Marina Foïs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fois.
Marina Foïs
Description de cette image, également commentée ci-après
Marina Foïs en 2017.
Naissance (48 ans)
Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Films notables voir filmographie.

Marina Foïs, née le à Boulogne-Billancourt, est une actrice française.

Elle est révélée durant les années 1990 en tant que membre de la troupe les Robins des Bois, qui se produit sur scène et sur les chaînes Comédie ! et Canal+.

Durant les années 2000, elle perce au cinéma dans un registre comique avec : La Tour Montparnasse infernale (2001), Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002), Bienvenue au gîte (2003), RRRrrrr!!!, Un petit jeu sans conséquence et J'me sens pas belle (2004) (dont elle est même la tête d'affiche) et Un ticket pour l'espace (2006). En 2002, elle s'aventure dans un registre dramatique avec Filles perdues, cheveux gras. Sa performance lui vaut une nomination au César du meilleur espoir féminin.

Mais c'est en 2007 qu'elle opère un virage dramatique remarqué avec Darling, de Christine Carrière, dont elle tient le rôle-titre. L'année suivante, elle donne la réplique à Sandrine Bonnaire pour Un cœur simple.

Elle parvient ainsi à s'imposer comme une actrice incontournable : en étant au casting des films choraux Le Bal des actrices, Le code a changé et Les Yeux de sa mère (2009). Puis en enchaînant les seconds rôles dramatiques : Non ma fille tu n'iras pas danser (2009), L'Immortel (2010), L'Homme qui voulait vivre sa vie (2010).

Elle se hisse ensuite dans des premiers rôles : Happy Few (2010), Boule et Bill (2013), Tiens-toi droite (2014), Papa ou Maman (2015) ou encore Orage (2015).

Ses performances dramatiques ont été saluées par quatre nominations au César de la meilleure actrice : pour Darling (2008), Polisse (2011), Irréprochable (2017), et L'Atelier (2018).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Née dans une famille d'origines russe, juive égyptienne, allemande et italienne[1], Marina Foïs est la fille d'une psychologue et d'un chercheur en physique thermo-nucléaire[2].

Elle suit des cours d'art dramatique dès l'âge de 7 ans. Elle se découvre une passion pour la comédie en 1986, après avoir joué dans la pièce de Molière L’École des femmes, mise en scène par son ancien baby-sitter. Elle suit alors des cours par correspondance et obtient son baccalauréat deux ans plus tard[3].

Les Robins des Bois et Canal + (1996-2001)[modifier | modifier le code]

En 1996, Marina Foïs rejoint la troupe The Royal Imperial Green Rabbit Company, qui devient par la suite les Robins des Bois. Cette troupe est composée d'élèves du Cours Florent de la classe d'Isabelle Nanty, qui joue d'ailleurs avec eux dans la pièce Robin des Bois, d'à peu près Alexandre Dumas.

C'est cette pièce qui fait remarquer la troupe, dont Marina Foïs, par Dominique Farrugia en 1996. La troupe se voit ainsi offrir de jouer quotidiennement en direct sur la chaîne Comédie ! dans La Grosse Émission pendant deux ans. Pendant cette période, Marina Foïs coécrit de nombreux sketchs avec Pierre-François Martin-Laval et campe des personnages divers et variés, allant de Sophie Pétoncule, d'une stupidité confondante, à la metteuse en scène Marie-Mûre, pédante et autoritaire. Ils continuent l'année suivante leurs apparitions sur Canal+.

En mars 2001, la comédienne se fait connaître au cinéma en tenant le premier rôle féminin du film La Tour Montparnasse infernale, comédie potache portée par deux autres révélations comiques de Canal+, Éric et Ramzy.

À partir de juin 2001, Marina et la troupe se libèrent de leurs obligations quotidiennes pour se consacrer de plus en plus au cinéma. Parmi eux, elle devient l'une des actrices les plus actives en jouant dans presque trois films par an.

Progression cinématographique dans la comédie (2002-2006)[modifier | modifier le code]

En 2002, Marina Foïs fait partie de la distribution de la comédie Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre réalisée par Alain Chabat. Elle tient aussi d'autres petits rôles dans la comédie d'aventure Le Raid, de Djamel Bensalah, et Jojo la frite, de Nicolas Cuche. Enfin, elle fait partie des trois actrices principales de la comédie dramatique Filles perdues, cheveux gras, de Claude Duty. Elle y donne la réplique à Amira Casar et Olivia Bonamy.

En 2003, elle se contente d'une apparition dans la comédie décalée Mais qui a tué Pamela Rose ?, d'Éric Lartigau mais tient le premier rôle féminin de la comédie Bienvenue au gîte, de Claude Duty.

En 2004, elle retrouve les autres membres de la troupe des Robin des Bois pour leur premier projet cinématographique RRRrrrr!!!, sous la direction d'Alain Chabat. La même année, elle tient le second rôle dans la comédie sportive Casablanca Driver, de Maurice Barthélemy ainsi que le premier rôle de la comédie romantique J'me sens pas belle, de Bernard Jeanjean, face à Julien Boisselier. Elle reste dans le registre de la romance pour Un petit jeu sans conséquence, de Bernard Rapp. Enfin, elle fait partie de la distribution de la comédie décalée À boire, de Marion Vernoux.

