Union chrétienne-démocrate d'Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 16′ 09″ N 10° 31′ 16″ E / 52.269167, 10.521111 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti chrétien-démocrate.
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
(de) Christlich Demokratische Union Deutschlands
Image illustrative de l'article Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Logo officiel
Présentation
Présidente Angela Merkel
Fondation 26 juin 1945
Siège Konrad Adenauer-Haus
Klingelhöferstraße 8
10785 Berlin
Secrétaire général Peter Tauber
Vice-présidents Julia Klöckner
Volker Bouffier
Ursula von der Leyen
Thomas Strobl
Armin Laschet
Trésorier fédéral Helmut Linssen
Coordinateur fédéral Klaus Schüler
Idéologie Centre-droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, libéralisme
Affiliation internationale Internationale démocrate-chrétienne
Union démocratique internationale
Affiliation européenne Parti populaire européen
Adhérents 484 397 (avril 2012)[1]
Couleurs Noir
Site web www.cdu.de
Présidents de groupe
Bundestag Volker Kauder
Conseil fédéral Aucun
Parlement européen Joseph Daul (PPE)
Représentation
Députés
311 / 631
Sénateurs
19 / 69
Eurodéputés
29 / 96
Ministres-présidents
5 / 16

L’Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (en allemand : Christlich Demokratische Union Deutschlands, CDU) est un parti politique allemand, conservateur et libéral fondé en 1945.

Se référant à la démocratie chrétienne européenne, la CDU est la principale force de centre-droit en Allemagne. Elle n'est pas présente sur le territoire de l'État libre de Bavière, où la tendance démocrate-chrétienne est représentée par l'Union chrétienne-sociale (CSU). Au niveau fédéral, on parle donc de la CDU/CSU (en allemand : Unionsparteien).

Au pouvoir entre 1949 et 1969 avec Konrad Adenauer, Ludwig Erhard et Kurt Georg Kiesinger, de 1982 à 1998 avec Helmut Kohl et depuis 2005 avec Angela Merkel, la CDU détient le record de longévité à la direction du gouvernement fédéral. Elle gouverne actuellement les Länder de Hesse, Sarre, Saxe, Saxe-Anhalt, Thuringe et participe aux gouvernements de Berlin et Mecklembourg-Poméranie-Occidentale avec le SPD.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation multiconfessionnelle[modifier | modifier le code]

Fondée en 1945 à Berlin et en Rhénanie, à la suite de la chute du Troisième Reich, elle s'est organisée entre 1945 et 1949 dans les Länder des zones d'occupation occidentales. Elle s'est unie au niveau fédéral en 1950. Une partie importante de ses membres (Konrad Adenauer, entre autres) est originaire de l'ancien parti Zentrum (« Parti du centre »), d'inspiration catholique, existant avant la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, à la différence de celui-ci, elle réunit catholiques et protestants.

Le parti dominant de l'Allemagne fédérale[modifier | modifier le code]

Préconisant une troisième voie entre capitalisme et socialisme inspirée de l'humanisme chrétien, la CDU/CSU remporte les élections fédérales du 14 août 1949 avec 31 %, soit deux points d'avance sur le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD). Konrad Adenauer, président de la CDU, forge alors une coalition de droite avec le Parti libéral-démocrate (FDP) et le Parti allemand (DP) majoritaire avec 208 députés sur 402. Le libéral Franz Blücher est vice-chancelier.

Les élections fédérales du 6 septembre 1953 marquent le triomphe des chrétiens-démocrates et les imposent comme principale force politique ouest-allemande. Adenauer élargit alors sa coalition au Bloc des réfugiés (BHE) et accroît son assise parlementaire. Candidat à un troisième mandat lors des Les élections fédérales du 15 septembre 1957, le chancelier sortant réalise une performance unique dans l'histoire de l'Allemagne fédérale, en remportant 50,2 % des suffrages. Le 1er juillet 1960, le DP est absorbé et la CDU/CSU gouverne seule pendant un an. Aux élections fédérales du 17 septembre 1961, la configuration politique des vingt-cinq prochaines années se met en place : la CDU/CSU recule à 45 % des voix et fonde une « coalition noire-jaune » avec le FDP.

