Lisa Azuelos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azuelos.
Lisa Azuelos
Description de cette image, également commentée ci-après
Liza Azuelos en janvier 2018 au dîner des révélations des César du cinéma.
Nom de naissance Élise Azuelos
Naissance (52 ans)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Actrice
Réalisatrice
Scénariste
Productrice
Films notables LOL
Une rencontre

Lisa Azuelos (ou Lisa Alessandrin), née le à Neuilly-sur-Seine, est une réalisatrice et femme de lettres française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lisa Azuelos est la fille de la chanteuse et actrice Marie Laforêt et de Judas Azuelos, homme d'affaires marocain[1]. Son père aurait été très proche de l'homme politique Ben Barka, et son petit frère aurait été appelé Mehdi en son honneur[2]. À douze ans, elle a une demi-sœur, Deborah[2].

Son prénom, Lisa, ayant été refusé par l'administration, ses parents déclarent celui d'Élise[1]. Elle fait par la suite modifier son état-civil pour officialiser son prénom d'usage, Lisa[3].

Ses parents se séparent quand elle a deux ans, et elle reste avec sa mère, dont elle considère n'avoir jamais été proche[1]. Elle est placée avec son frère dans une pension suisse, « Les Sept Nains », à propos de laquelle elle déclare que les enfants y étaient maltraités physiquement et moralement[1]. Les enfants sont ensuite envoyés vivre chez une femme habitant un petit village de la Sarthe[1].

À l'âge de douze ans, elle commence à vivre avec son père, et découvre sa culture séfarade[2].

Adolescence et Premier Film[modifier | modifier le code]

Après son baccalauréat obtenu à seize ans, Élise Azuelos s'inscrit en sciences de la gestion à l'université Dauphine[1]. Elle devient gestionnaire de portefeuille[2] jusqu'au moment du Krach d'octobre 1987 où, voyant la fragilité du monde des affaires, elle décide d'arrêter[1]. Elle entre dans le monde du cinéma et travaille sur des tournages[1] où elle rencontre Luc Besson qui lui achète le scénario d'un film qui ne sera jamais tourné, et qui la conforte dans son choix professionnel. Il lui présente aussi son futur mari, le réalisateur Patrick Alessandrin. Ils ont trois enfants, Carmen, Illan et Thaïs[2]. Ils divorcent néanmoins onze ans plus tard.

En 2006, Élise Azuelos réalise Comme t'y es belle. Elle souhaite y rendre hommage à une communauté, celle des juifs séfarades de Paris, qu'elle connaît bien par ses attaches familiales, ainsi qu'« aux femmes de cette communauté », notamment à sa grand-mère et à ses tantes paternelles pour qui elle avait beaucoup d'affection et dont elle estime qu'elles lui ont beaucoup apporté[2].

Elle a choisi le prénom de son arrière-grand-mère, Bethsabée, pour appeler sa société de production Bethsabée Mucho[2]. Le nom de la société fait également écho à un titre d'une chanson de la chanteuse Dalida .

"Rencontre avec DALIDA" (2012-2017)[modifier | modifier le code]

En 2012 Nadia Farès et Orlando lui propose de réaliser le biopic prévu sur la vie de la chanteuse Dalida, mais finalement elle annule après des déconvenus entre Nadia Farès et elle. Orlando renvoie finalement et rappellera Lisa pour reprendre le projet en 2014. Elle déclare aimer les films de Maurice Pialat et Raymond Depardon et vouloir passer à une esthétique différente après Une rencontre[1].

En 2015 elle tourne le court-métrage Noctambule, dont le rôle principal est attribué à Jean-Baptiste Maunier. Elle révèle également reprendre le projet laisser à l'abandon concernant le biopic sur la vie de Dalida et offre à une Sveva Alviti, une mannequin sans expérience qui révait de devenir actrice, son premier grand rôle au cinéma ; le film sort en 2017 et l'année suivante le film est présenté à la 43e cérémonie des César, où Sveva Alviti est nommé dans la catégorie meilleur espoir féminin. Malheureusement le film ne gagne aucun prix mais la prestation de la jeune italienne est salué par le public. Le film lui permet de se créée une véritable place dans le milieu de la comédie et du cinéma français.

