Famille Grimaldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grimaldi (homonymie).
Blason de la maison Grimaldi

Les Grimaldi sont une famille d'origine génoise qui possède plusieurs branches subsistantes. La branche la plus connue est celle des seigneurs et princes de Monaco, mais la famille a également produit d'autres branches qui ont donné des comtes de Beuil, des seigneurs d'Antibes, des comtes de Puget, des seigneurs de Nice, des marquis de Beaufort, etc. Plusieurs de ses membres ont également été évêques, archevêques et cardinaux.

La célèbre branche de Monaco est éteinte en ligne masculine depuis le XVIIe siècle. Cependant, la famille qui règne sur Monaco, et qui a repris le nom de Grimaldi, en descend par filiation plusieurs fois féminine et naturelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la maison Grimaldi est inextricablement liée à celles de la République de Gênes et de la principauté de Monaco. Elle descend de Grimaldo, un homme d'État génois de l'époque des premières Croisades, qui devint Consul de Gênes en 1162, 1170 et encore en 1184. Ses innombrables petits-enfants et leurs progénitures menèrent des expéditions maritimes d'envergure sur les eaux de la mer Méditerranée (Tunis, Benghazi), de la mer Noire et bientôt de la mer du Nord, et s'imposèrent rapidement comme l'une des plus puissantes familles de la Commune de Gênes.

Les Grimaldi craignaient qu’une famille rivale ne vînt à rompre le fragile équilibre politique par un coup d’État qui leur aurait imposé un seigneur, comme on a pu le voir dans d'autres villes italiennes. Ils entrèrent dans une alliance guelfe avec la famille Fieschi et défendirent leurs intérêts à la pointe de l’épée. Ayant essuyé un revers sanglant, les Guelfes furent bannis de la cité-État en 1271 et trouvèrent refuge dans leurs forts de Ligurie et en Provence. Fidèles aux Angevins, ils signèrent un traité avec Charles Ier d’Anjou, roi de Naples et comte de Provence, afin de reprendre le contrôle de Gênes et, plus généralement, de se promettre une assistance mutuelle. En 1276, ils acceptèrent une paix négociée sous les auspices du pape. Ce ne fut cependant qu'une pause, qui ne devait pas mettre fin à l'état de guerre civile chronique. Tous les Grimaldi ne rentrèrent pas à Gênes et certains choisirent de s'établir dans leurs fiefs où ils pouvaient plus facilement lever des armées.

En 1299, les Grimaldi et leurs alliés n'hésitèrent pas à lancer des galères à l'attaque du port de Gênes, avant de se retrancher sur la Riviera occidentale. Durant les années suivantes, les Grimaldi allaient adapter leurs alliances aux circonstances, leur permettant ainsi de revenir en force dans les institutions génoises. Cette fois, ce fut le tour de leur rivale, la famille Spinola, d'être bannie de la ville. Durant toute cette période, les partis guelfes et gibelins prirent et abandonnèrent tour à tour le château génois de Monaco, qui était parfaitement situé pour lancer des opérations politiques et militaires contre Gênes. Pour l'anecdote, on retiendra la belle histoire de François Grimaldi dit Malizia qui, en 1297, s'introduisit astucieusement au sein de la forteresse de Monaco habillé en moine franciscain, mythe fondateur de la souveraineté des Grimaldi sur Monaco.

Au début du XIVe siècle, les Catalans harassaient les côtes de Provence et de Ligurie, défiant ainsi la puissance de Gênes et du Roi Robert en Provence. En 1353, une armada de quatre-vingts galères vénitiennes et catalanes se rassembla au large de la Sardaigne pour affronter la flotte de soixante vaisseaux sous le commandement d'Antoine Grimaldi. Seules dix-neuf galères génoises survécurent à cette sanglante bataille navale. Craignant une invasion ou un blocus de la part des Vénitiens, Gênes se rua pour se mettre sous la protection du seigneur de Milan, écartant à nouveau les Grimaldi du pouvoir.