Adenauer contribue à la réinsertion de l'Allemagne sur la scène internationale et notamment européenne, en participant à la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier puis de la Communauté économique européenne. Il préside aussi au miracle économique des années 1950 et 1960.

De la grande coalition à l'opposition[modifier | modifier le code]

Adenauer est contraint à la démission en 1963 et doit céder le pouvoir au ministre fédéral de l'Économie Ludwig Erhard. Vainqueur des élections fédérales du 19 septembre 1965, il reconduit la coalition avec le FDP. Celle-ci est rompue par les libéraux en octobre 1966, poussant les chrétiens-démocrates à s'associer avec le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD). Pour prendre la tête de cette « grande coalition », le groupe parlementaire investit le ministre-président du Bade-Wurtemberg Kurt Georg Kiesinger, au détriment de son président Rainer Barzel et du ministre fédéral des Affaires étrangères Gerhard Schröder.

Lors des élections fédérales du 28 septembre 1969, Kiesinger se présente à sa succession. Malgré un bon résultat de 46,1 % des voix, la CDU/CSU est renvoyée dans l'opposition par l'alliance formée entre le SPD et le FDP, appelée « coalition sociale-libérale ». En 1971, Barzel prend la présidence du parti et tente, en 1972, de renverser le gouvernement au moyen d'une motion de censure constructive. Son échec met en évidence la fragilité de la majorité au pouvoir. Le chancelier Willy Brandt organise la dissolution du Bundestag et triomphe aux élections fédérales anticipées du 19 novembre 1972, les sociaux-démocrates passant pour la première fois devant les chrétiens-démocrates.

Exemple d’affiches électorales[modifier | modifier le code]

L'ère Kohl[modifier | modifier le code]

Siège de la CDU, Berlin

La double défaite de Rainer Barzel l'amène à démissionner de toutes ses fonctions. La présidence du groupe est reprise par Karl Carstens, tandis que le ministre-président de la Rhénanie-Palatinat Helmut Kohl est élu président de la CDU. Avec son secrétaire général Kurt Biedenkopf, il entame une profonde réorganisation du parti. Aux élections fédérales du 3 octobre 1976, la CDU réalise le meilleur score de son histoire, mais échoue à revenir au pouvoir du fait du maintien de la coalition SPD-FDP. Trois ans plus tard, Kohl promeut la candidature du nouveau ministre-président de la Basse-Saxe Ernst Albrecht à la chancellerie, mais le groupe parlementaire lui préfère le président de la CSU et ministre-président de la Bavière Franz Josef Strauß.

L'échec de ce dernier aux élections fédérales du 5 octobre 1980 conforte Kohl dans sa stratégie de ramener le parti libéral au centre-droit et renforce sa domination sur le mouvement chrétien-démocrate. Sa tactique fonctionne et le 1er octobre 1982, comme Barzel dix ans auparavant, il présente une motion de censure constructive, approuvée par le Bundestag.

La CDU infléchit alors sa politique dans un sens plus libéral, promouvant une « adaptation du modèle rhénan » à la nouvelle donne économique mondiale. Le chancelier Kohl bénéficie de l'aura que lui apporte la réunification, c’est-à-dire l'intégration de la République démocratique allemande dans le giron fédéral, à la suite de la chute du Mur de Berlin en 1989. Néanmoins, le gouvernement doit faire face au coût économique de la réunification et à la montée du chômage. La CDU fusionne en 1990 avec son équivalent est-allemand. En 1990 et 1994, la CDU remporte les élections législatives et Helmut Kohl demeure au poste de chancelier.

Du retour dans l'opposition à la première femme chancelière[modifier | modifier le code]

Battue en 1998, elle retourne dans l'opposition. Elle accepte de soutenir le président de la CSU Edmund Stoiber pour la course à la chancellerie en 2002, mais il échoue de justesse : bien que l'alliance CDU-CSU dépasse tous les autres partis en nombre de voix, le SPD conserve le pouvoir grâce à son alliance avec le parti vert. Dès lors, la présidente de la CDU Angela Merkel conduit la campagne de 2005. Mais le tournant qu'elle préconise est jugé trop libéral par nombre de dirigeants du parti. La victoire qui s'annonçait triomphale est finalement plus limitée. La CDU et son alliée la CSU n'arrivent en tête que de justesse, et sont contraintes de conclure une seconde "grande coalition" avec le SPD pour gouverner et porter Angela Merkel à la chancellerie.

