Compagnie des Carabiniers du Prince

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Compagnie des Carabiniers du Prince
Insigne des Carabiniers
Insigne des Carabiniers

Période 1817
Pays Monaco Monaco
Allégeance Prince de Monaco
Type Infanterie
Rôle Unité d'honneur et de sécurité
Effectif 113 personnes
Fait partie de Force Publique de Monaco
Garnison Monaco-Ville
Devise « Honneur, fidélité, dévouement »
Commandant Commandant Philippe Rebaudengo [1]

La Compagnie des Carabiniers du Prince, également appelée Garde monégasque, est la principale unité de la force militaire de Monaco. Bien que la défense de la Principauté de Monaco soit placée sous la responsabilité de la France, une unité de protection du Prince de Monaco y a été maintenue.

Historique[modifier | modifier le code]

La compagnie des Carabiniers du Prince a été créée le sous le règne du Prince Honoré IV (par son fils, Honoré Grimaldi, duc de Valentinois, Administrateur de la Principauté) pour la protection de la Principauté de Monaco. Si ce corps a été réorganisé à plusieurs reprises, l’unité n’a jamais cessé d’exister.

Le , le prince Albert Ier signe une ordonnance sanctionnant la dissolution de la compagnie des gardes. Le prince confie alors la garde du palais et de sa famille aux carabiniers. L’ordonnance spécifiait que « le service fait par la Compagnie des Gardes serait exécuté dorénavant par la Compagnie des Carabiniers qui prendrait la dénomination de “Compagnie des Carabiniers du Prince” ».

La compagnie a pour saint protecteur Sébastien.

Organisation[modifier | modifier le code]

Composée de 113 hommes de nationalité française (3 officiers, 19 sous-officiers et 91 hommes de rang), la compagnie des Carabiniers du Prince possède quelques formations spéciales[1] :

  • une formation musicale
  • une équipe de plongeurs sous-marins
  • un peloton motocycliste

La fanfare[modifier | modifier le code]

La Compagnie des Carabiniers du Prince possède une formation musicale composée de vingt-six carabiniers-musiciens sous les ordres d’un Major. Depuis 1978, cette formation a pris l’appellation de « Fanfare de la Compagnie des Carabiniers du Prince ». Partie intégrante de l’Unité, la fanfare n’est pas une formation à part ayant pour seule vocation la musique. Les Carabiniers qui la composent, reçoivent le même entrainement que leurs camarades non musiciens. Ils participent à tous les services dévolus à la Compagnie. La diversité du répertoire de la fanfare lui permet de se produire lors des cérémonies officielles et à l’occasion de manifestations sportives et de concerts publics. Depuis 1989, le Prince Souverain n’hésite pas à l’envoyer à l’étranger : Saumur, Nîmes, Albertville, Lugano, Düsseldorf, Turin, Lisbonne, Séville, Genève, Hanovre, etc.

Missions[modifier | modifier le code]

Garde monégasque.

Depuis sa création, les Carabiniers du Prince ont pour mission d’assurer la garde du Palais et de veiller à la sécurité du souverain et de ses proches, de fournir les services d’honneur, de veiller à l’exécution des lois et de participer au maintien de l’ordre public. Le Palais est gardé en permanence, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, par deux sous-officiers, un brigadier et huit carabiniers. La relève de la garde, effectuée tous les jours à 11 heures 55, est annoncée par un élément musical (deux tambours, deux trompettes).

La compagnie des Carabiniers du Prince assure les services d’honneur en grande tenue. Sur « réquisition », elle escorte le corps judiciaire. Elle participe aux cérémonies officielles, civiles et religieuses, aux prises d’armes et défilés.

Elle assume également diverses missions de service public. Avec la création au sein de l’unité du secourisme militaire, la compagnie des Carabiniers du Prince met en œuvre les ambulances de la Croix-Rouge monégasque. Elle participe, à ce titre, à la sécurité des importantes manifestations sportives ou artistiques qui ont lieu dans la principauté, nécessitant des moyens de secours et d’évacuation. Elle participerait le cas échéant à la mise en œuvre des plans de secours, plan Rouge ou plan ORMOSE (Plan d’organisation monégasque des secours).

Elle assure le ramassage journalier des jeunes enfants pour le compte de la crèche « Foyer Sainte-Dévote » et le transport à la demande de la Croix-Rouge monégasque de personnes handicapées[1].

L’équipe de plongeurs sous-marins est régulièrement sollicitée pour s’intégrer aux dispositifs de sécurité et participer aux diverses missions de secours lors des compétitions nautiques nombreuses dans les eaux monégasques. Ces personnels participent également aux observations scientifiques en milieu sous-marin pour l’étude de la pollution en Méditerranée.

Le peloton motocycliste est chargé des missions journalières et des escortes du souverain ou de chefs d’États en visite à Monaco.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Liste des chefs de corps successifs
Période Chef de corps
2007 Commandant Philippe Rebaudengo
2005 - 2007 Lieutenant-colonel Jacques Morandon
1993 - 2005 Lieutenant-colonel Luc Fringant
1978 - 1993 Commandant Maurice Allent


Le Prince Albert II de Monaco possède le grade de colonel au sein de la compagnie des carabiniers, depuis le 11 novembre 1986.

Les Carabiniers[modifier | modifier le code]

Recrutement[modifier | modifier le code]

Les Carabiniers du Prince sont recrutés parmi des candidats qui remplissent les conditions suivantes :

  • Être de nationalité française et avoir effectué le service militaire ou posséder une formation militaire ;
  • Être âgé de 20 ans au moins et de 30 ans au plus ;
  • Être célibataire (autorisation de mariage après la confirmation du premier contrat) ;
  • Mesurer une taille de 1,80 m (minimum rigoureusement exigé) 2,00 m maximum ;
  • Posséder un très bon état de santé ainsi qu’une excellente condition physique ;
  • Montrer de bonnes dispositions intellectuelles ainsi qu’un niveau scolaire convenable ;
  • Être titulaire du permis de conduite VL (au minimum) ;
  • Savoir nager.

Les candidatures peuvent être valorisées lorsqu’elles comportent des capacités particulières dans une ou plusieurs spécialités utiles à la Compagnie : musique (instruments de fanfare), transmission, informatique, secourisme, plongée sous-marine, mécanique et carrosserie automobile, sports de combat, etc.

Déroulement de carrière[modifier | modifier le code]

Au moment de son incorporation, le jeune carabinier signe un premier contrat de cinq ans qui n’est validé qu’après une période d’instruction et une période de confirmation au cours desquelles aptitude et motivation sont vérifiées. Cette confirmation intervient normalement au bout d’un an, mais peut être prolongée d’une, voire deux années probatoires.

Le carabinier peut poursuivre sa carrière par engagements successifs de cinq ans, jusqu’à l’âge de 55 ans, sous réserve de continuer à remplir toutes les conditions d’aptitude.

L’avancement au mérite permet à un certain nombre de carabiniers d’accéder aux différents grades de sous-officiers.

Cependant, le très faible taux de renouvellement de ces postes implique que 50 % des militaires terminent leur carrière comme carabinier de première ou seconde classe.

Tenue et matériel[modifier | modifier le code]

La tenue de parade demeure à quelques détails près celle du début du XXe siècle, les équipements et les matériels se sont modernisés au rythme de la nouvelle technologie. La sécurité s’est vue renforcée par la mise en place de moyens modernes. La mobilité des hommes s’est accrue par la dotation de véhicules adaptés aux différentes missions et, en matière d’armement, les vieux fusils et révolvers ont cédé la place à des armes modernes comme le M16A2 et le Glock 17.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]