Plusieurs des plus vieilles branches féodales de la Maison Grimaldi apparurent durant ces nombreux troubles, telles les branches d'Antibes, Beuil, Nice, Puget et Sicile. En 1395, les Grimaldi profitèrent de la discorde à Gênes pour s'emparer de Monaco que ces co-seigneurs dirigèrent collectivement en indivision. On y voit l'origine de la principauté actuelle.

Comme les autres grandes familles génoises, les Grimaldi organisèrent leurs liens familiaux au sein d'une société appelée Albergo. Dans la réforme institutionnelle de 1528, cette ancienne famille seigneuriale devint l'une des vingt-huit alberghi de la République de Gênes. La Maison Grimaldi fournit de nombreux personnages illustres tels que doges, cardinaux, sénéchaux, podestats, ministres, gouverneurs, banquiers et une panoplie d'officiers, Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et seigneurs féodaux[Qui ?].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Armorial des Grimaldi et Armoiries de Monaco.
Blason Blasonnement :
Fuselé d'argent et de gueules.
Commentaires : D'une grande simplicité, les armes de la maison Grimaldi sont fuselées d'argent et de gueules, c'est-à-dire avec des losanges rouges sur fond blanc. Il s'agit aussi des armoiries des princes de Monaco et de leur principauté.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les autres principales branches de la famille Grimaldi se distinguent généralement par leurs tenants et cimiers, et par des écartelés avec rajouts d'éléments divers : par exemple, les armoiries de la branche des Grimaldi de Bueil se blasonnent ainsi : écartelé : au 1 et 4, d'or à l'étoile à seize rais de gueules (qui est de Beuil) ; au 2 et 3 : fuselé d'argent et de gueules (qui est de Grimaldi).

Généalogie[modifier | modifier le code]

Quelques portraits[modifier | modifier le code]