L'alliance va jusqu'au bout de la législature de quatre ans, puis, après les élections de 2009, cède la place à une coalition noire-jaune plus classique, toujours conduite par Merkel, secondée par le libéral Guido Westerwelle. Six mois après sa formation, la coalition perd les élections législatives régionales de 2010 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et sa majorité au Conseil fédéral. En 2011, Stefan Mappus, ministre-président du Bade-Wurtemberg, Land dirigé par la CDU depuis 1953, est battu par une coalition menée par l'écologiste Winfried Kretschmann.

Les élections fédérales de 2013 sont un succès pour le parti d'Angela Merkel, qui obtient 41,5 % des voix contre 25,7 % à son principal rival, le SPD. Bien que la CDU/CSU n'obtient pas la majorité absolue de cinq sièges, il est en position de force pour constituer le prochain gouvernement[2].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents du parti[modifier | modifier le code]

Nom Mandat Remarques
Bundesarchiv B 145 Bild-F078072-0004, Konrad Adenauer.jpg Konrad Adenauer 21 octobre 1950 - 23 mars 1966
(15 ans, 5 mois et 2 jours)
Chancelier fédéral (1949-1963)
Bundesarchiv B 145 Bild-F041449-0007, Hamburg, CDU-Bundesparteitag, Ludwig Erhard.jpg Ludwig Erhard 23 mars 1966 - 23 mai 1967
(1 an, 2 mois et 0 jour)
Ministre fédéral de l'Économie (1949-1963)
Chancelier fédéral (1963-1966)
Bundesarchiv B 145 Bild-F024017-0001, Oberhausen, CDU-Parteitag Rheinland, Kiesinger (cropped).jpg Kurt Georg Kiesinger 23 mai 1967 - 4 octobre 1971
(4 ans, 4 mois et 11 jours)
Ministre-président du Bade-Wurtemberg (1958-1966)
Chancelier fédéral (1966-1969)
Bundesarchiv B 145 Bild-F027712-0016, Bonn, CDU Vorstandssitzung, Rainer Barzel.jpg Rainer Barzel 4 octobre 1971 - 12 juin 1973
(1 an, 8 mois et 8 jours)
Ministre fédéral des Questions pan-allemandes (1962-1963)
Président du groupe CDU/CSU au Bundestag (1964-1973)
Ministre fédéral des Relations intra-allemandes (1982-1983)
Président du Bundestag (1983-1984)
Bundesarchiv B 145 Bild-F078523-0010, Wiesbaden, CDU-Bundesparteitag, Kohl (cropped).jpg Helmut Kohl 12 juin 1973 - 7 novembre 1998
(25 ans, 4 mois et 26 jours)
Ministre-président de Rhénanie-Palatinat (1969-1976)
Président du groupe CDU/CSU au Bundestag (1976-1982)
Chancelier fédéral (1982-1998)
Wolfgang Schäuble 2004.jpg Wolfgang Schäuble 7 novembre 1998 - 10 avril 2000
(1 an, 5 mois et 3 jours)
Directeur de la chancellerie fédérale (1984-1989)
Ministre fédéral de l'Intérieur (1989-1991)
Président du groupe CDU/CSU au Bundestag (1991-2000)
Ministre fédéral de l'Intérieur (2005-2009)
Ministre fédéral des Finances (depuis 2009)
Angela Merkel (2008)-2.jpg Angela Merkel Depuis le 10 avril 2000
(14 ans, 4 mois et 22 jours)
Ministre fédérale des Femmes et de la Jeunesse (1991-1994)
Ministre fédérale de l'Environnement (1994-1998)
Secrétaire générale de la CDU (1998-2000)
Présidente du groupe CDU/CSU au Bundestag (2002-2005)
Chancelière fédérale (depuis 2005)

