Karl Carstens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carstens.
Karl Carstens
Karl Carstens, en 1980
Karl Carstens, en 1980
Fonctions
5e président fédéral d'Allemagne
1er juillet 197930 juin 1984
(4 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection 23 mai 1979
(7e Assemblée fédérale)
Chancelier Helmut Schmidt
Helmut Kohl
Prédécesseur Walter Scheel
Successeur Richard von Weizsäcker
6e président du Bundestag
14 décembre 197631 mai 1979
Législature 8e Bundestag
Prédécesseur Annemarie Renger
Successeur Richard Stücklen
Président du groupe CDU/CSU au Bundestag
17 mai 19731er décembre 1976
Législature 7e Bundestag
Prédécesseur Rainer Barzel
Successeur Helmut Kohl
Directeur de la chancellerie fédérale
1er janvier 196822 octobre 1969
Chancelier Kurt Georg Kiesinger
Prédécesseur Werner Knieper
Successeur Horst Ehmke
Biographie
Date de naissance 14 décembre 1914
Lieu de naissance Brême, Empire allemand
Date de décès 30 mai 1992 (à 77 ans)
Lieu de décès Meckenheim, Allemagne
Nationalité allemande
Parti politique NSDAP (1940-1945)
CDU
Conjoint Veronica Carstens
Diplômé de Université Yale (droit)
Religion Protestantisme

Karl Carstens
Présidents de la République fédérale d'Allemagne

Karl Carstens, né le 14 décembre 1914 et mort le 30 mai 1992, était un homme politique ouest-allemand membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU). Il a été président du Bundestag de 1976 à 1979 puis président de la République fédérale d'Allemagne (Bundespräsident) de 1979 à 1984.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sous l'Empire et la République de Weimar[modifier | modifier le code]

Juriste, Karl Carstens a suivi un cursus international en droit et science politique au sein des facultés de Francfort, Dijon, Munich, Königsberg et Hambourg au cours des années 1930. Devenu avocat en 1939, il est contraint, comme la plupart des avocats de l'époque hitlérienne, d'adhérer au NSDAP. Depuis 1934 il appartenait au Sturm 5/75 des SA, organisation paramilitaire du NSDAP.

Il est marié à Veronica Carstens.

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Soldat durant la guerre, il ouvre en 1948 un cabinet d'avocat dans sa ville de Brême, avant de reprendre des études de droit en 1949 à l’université Yale.

Il occupe le poste de conseiller juridique du Sénat de Brême dans les années quarante et cinquante, avant de devenir l'un des représentants de l'Allemagne au Conseil de l'Europe.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Haut fonctionnaire[modifier | modifier le code]

C'est en 1955 qu'il décide de rejoindre la CDU. Parallèlement, il entre au service du gouvernement dans les années 1950. Il exercera des fonctions de direction tout d'abord au sein de l’office des Affaires étrangères, puis au ministère fédéral de la Défense. Par la suite, il deviendra directeur de la chancellerie fédérale, dans la dernière année de mandat du chancelier Kiesinger.

Député fédéral[modifier | modifier le code]

Pardoxalement, ce n'est qu'en 1972 que Karl Carstens est élu pour la première fois au Bundestag. Il deviendra rapidement, dès le mois de mai 1973, le président du groupe CDU/CSU, alors dans l'opposition. Dans ce cadre, il sera un critique acerbe du gouvernement SPD, en l'accusant de céder trop facilement aux thèses de l'aile la plus à gauche de la majorité et en déplorant son manque de fermeté à l'égard de l'extrême-gauche.

Les élections de 1976 sont une demi-victoire pour la CDU/CSU. Si elle ne parvient pas à renverser la majorité SPD-FDP, elle retrouve sa place de principal groupe parlementaire, ce qui vaut à Karl Carstens d'être élu président du Bundestag.

Président fédéral[modifier | modifier le code]

Les chrétiens-démocrates gouvernant également la majorité des Länder, l’Assemblée fédérale élit Carstens président fédéral le 23 mai 1979, face à l'ex-présidente du Bundestag, Annemarie Renger. Durant son mandat, il s'attachera à renouer les liens entre la classe politique et la population, notamment en pratiquant à travers tout le pays de grandes randonnées à pied, dont il est - comme de nombreux allemands - un pratiquant assidu.

Son mandat arrivant à terme en 1984, il n'en sollicite pas le renouvellement. En 1984, il est lauréat du Prix International Charlemagne.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]