La famille d'Honoré III de Monaco, alors duc de Valentinois :
- Antònio Grimaldi dit « Antoine Ier de Monaco » (1661-1731), prince de Monaco et son épouse Marie de Lorraine (1674-1724),
- Honoré Camille Léonor Grimaldi dit « Honoré III de Monaco » (1720-1795), prince de Monaco,
- François Charles Grimaldi (1726-1743), comte de Torigni-sur-Vire,
- Marie Françoise Thérèse Grimaldi (1728-1743), dite « Mademoiselle d'Estouteville »,
- Charlotte Thérèse Nathalie Grimaldi (1719-1790), dite « Mademoiselle de Monaco », religieuse,
- Charles Maurice Grimaldi (1727-1798), dit « le Chevalier de Monaco », comte de Valentinois,
- Charles Marie Auguste Grimaldi (1722-1749), comte de Carladès.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie des Grimaldi : [1], [2], [3], [4], [5], [6]
  2. Grimaldi family tree
  3. Fille d'Obèrto Spinola et de Sibilla Della Volta.
  4. Fille de Merle Di Castro.
  5. Fille de Guglièlmo Rostagni [Guillaume Rostaing] (????-1315), seigneur de Beuil.
  6. Fille de Guillaume de Glandevès, seigneur de Cuers.
  7. Fille de Giovanni Cossa, comte de Trojano.
  8. Fille de Piètro Lascaris di Ventimiglia [Pierre Lascaris de Vintimille], co-seigneur de La Brigue, et de Bartelemia de Ceva.
  9. Fille de Giovanni Picamilli.
  10. Fille d'Antònio Provana, comte de Leinì.
  11. Fille de Jean de Saulx (1555-1630), vicomte de Tavannes et de Lugny, et de Gabrielle des Prez.
  12. a et b Fille d'Annibal de Grasse, comte du Bar.
  13. Fille de Giovanni Federico Madruzzo [Jean-Frédéric Madrus de Gallant], marquis de Soriano.
  14. Fille de Jean Renault.
  15. Fille de Jacques d'Albaville, baron de Montaler.
  16. a et b Fille d'Hugues de La Baume, seigneur de Tiret.
  17. Fille de François de Polignac, seigneur de Fontaines.
  18. Fille de Jean de Brancas, seigneur de Villars.
  19. Fille de Palamède de Forbin (1433 à Marseille – 12/02/1508 à Aix-en-Provence, seigneur de Solliès, du Luc, de Peyruis, de Porquerolles, de Puimichel, de Pierrefeu, baron des Croilas en Aragon, vicomte de Martigues.
  20. Fille d'Honoré de Grasse, seigneur de Cabris.
  21. Fils de Guglièlmo Piètro III Lascaris di Ventimiglia [Guillaume Pierre III Lascaris de Vintimille], comte de Tende, seigneur de Roquebrune de La Brigue, viguier de Marseille, et de Dragonne de Ricavi.
  22. fille de Giàcomo del Carretto.
  23. Fille de Gerardo Spinola, seigneur de Dertonne.
  24. Fille de Daniel Cybo.
  25. Fille de Filippo di Savoia [Philippe II de Savoie « sans Terre »] (05/02/1438 à Chambéry – 07/11/1497 à Chambéry), duc de Savoie, et de Libéra Portoneri.
  26. Fils d'Hugues de Villeneuve (???? – avant 1480), baron de Vence, seigneur de Gréolières-Basses, de La Gaude, de Saint-Jeannet, du Castellet, du Puget-Treize-Dames, de La Bastide-Saint-Laurent, de Coursegoules, de Courmes, de Thorenc et de Cagnes-sur-Mer, et de Marìa Grimaldi (cités dans l'arbre généalogique).
  27. Fille de Tannaquin de Pontevès, seigneur de Cabannes.
  28. Fille de Clàudio Landi di Valditaro, prince de Valdetare, et de Juana Fernández de Córdoba.
  29. Fille de Carlo Emanuèle Teodoro Trivulzio [Charles-Emmanuel Trivulce], comte de Melzo, et de Caterina Gonzaga.
  30. Fille de Luca Luciano Spinola, prince de La Molietta, et de Pellina Spinola.
  31. Fille d'Antoine III de Gramont (1604-12/07/1678 à Bayonne), duc de Gramont, comte de Guiche, maréchal de France, pair de France, conseiller d'État, lieutenant général de Normandie puis en Picardie, gouverneur de Navarre et du Béarn, et de Françoise Marguerite de Chivré (1608 – avril 1689), dame du Plessis.
  32. Fille de Louis de Lorraine dit « Louis Ier de Guise » (1641-1718), comte d'Armagnac, de Charny et de Brionne, et de Catherine de Neufville-Villeroy (1639-1707).
  33. Fils de Jacques III de Goyon de Matignon (1644-1725), comte de Torigni-sur-Vire, et de Charlotte de Goyon de Matignon (1657-1721).
