Ñ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Egne,
N tilde
Image illustrative de l'article Ñ
Graphies
Capitale Ñ
Bas-de-casse ñ
Utilisation
Alphabets aragonais, asturien, basque, breton, espagnol, galicien, guarani, wolof.
Phonèmes principaux [ɲ]

Le Ñ, ñ, egne, ou ene tilde (en espagnol eñe) est une consonne utilisée en aragonais, asturien, basque, breton, espagnol, galicien, guarani, et wolof. En espagnol, il est utilisé pour représenter un son palatal nasal dont le symbole dans l'alphabet phonétique international est [ɲ] (similaire au français « gn » ou au « nh » en portugais).

Utilisation[modifier | modifier le code]

En espagnol[modifier | modifier le code]

Le ñ est la quinzième lettre de version castillane de l'alphabet latin, entre le N et le O dans l'ordre alphabétique. Il est une lettre à part entière, l'alphabet castillan comportant vingt-sept lettres (non vingt-neuf car le ch et le ll sont des digraphes exclus de l’alphabet depuis 2010)[1].


Historiquement, le ñ représentait deux N : « nn » : le tilde sur le « n » étant le raccourci sténograhique pour le deuxième « n ». Par exemple, le mot año (année) vient du latin annus.

Étant une lettre typiquement espagnole, elle est souvent utilisée comme le symbole de cette de langue: l'Instituto Cervantes a incorporé le Ñ dans son logo.

En français[modifier | modifier le code]

En ancien et moyen français, le tilde servait à abréger un m ou un n.

En français moderne, dans les dictionnaires, on trouve uniquement le ñ dans quelques mots d’orgines hispaniques : cañon, señor, doña, piraña. Le rapport de 1990 sur les rectifications orthographiques recommande la francisation et donc de ne pas utiliser le ñ.

Dans les autres langues[modifier | modifier le code]

Le ñ est également présent dans les alphabets breton, wolof, aragonais (Grafía de Uesca de 1987), asturien, basque, galicien et guarani.

En breton, il sert à signaler la nasalisation des voyelles a, e et i, comme dans les verbes bezañ (être), debriñ (manger) ou le pronom personnel (il, lui).

Usage informatique[modifier | modifier le code]

Touche Ñ sur un clavier espagnol

Dans Unicode, le n tilde fait partie du bloc supplément latin-1, Ñ a pour point de code U+00D1 et ñ U+00F1. Ces deux caractères sont nommées respectivement LETTRE MAJUSCULE LATINE N TILDE et LETTRE MINUSCULE LATINE N TILDE[2]. Le n tidle peut aussi être composé à l'aide du diacritique tilde «  ̃ » U+0303.

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale Ñ ÑU+00D1 U+00D1 lettre majuscule latine n tilde
minuscule ñ ñU+00F1 U+00F1 lettre minuscule latine n tilde
formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale NU+004E◌̃U+0303 U+004E
U+0303
lettre majuscule latine n
diacritique tilde
minuscule nU+006E◌̃U+0303 U+006E
U+0303
lettre minuscule latine n
diacritique tilde

En HTML, il existe les codes :

  • capitale Ñ : Ñ et &209; et Ñ
  • minuscule ñ : ñ et &241; et ñ.

Entrée au clavier[modifier | modifier le code]

Sur les dispositions de clavier possédant un tilde mort comme par exemple l’azerty ou le qwertz, en saisissant le tilde mort puis n ou N.

Sur les claviers espagnols, le caractère étant plus fréquent dans la langue, la touche Ñ est présent en accès direct à droite de la touche L.

Par la méthode de saisies par numéro de caractère : Alt+164 pour ñ et Alt+165 pour Ñ.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Real Academia Española (Académie royale espagnole), Respuestas a las preguntas más frecuentes, s.v. Exclusión de los dígrafos ch y ll del abecedario, 2010
  2. supplément Latin-1 sur le site d’Unicode.

Voir aussi[modifier | modifier le code]