Jean-Fernand Audeguil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fernand Audeguil
Illustration.
Fernand Audeguil en 1946
Fonctions
Député de la Gironde (1936-1941, 1944-1956)
Gouvernement IIIe République et IVe République
Maire de Bordeaux
Prédécesseur Adrien Marquet
Successeur Jacques Chaban-Delmas
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Monclar-d'Agenais
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Bordeaux
Parti politique SFIO

Jean-Fernand Audeguil est un professeur, résistant et homme politique français né le à Monclar-d'Agenais (Lot-et-Garonne) et mort le à Bordeaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un passage à l'École normale d'instituteurs d'Aiguillon, il devient instituteur à Langon en 1910, tout en poursuivant des études à la faculté des sciences de Bordeaux. Professeur de sciences à l'école primaire supérieure de Dax en 1919, il exerce ensuite à Talence, puis à Bordeaux.

Il était aussi fin lettré, musicien expérimenté, peintre et poète[1].

Membre du parti socialiste SFIO depuis 1926, il est élu en 1935 conseiller municipal de Talence. La liste de gauche étant victorieuse, il devient adjoint au maire. En 1936, il est élu député de la deuxième circonscription de Bordeaux, en battant le sortant néo-socialiste Georges Lasserre, soutenu par le maire Adrien Marquet.

Pourtant proche des positions pacifistes du courant animé dans le parti par Paul Faure, il fait partie des quatre-vingts parlementaires qui votent contre les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le .

Radié de l'Éducation nationale, révoqué de ses fonctions de conseiller municipal, il devient en 1941 membre du réseau de résistance Libération-Nord et du Comité d'action socialiste de la zone nord. En 1944, il fait partie du comité girondin de Résistance. À la Libération de Bordeaux, il devient président de la délégation municipale spéciale, c'est-à-dire maire par intérim. Son activité pendant la guerre lui vaut la médaille de la résistance et l'insigne de chevalier de la légion d'honneur.

Il est élu maire de Bordeaux en août 1945, à la tête d'une liste de large union "résistante" : la liste "Républicaine d’Unité Française", très disparate. C'est à cet occasion le premier maire de Bordeaux élu dans une élection ouverte aux femmes. Pour la première fois, trois femmes sont élues conseillères, dont Marthe Botfroy qui devient la première adjointe de l’histoire de Bordeaux[1].

En butte à l'hostilité des commerçants bordelais, et des réseaux proches de Marquet, il est très vite contesté. En 1947, il se présente à la tête d’une liste exclusivement socialiste. Sa mésentente avec les communistes provoque sa chute. C’est un autre résistant qui le bat, mais de droite : Jacques Chaban-Delmas[2].

Membre de l'Assemblée consultative provisoire en 1944, Fernand Audeguil avait été élu député en 1945, et conserve ce mandat jusqu'aux élections de 1956. Dans cette même période, il est conseiller général de la Gironde et préside l'assemblée départementale de 1944 à 1951.

Opposé à la CED, il vote contre les consignes de son parti à ce sujet en , et fait partie de la petite vingtaine de députés exclus temporairement de la SFIO de février à .

Malade, il se sollicite pas le renouvellement de son mandat de député en et meurt à la fin de l'année à la suite d'une intervention chirurgicale.

Fernand Audeguil est enterré dans le cimetière de la Chartreuse[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • En 1958 la partie de la rue François-de-Sourdis allant de la rue de Pessac à la rue du Tondu a été renommée rue Fernand-Audeguile[4].
  • Un buste en pierre de Fernand Audeguil, réalisé par le sculpteur Callède, se trouve dans la salle du Conseil municipal de la mairie de Bordeaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Pierre Hurmic : Cousteau, Lande, Marquet et Audeguil, ces quatre maires de gauche élus à Bordeaux dans le passé », sur SudOuest.fr (consulté le 5 juillet 2020)
  2. Un maire d'élégance et de culture Histoire des maires de Bordeaux
  3. Cimetière de la Chartreuse
  4. Annick Descas, Dictionnaire des rues de Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, (ISBN 9782879015040), page 57