  34. Fille de Giusèppe Brignole-Sale, marquis de Groppoli, et de Marìa Anna Balbi.
  35. Fille de Louis Marie d'Aumont(05/08/1732-20/10/1799 à Guiscard), duc d'Aumont et de Mazarin, et de Louise Jeanne de Durfort (1735-1781), duchesse de Mazarin.
  36. Fille de Joachim Valéry Thérèse Louis Rouault de Gamaches, marquis de Gamaches, Grand d'Espagne, et de Marie Catherine Hyacinthe de Choiseul-Beaupré.
  37. Fille de Charles Thomas Gibert de Lametz, homme de loi, et de Marie Françoise Henriette Le Gras de Vaubercey (1766-1842).
  38. Fille de Werner de Mérode-Westerloo (1797-1840), comte de Mérode-Westerloo, et de Victoire de Spangen d'Uyternesse (1797-1845), comtesse de Spangen d'Uyternesse.
  39. Fille de William Alexander Anthony Archibald Hamilton (1811-1863), duc de Douglas-Hamilton, et de Maria Amalie Elisabeth Caroline von Baden [Marie-Amélie de Bade] (1817-1888), princesse de Bade.
  40. Fille de Jacques Henri Louvet (30/09/1830 à Pierreval – 07/09/1910 à Rouen), agriculteur, conducteur d'omnibus, et de Joséphine Elmire Piedefer (03/09/1828 à La Rue-Saint-Pierre – 10/07/1871 à Pierreval), agricultrice.
  41. Fils de Maxence Melchior Édouard Marie Louis de Polignac (13/12/1857 à Guidel – 28/11/1936 à Hennebont), comte de Polignac, et de Suzana Marianna Estefania Francisca de La Torre y Mier (02/09/1858 à Mexico – 15/08/1913 à Talence).
  42. Fils d'Anthony Noghès (1890-1978), et de Marie Markellos-Petsalis.
  43. Fille de John Brendan Kelly (04/10/1889 à Philadelphie – 20/06/1960 à Philadelphie), entrepreneur, et de Margaret Katherine Majer (1898 à Philadelphie – 06/01/1990 à Philadelphie).
  44. Fils de Michel Junot et de Lydia Tyckjaert.
  45. Fils de Giancarlo Casiraghi et de Fernanda Palici.
  46. Fils de Ernst August Georg Wilhelm Christian Ludwig Franz Joseph Nikolaus Oskar von Hannover dit « Ernest-Auguste IV de Hanovre » (18/03/1914 à Brunswick – 09/12/1987 à Schulburg), prince de Hanovre, duc de Brunswick et de Lunebourg, et d'Ortrud von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg.(1925-1980).
  47. Fille de Sam Rotolo.
  48. Fille de ?????? Tossoukpé, propriétaire d'usine de conditionnement de fruits de mer.
  49. Fille de « Mike » Michael Kenneth Wittstock (08/02/1946 à Durban), propriétaire d'une entreprise d'informatique, et de Lynette Humberstone (01/10/1959 à Bulawayo), plongeuse de compétition, professeur de natation.
  50. Fils d'Henri Ducruet, ouvrier agricole, et de Maguy ??????.
  51. Fils de Salvador Peres, acrobate, clown, et de Carmen López-Calderón, danseuse de flamenco.
  52. Fils de Wilhelm Friedrich Philipp von Württemberg [Guillaume Frédéric Philippe de Wurtemberg] (1761-1830), et de Wilhelmine von Tunderfeldt-Rhodis.
  53. Fille de Jacques Philippe de Choiseul (06/09/1727 à Lunéville – 2/06/1789 à Strasbourg), comte de Stainville, et de Thérèse de Clermont d'Amboise (1746-1789).
  54. Fille de Jacques Louis de Rouvroy de Saint-Simon (1698-1746), duc de Ruffec, et de Catherine Charlotte Thérèse de Gramont.
  55. Fils d'Emmanuel II de Crussol, duc d'Uzès, et Marie-Julie de Sainte-Maure de Montausier.
  56. Fille d'Antònio Lascaris di Ventimiglia [Antoine Lascaris de Vintimille], comte de Tende.
  57. Fille de Charles Quiqueran, seigneur de Beaujeu.
  58. Fille de Claude de Villeneuve, marquis de Trans.
  59. Fille de Pierre de Thouars.
  60. Fille de Charles Grimaldi (1612-1687), marquis de Raguse, et de Marguerite de Napolon.
  61. Fille de Jean-Baptiste Coiset, baron de Marignane.
  62. Fille de Pierre de Villeneuve, comte de Tourelle.
  63. Fille d'Antoine Bresson.
  64. Fille de Giovanni Battista Doria.
  65. Fils de Ceva Doria (???? – après 1387), seigneur d'Oneglia, et de Marìa Grimaldi (cités dans l'arbre généalogique).
  66. Fille de de Luciano Lascaris di Ventimiglia [Lucien Lascaris de Vintimille], comte de Tende.
  67. Fille de Louis Barker of Rochester.

Lien externe[modifier | modifier le code]