Le Canard sauvage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Canard sauvage (homonymie).
Le Canard sauvage
Auteur Henrik Ibsen
Dates d'écriture 1884
Version originale
Titre original Vildanden
Langue originale Norvégien
Pays d'origine Drapeau de la Norvège Norvège
Éditeur original Gyldendal
Lieu de parution originale Copenhague

Le Canard sauvage (Vildanden) est une pièce norvégienne d'Henrik Ibsen, écrite en 1884 et créée en 1885.

Résumé de l'intrigue[modifier | modifier le code]

Dans Le Canard sauvage, un idéaliste, Gregers Werle, parle comme s'il avait lu les pièces d'Ibsen. Il revient dans sa ville natale après un long exil, et se trouve mêlé aux affaires d'une étrange famille, causant des résultats désastreux. Les secrets qui reposent derrière la façade du foyer apparemment heureux des Ekdal apparaissent peu à peu à Gregers, qui cherche à révéler la vérité absolue, les « Impératifs de l'Idéal ». Cette famille était parvenue à un modus vivendi en ignorant les secrets peu avouables des uns et des autres. Ainsi, le père de Gregers avait engrossé sa servante Gina puis l'avait mariée à Hjalmar pour qu'il reconnaisse l'enfant, et le père de Hjalmar avait été emprisonné pour un crime commis par le père de Gregers. Chacun vivait dans un monde imaginaire où le père se rêve grand inventeur, le grand-père se rappelle un passé de glorieux sportif, et la petite Hedvig se réfugie dans le grenier où un canard sauvage estropié vit dans une forêt imaginaire.

Pour l'idéaliste, les membres de cette famille vivent dans un mensonge, toutes sortes de maux croissent dans les ténèbres. Le remède serait donc d'affronter la réalité, de parler honnêtement, de tout mettre en lumière. Cependant, la révélation de la vérité remet en cause les fondements mêmes de la famille Ekdal. Quand les squelettes sortent du placard, les rêves s'effondrent, le mari faible se croit obligé de quitter sa femme, et la petite fille abrège la vie du canard et se tue avec la même arme. L'un des personnages, le docteur Relling, conclut : « Si vous retirez le mensonge de la vie de personnes ordinaires, vous leur retirez en même temps le bonheur ».

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Håkon Werle, détaillant en gros.
  • Gregers Werle, son fils, le héros idéaliste.
  • Le Vieux Ekdal, ancien associé de Håkon Werle, maintenant ruiné et vivant chez son fils Hjalmar
  • Hjalmar Ekdal, fils du vieux Ekdal, photographe.
  • Gina Ekdal, femme de Hjalmar, ancienne gouvernante de Håkon Werle.
  • Hedvig, leur fille, âgée de quatorze ans.
  • Mme Sørby, gouvernante de Håkon Werle.
  • Relling, un médecin, voisin des Ekdal. Sert de faire-valoir à Gregers Werle.
  • Molvik, ancien étudiant en théologie, voisin des Ekdal.
  • Pettersen, domestique de Håkon Werle.
  • Jensen, une servante renvoyée.
  • M. Balle, invité.
  • M. Flor, invité.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]