L'après DALIDA (Depuis 2017-)[modifier | modifier le code]

La même année, elle co-réalise avec Thierry Teston le clip Immobile pour promouvoir le second album de Louane. Au cours de l'année 2018, elle révèle être en train de préparer son sixième film qui se nomme Mon bébé. Le film traite des relations mère/fille, un sujet déja traité par la réalisatrice auparavant dans LOL, sorti en 2008. L'un des rôles titres est attribué à Sandrine Kiberlain ; le film est prévu pour début 2019. En Juin 2018 elle annonce avoir co-produit le premier film de sa fille : Carmen qui se nomme Interrail, mère et fille révèle par la même occasion que le film sort en Juillet de la même année.

Combats sociaux et humanitaires (Depuis 2014-)[modifier | modifier le code]

Lisa Azuelos est une fervente défenseuse des droits des femmes, et s'est mobilisée de nombreuses fois en faveur des femmes. En 2014, elle révéle être contre le mariage forcé et sort pour dénoncer cela le court-métrage : 14 millions de cris porter notament par Julie Gayet . En 2015, elle invente un nouveau mot pour déterminer les agissements contre les femmes : la gynophobie. Et publie en 2015 un livre intitulé Ensemble contre la Gynophobie , ce livre édité par Éditions Stock regroupe plusieurs témoignages de femmes violencées. Elle aussi contre le Harcèlement sexuel et n'hésitera pas à le dénoncer surtout lors de l'Affaire Harvey Weinstein. Elle fera partie en 2018, d'une des réalisatrices à la marche des femmes lors du Festival de Cannes ou elle retrouvera notamment son amie l'actrice : Sveva Alviti. Elle aussi une fervente défenseseuse des causes des enfants et lutte harcèlent contre le Harcèlement scolaire.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Productrice[modifier | modifier le code]

Œuvre écrite[modifier | modifier le code]

  • Lisa Azuelos, La guerre de toi n'aura pas lieu, Paris, éd. Intervista, , 255 p., 22 cm (ISBN 2-910753-12-3, notice BnF no FRBNF38860172)
    Le titre de ce livre est homonyme de la phrase « La guerre de toi n'aura pas lieu », figurant dans le refrain de la chanson La Guerre de toi, écrite par Guy Carlier, composée et interprétée par Phil Barney dans son album Partager tout (1995).
  • Lisa Azuelos, Manuel à l’usage des filles qui auraient dû dire non, Boulogne-Billancourt, éd. Pictorus, coll. « Réflexions », , 169 p., 19 cm (ISBN 2-9518463-7-1, notice BnF no FRBNF39210882)
  • Lisa Azuelos, Le Bras blanc : roman, Paris, éd. J.-C. Lattès, , 157 p., 21 cm (ISBN 2-7096-2716-7, notice BnF no FRBNF39966099)
  • Lisa Azuelos, Éloge du silence pendant l'amour : roman, Paris, éd. Plon, , 151 p., 20 cm (ISBN 978-2-259-20781-2, notice BnF no FRBNF4118972)
  • Lisa Azuelos, Mon journal intime, Paris, éd. J.-C. Lattès, , 141 p., 20 cm (ISBN 978-2-7096-3318-5, notice BnF no FRBNF41428215)
    Le sous-titre « roman » ne figure pas dans la notice bibliographique de cette édition originale. Le texte est censé être celui du journal intime du personnage de Lola, co-héroïne du film LOL, co-écrit et réalisé par Lisa Azuelos et sorti sur les écrans deux semaines avant la publication du livre.
  • Lisa Azuelos, Laissez-moi danser : roman, Paris, Stock, , 200 p., 22 cm (ISBN 978-2-234-08252-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Anne Diatkine, « lisa azuelos. la fille aux œufs d’or », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f et g Laurence Durieu, « Lisa Azuelos », VSD,‎ (lire en ligne)
  3. « Lisa Azuelos : « Le mariage est un contrat type qui ne devrait pas l’être », émission Tout et son contraire. », sur franceinfo.fr, (consulté le 15 septembre 2014)
  4. « Ti Amo (2002) », sur www.unifrance.org (consulté le 7 février 2017)