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Nom Président Mandat Remarques
Bruno Heck1971.jpg Bruno Heck Kurt Georg Kiesinger 23 mai 1967 - 5 octobre 1971
(4 ans, 4 mois et 12 jours)
Ministre fédéral de la Famille (1962-1968)
Bundesarchiv B 145 Bild-F038040-0029, Wiesbaden, CDU-Parteitag, Kraske.jpg Konrad Kraske Rainer Barzel 5 octobre 1971 - 12 juin 1973
(1 an, 8 mois et 7 jours)
Député fédéral (1965-1980)
Bundesarchiv B 145 Bild-F082409-0036, Bremen, CDU-Bundesparteitag, Biedenkopf Porträt.jpg Kurt Biedenkopf Helmut Kohl 12 juin 1973 - 7 mars 1977
(3 ans, 8 mois et 23 jours)
Ministre-président de la Saxe (1990-2002)
Bundesarchiv B 145 Bild-F074462-0008, Bonn, Pressekonferenz Koalitionsverhandlungen.jpg Heiner Geißler 7 mars 1977 - 11 septembre 1989
(12 ans, 6 mois et 4 jours)
Ministre des Affaires sociales de la Rhénanie-Palatinat (1967-1977)
Ministre fédéral de la Famille (1982-1985)
Verteidigungsminister Volker Rühe (4909819408).jpg Volker Rühe 11 septembre 1989 - 13 mai 1992
(2 ans, 8 mois et 2 jours)
Ministre fédéral de la Défense (1992-1998)
Peter Hintze 2013.jpg Peter Hintze 13 mai 1992 - 7 novembre 1998
(6 ans, 5 mois et 25 jours)
Secrétaire d'État au ministère fédéral des Femmes (1991-1992)
Secrétaire d'État au ministère fédéral de l'Économie (2005-2013)
Vice-président du Bundestag (depuis 2013)
Angela Merkel (2008)-2.jpg Angela Merkel Wolfgang Schäuble 7 novembre 1998 - 10 avril 2000
(1 an, 5 mois et 3 jours)
Ministre fédérale des Femmes et de la Jeunesse (1991-1994)
Ministre fédérale de l'Environnement (1994-1998)
Présidente fédéral de la CDU (depuis 2000)
Présidente du groupe CDU/CSU au Bundestag (2002-2005)
Chancelière fédérale (depuis 2005)
Ruprecht Polenz 2012.jpg Ruprecht Polenz Angela Merkel 10 avril 2000 - 23 octobre 2000
(6 mois et 13 jours)
Député fédéral (1994-2013)
Laurenzmeyer wahlkampf2009 hamm.jpg Laurenz Meyer 20 novembre 2000 - 22 décembre 2004
(2 ans, 1 mois et 2 jours)
Vice-président du Landtag de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (2000)
Député fédéral (2000-2009)
13-06-10-dosb-wahlhearing-podium-297.jpg Volker Kauder 24 janvier 2005 - 5 décembre 2005
(10 mois et 11 jours)
Président du groupe CDU/CSU au Bundestag (depuis 2005)
Ronald Pofalla 2007.jpg Ronald Pofalla 5 décembre 2005 - 26 octobre 2009
(3 ans, 10 mois et 21 jours)
Directeur de la chancellerie fédérale (2009-2013)
Hermann Gröhe 2010.jpg Hermann Gröhe 26 octobre 2009 - 16 décembre 2013
(4 ans, 1 mois et 20 jours)
Président fédéral de la Junge Union (1989-1994)
Ministre d'État à la chancellerie fédérale (2008-2009)
Ministre fédéral de la Santé (depuis 2013)
Peter Tauber 2012.jpg Peter Tauber Depuis le 16 décembre 2013
(8 mois et 16 jours)
Député fédéral (depuis 2009)

Gouvernements fédéraux avec participation de la CDU[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Bundestag[modifier | modifier le code]

Parlement européen[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. N-tv.de: Parteien laufen Mitglieder weg (de)
  2. Nicolas Barotte, « Angela Merkel en quête d'une coalition », in Le Figaro, mardi 24 septembre 2013, page 6.

Lien externe[modifier | modifier le code]