En 2006, elle est au casting de la nouvelle comédie d'Éric Lartigau, Un ticket pour l'espace et de la comédie romantique Essaye-moi, de son ex-compère Robin des Bois Pierre-François Martin-Laval.

Passage au registre dramatique (2007-2011)[modifier | modifier le code]

En 2007, Marina Foïs tient le rôle-titre du drame Darling, de Christine Carrière. Cette première performance dans un registre dramatique vaut à l'actrice une nomination au César de la meilleure actrice. A côté, la comédie Le Plaisir de chanter, d'Ilan Duran Cohen, passe en revanche inaperçue[réf. nécessaire].

Elle persiste donc dans le drame en donnant la réplique à Sandrine Bonnaire pour Un cœur simple, de Marion Laine en 2008. La même année, elle retrouve Alain Chabat, mais comme acteur, pour une comédie décalée, La Personne aux deux personnes, réalisée par deux anciens collaborateurs de Canal+, Nicolas et Bruno.

En 2009, elle fait partie de la distribution principale des comédies Le Bal des actrices de Maïwenn, et Le code a changé de Danièle Thomson. Elle se voit également confier un rôle dans une réalisation de Christophe Honoré, Non ma fille tu n'iras pas danser.

En 2010, elle joue dans le thriller L'Immortel, de Richard Berry, sur un scénario adapté de Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte. Elle évolue aussi dans la comédie adulte Happy Few d'Antony Cordier et enfin retrouve Éric Lartigau pour le film dramatique L'Homme qui voulait vivre sa vie, face à Romain Duris.

En 2011, elle participe au film choral Les Yeux de sa mère, de Thierry Klifa, ainsi qu'au drame social Polisse, de Maïwenn. Cette dernière interprétation lui vaut une deuxième nomination au César de la meilleure actrice.

Tête d'affiche (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Marina Foïs au dîner des révélations des César 2014.

En 2012, Marina Foïs fait face à Mathilde Seigner et Josiane Balasko pour la comédie Maman, réalisée par Alexandra Leclère. Puis en 2013, elle joue le rôle d'une mère idéale pour la comédie familiale Boule et Bill, d'Alexandre Charlot et Franck Magnier. La même année, elle évolue dans la satire 100% cachemire, de Valérie Lemercier.

Suite aux échecs critiques de ces comédies populaires, elle se concentre sur des projets plus confidentiels en 2014 : un second rôle dans la comédie dramatique La Ritournelle, de Marc Fitoussi ; puis des rôles principaux dans le drame sportif Bodybuilder, de Roschdy Zem, et dans la comédie Tiens-toi droite, de Katia Lewkowicz, aux côtés de Noémie Lvovsky et Laura Smet.

En 2015, elle revient vers le grand public avec la comédie Papa ou Maman, de Martin Bourboulon. Sur un scénario d'Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte, elle donne la réplique à Laurent Lafitte. La même année, elle partage l'affiche du drame intimiste Orage avec Sami Bouajila.

Début 2016, elle refuse de participer à la suite de Boule & Bill mais revient pour deux autres : en février, elle est à l'affiche de La Tour de contrôle infernale, d'Éric Judor et, en décembre, elle revient dans Papa ou Maman 2, toujours sous la direction de Martin Bourboulon.

Parallèlement, elle joue aussi dans le drame Pericle il Nero, de Stefano Mordini, ainsi que dans un autre film dramatique dans la même veine que Darling, Irréprochable. Sa prestation lui vaut sa troisième nomination au César de la meilleure actrice.

En 2017, elle est la tête d'affiche du drame L'Atelier, de Laurent Cantet, et tourne sous la direction de l'acteur Gilles Lellouche pour son premier film, Le Grand Bain.

Vie privée[modifier | modifier le code]

L'actrice avec son compagnon, le réalisateur Eric Lartigau, aux Césars 2015.

Marina Foïs est la cadette d'une fratrie de quatre enfants : Fabio (1968-1999), mort dans un accident d'avion en se rendant à une manifestation de voltige aérienne à laquelle il devait participer ; Giulia (née en 1978), journaliste[4],[5] et Eléna (1980), médecin hospitalier.[réf. nécessaire]

Après avoir été la compagne pendant quelques années de Maurice Barthélemy, son compère des Robins des Bois, elle est devenue la compagne d'Éric Lartigau.[réf. nécessaire]

Le elle donne naissance à un garçon, Lazare[6]. Celui-ci apparaît dans le film Prête-moi ta main, dans le rôle de Sandro. Il fait également une apparition dans Les Infidèles. Le couple a un deuxième garçon, Georges, né le .[réf. nécessaire]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Publicités[modifier | modifier le code]

  • voix pour des publicités françaises de la marque Seat (également à la radio)
  • 2017 : publicité Protégeons les humains, pas les frontières de Matthieu Tribes pour le Collectif pour une Nation Refuge (CNR)[7]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :