 exemplaires. Plus récemment, l'association crée en 1999 le Village Médiéval et lance en 2009 son application iPhone.

City-guide et événements[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L'association a pour principale vocation de concevoir et de distribuer un guide critique et gratuit des institutions et commerçants de la ville de Lyon. Pour cela, l'association teste tous les restaurants, bars et commerces qu'elle entend voir figurer dans son guide annuel Le Petit Paumé. En 2013, il comporte quatre grandes rubriques : Lyon pratique, Lyon loisirs, Lyon glouton et Lyon nuit.

Chacun de ses étudiants bénévoles (une petite trentaine), membres élus pour un an au sein de la communauté étudiante d'EMLYON Business School, est à la fois testeur et rédacteur à part entière, même si les activités de l'association se répartissent en seize commissions dans lesquelles chacun se spécialise. Disposant d'un budget d'environ 650 000 euros[2] grâce à des annonceurs, des sponsors et aidé par des partenaires, le Petit Paumé est la deuxième association étudiante de France[3] en termes de moyens financiers, ce qui lui permet de faire imprimer chaque année 300 000 exemplaires du guide[4], dont la quasi-totalité est distribuée lors du lancement officiel Place Bellecour, à Villeurbanne et dans le centre commercial de la Part-Dieu au mois d'octobre, et le reste est distribuée à la demande par courrier[5] ou bien en mains propres dans le local de l'association, sur le campus français de l'école à Écully.


Au-delà de ses publications, le Petit Paumé organise également deux principaux événements :

  • la Semaine Gourmande du Petit Paumé avec le Village Gourmand qui est un rassemblement de plus de vingt producteurs artisanaux, organisé au mois de mai ou de juin chaque année sur la place Saint-Jean dans un décor historique [6]. Il attire quelque 65 000 visiteurs durant deux jours. Il s'ensuit alors les Soirées Gourmandes du Petit Paumé[7] dont la première édition s'est déroulée en juin 2012 dont le but est de mettre à l'honneur les nouveaux restaurants de Lyon en proposant aux lyonnais de les découvrir à un tarif préférentiel : le menu au prix du plat ;
  • le jour du lancement du guide Le Petit Paumé dont la Nuit Blanche est une festivité organisée en octobre lors de la parution de la nouvelle édition. Elle s'effectue à la Part-Dieu et surtout sur la place Bellecour où se rassemblent plusieurs milliers de Lyonnais[2]. Au-delà de la distribution de plus de 180 000 guides, le « lancement » s'accompagne de concerts, de spectacles de rue et de diverses attractions[2].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Le Petit Paumé décerne dans chacune de ses rubriques des distinctions appelées « RPPP » (Recommandé Par le Petit Paumé) et, dans le cas particulier de la rubrique consacrée aux restaurants, établit des palmarès qui varient selon les années comme « la serveuse la plus hot », « le plus gros coup de pied au cul après révélation » ou encore le non moins controversé palmarès de « la plus grosse chiasse d'après repas ». Soutenu par un collectif de commerçants « Refus du Petit Paumé » (ou RPP), le propriétaire de la Carte Blanche, un restaurateur lyonnais qui avait reçu cette dernière distinction lors de l'édition de 2010, intente dans un premier temps une action en justice dans le cadre d'une procédure civile qui sera finalement annulée pour vice de forme. Il porte ensuite l'affaire au pénal en saisissant le tribunal de grande instance de Lyon pour propos injurieux et diffamation envers sa personne[8]. Pourtant « l’accent est mis sur l’information tout en gardant notre côté non conventionnel et impertinent » se défend Raphaël Casteau, le rédacteur en chef de l’édition 2011 qui reconnaît toutefois qu'« il y a eu des maladresses »[9]. Depuis, ce type de palmarès ayant suscité une telle polémique a été supprimé du Petit Paumé. La nouvelle édition présente des palmarès moins houleux comme, entre autres, « les toilettes les plus insolites », « la serveuse la plus sexy » ou « le serveur le plus beau gosse »[2]. La régie immobilière Saint Louis l'avait également attaqué car le guide 2010 mentionnait - dans sa rubrique intitulée à l'époque « Lyon Pratique » - une « arnaque au locataire organisée » et « un bail erroné que l'on rature à souhait après signature »[10]. Le tribunal a finalement relaxé l'association[11]. Depuis sa création en 1968, le Petit Paumé n’a été condamné qu’une seule fois par la justice au début des années 2000[12].

Petit Paumé en chiffres (2012)[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • le guide gratuit de 416 pages est distribué à 300 000 exemplaires[13] ; 1 282 établissements testés dont 975 référencés avec 500 restaurants, 205 RPPP dont 94 restaurants. Le Petit Paumé a également retesté 209 restaurants pour confirmer ou infirmer un RPPP ou une mauvaise critique[14] ;
  • le taux de notoriété spontanée est de 54 % auprès des Lyonnais et le taux de notoriété globale est de 96 %, selon le dernier bilan d'audience réalisé par l'institut IPSOS en décembre 2012 ;
  • environ un Lyonnais sur deux consulte le Petit Paumé avant de se rendre au restaurant, selon la même étude de l'institut IPSOS[15];
  • un site web à plus de 120 000 visiteurs par mois [16] qui s'est vu décerner le prix du meilleur site internet de city-guide étudiant en 2009 au City Guides Awards[17] ;
  • l’intégralité du guide papier en ligne avec plus de 2 000 critiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Préface de l'édition 2006 du Petit Paumé, rédigé par Jean-Claude Buchs qui fut l'un des fondateurs du guide
  2. a, b, c et d « Le Petit Paumé s’assagit ». Site de Lyon-info.fr, consulté le 1er avril 2011
  3. « Le classement des associations 2012 »
  4. http://www.lyonmag.com/article/19233/le-petit-paumA-2011-dans-les-starting-blocks-
  5. http://www.petitpaume.com/contenu/recevoir-un-petit-paume.htm site web officiel du Petit Paumé
  6. http://www.petitpaume.com/evenement/le-village-gourmand-du-petit-paume site officiel du Petit Paumé
  7. http://www.petitpaume.com/evenement/les-soirees-gourmandes-du-petit-paume Site officiel du Petit Paumé
  8. « Le Petit Paumé : "un guide à prendre à la légère" » d'Elise Anne publié dans Lyon Capitale le 7 janvier 2011
  9. « Le Petit Paumé 2011 veut enterrer les polémiques », 20minutes.fr, consulté le 1er avril 2011
  10. « JUSTICE - C'est une première depuis la création du guide en 1968... », 20minutes.fr, consulté le 1er avril 2011
  11. « Lyon: le Petit Paumé condamné en diffamation », Metro france.com, consulté le 1er avril 2011
  12. « L’action judiciaire contre le Petit Paumé examinée lundi au tribunal de grande instance de Lyon », mLyon, consulté le 1er avril 2011
  13. « Le Petit Paumé à la découverte de l'AtLyontide ! » publié dans pointe d'actu Consulté le 16 octobre 2012
  14. http://lyonnews.com/news_detail_1404.html 100 000 personnes Place Bellecour pour le lancement du Petit Paumé 2013
  15. Rapport d'étude sur le Petit Paumé intitulé « Audience et perception », effectué en décembre 2009 par Ipsos Marketing
  16. http://www.lyon-info.fr/?Le-Petit-Paume-2013-emerge-samedi Le Petit Paumé 2013 émerge samedi
  17. http://regie.publicity.free.fr/events_palmarescityguides_2009.php sur le site web de Publi City, la régie des guide étudiant. Consulté le 2 avril 2011