White Riot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

White Riot

Single par The Clash
extrait de l'album The Clash
Sortie 18 mars 1977
Durée 2:01
Genre Punk rock
Format Vinyl
Producteur Mickey Foote
Label CBS Records

Singles par The Clash

White Riot est le premier single du groupe de punk rock The Clash, sorti en mars 1977. Cette chanson est présente sur leur premier album éponyme.

Musiciens[modifier | modifier le code]

Deux versions[modifier | modifier le code]

Deux versions distinctes de cette chanson existent : l'originale, sur la version anglaise de l'album, et la seconde, enregistrée avec une intro différente, sortie en single et sur la version américaine de The Clash (éditée deux ans plus tard, en 1979).

La première version dure 1 min 56 s, tandis que le single et la version de l'album américain, 2 min 01 s.

Style[modifier | modifier le code]

La chanson est courte et intense, influencée par le style des Ramones sur trois accords enchainés très rapidement. On entend le guitariste Mick Jones compter « one - two - three - four » au début du morceau, sur la version "UK" de l'album. Dans sa deuxième version (single et album "US"), le morceau débute par le son d'une sirène de police qui s'approche, et intègre d'autres effets sonores (bruits de pas, bris de verre, sonnerie d'alarme).

Les paroles de la chanson évoquent les classes sociales et ethniques, ce qui provoqua une polémique : certains pensèrent qu'elle prônait une sorte de guerre ethnique. Au lieu de cela, le parolier Joe Strummer essayait plutôt d'inciter les jeunes blancs à se rebeller pour une vraie cause, alors qu'il ressentait que la communauté noire l'avait déjà fait (au Royaume-Uni). Le titre contient un message d'action dans les lignes « Are you taking orders ? Or are you taking over ? / Are you going backwards ? Or are you going forwards? » (Vous plierez vous aux ordres ? Ou prendrez vous le dessus ? / Allez vous reculer ? Ou irez vous de l'avant ?)

La chanson fut écrite après que Joe Strummer et le bassiste Paul Simonon furent impliqués dans les émeutes du carnaval de Notting Hill de 1976.

Single[modifier | modifier le code]

La face B du single est 1977, un titre non présent sur l'album. Cette chanson est assez similaire à White Riot, et suggère que la musique d'Elvis Presley, des Beatles et autres Rolling Stones est dépassée : "No Elvis, Beatles or the Rolling Stones in 1977"

Notoriété[modifier | modifier le code]

White Riot est considérée comme un classique du répertoire des Clash, bien que le temps passant, Mick Jones refusât parfois de la jouer sur scène, la jugeant vulgaire et musicalement inadaptée. 20 ans après sa création, Joe Strummer la jouait en concert avec son groupe, The Mescaleros.

En mars 2005, Q (magazine) classa White Riot à la 34e place de sa liste des 100 plus grandes chansons à la guitare.

Lors de sa sortie, le single a atteint la 38e place du hit-parade britannique.

La chanson fut notamment reprise par les Berurier Noir, Dropkick Murphys, Brigitte Bop, The Babyshambles ...