Orthographe des langues du Gabon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Orthographe des langues du Gabon (OLG) est un ensemble de règles orthographiques, créé en avril 1999, pour les langues du Gabon[1].

Ces recommandations sont créées lors du Séminaire sur les travaux sur l’orthographe des langues gabonaises, organisé par le ministère de l’Éducation nationale en collaboration avec la Commission nationale pour l’UNESCO. Elles sont basées sur l’alphabet scientifique des langues du Gabon (ASG) de 1989 qui a été revu et adapté pour l’enseignement des langues nationales[2].

En plus de certaines lettres supplémentaires de l'alphabet latin, comme <ǝ>, l’OLG utilise notamment le soulignement (trait souscrit avec Unicode) pour différencier certaines lettres,  comme :

  • la lettre ‹ e › pour représenter le son /e/, et le e souligné ‹ e̲ › pour le son /ɛ/ ;
  • la lettre ‹ o › pour le son /o/, et le o souligné ‹ o̲ › pour /ɔ/[3] ;
  • la lettre ‹ n › pour le son /n/, et le n soulignée ‹ n̲ › pour le son /ŋ/[4].

Graphèmes[modifier | modifier le code]

Voyelles
i e ǝ a o u
Valeurs phonétiques
/i/ /y/ /e/ /ɛ/ /ə/ /a/ /o/ /ɔ/ /u/
Consonnes
b c d f g gh h j jh k l m n ny p r s sh t v vh w y z
Valeurs phonétiques
/b/ /c/ /d/ /ɗ/ /f/ /g/ /ɣ/ /h/ /ɟ/ /ʒ/ /k/ /l/ /m/ /n/ /ɲ/ /ŋ/ /p/ /r/ /s/ /ʃ/ /t/ /v/ /β/ /w/ /j/ /z/

Tons[modifier | modifier le code]

Les tons peuvent être indiqué à l’aide de diacritiques au-dessus des voyelles :

  • le ton haut est indiqué avec l’accent aigu ;
  • le ton moyen est indiqué avec le macron ;
  • le ton bas est indiqué avec l’accent grave ;
  • le ton montant est indiqué avec l’antiflexe ;
  • le ton tombant est indiqué avec l’accent circonflexe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éric Dodo Bounguendza, Des usages démocratiques des langues du Gabon, L’Harmattan,‎ 2008 (ISBN 2296052886)
  • Daniel Franck Idiata, Pourquoi le Gabon doit investir sur ses langues vernaculaires. Le Cap : Centre for Advanced Studies of African Society (CASAS), 2003. ISBN 1919932151.
  • Daniel Franck Idiata, The challenge of using African languages at school. Le Cap : Centre for Advanced Studies of African Society (CASAS), 2006. ISBN 1919932461.
  • Paul Edwin Malekou (mémoire de Maîtrise), Les anthroponymes et toponymes Gisir : proposition d’un modèle de dictionnaire, Université Omar Bongo,‎ 2007 (lire en ligne)
  • Paul Achille Mavoungou, « A Trilingual Dictionary Yilumbu–French–English: An Ongoing Project », Lexikos 16 (AFRILEX-reeks/series 16),‎ 2006, p. 121-144 (lire en ligne)
  • Hugues Steve Ndinga-Koumba-Binza, « Politique linguistique et éducation au Gabon : Un état des lieux », Journal of Education, Mauritius Institute of Education, vol. 4, no 1,‎ 2005, p. 65-78 (lire en ligne)
  • Gilles Saphou-Bivigat, A theoretical model for an encyclopaedic dictionary for the Gabonese languages with reference to Yilumbu, mémoire, Stellenbosch University, 2010. http://hdl.handle.net/10019.1/3990

Voir aussi[modifier | modifier le code]