Guelta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une guelta, près d'Oubankort, Adrar des Ifoghas, Mali
Dromadaires dans les canyon et guelta d'Archei, plateau de l’Ennedi, Sahara tchadien
Guelta algérienne
Guelta de Timia (18° 5′ 39,98″ N, 8° 45′ 42,44″ E)
Middle Spring, Fish Spring National Wildlife Refuge, Utah
Calf Creek, Utah

La guelta (pluriel gueltate voire gueltas)[1] correspond à une dépression ou une cuvette où l'eau s'est accumulée à la faveur d'une crue, de l'alimentation par des sources ou l'inféroflux en contexte désertique ; cela peut être une résurgence naturelle.

La guelta appartient à l'ensemble des zones humides des milieux désertiques comme le chott, la daya et la sebkha (ou sebkhra).

Une des plus importantes gueltas du Sahara est la guelta d'Archei au Tchad.

Définition géomorphologique[modifier | modifier le code]

Ce terme (d'origine arabe) fait partie du vocabulaire de la géomorphologie dynamique et désigne des plans d'eau temporaires ou pérennes, sans écoulement apparent (aréisme) : des mares qui subsistent après la crue dans les lits des oueds ou des "piscines naturelles" dans la roche en place[2],[3],[4].

Ces zones humides sont alimentées par l'inféroflux (écoulement qui provient de la réserve en eau contenue dans les alluvions de l'oued). L'alimentation se fait également très souvent par les versants, par des sources, à la faveur de discontinuités géologiques, qui peuvent prendre l'allure de cascades.

La pérennité de la guelta est préservée d'autant plus qu'il s'agit d'une position abritée (canyon, vallée encaissée par exemple) qui limite l'évaporation dans un contexte climatique d'aridité.

Exemples de sites de guelta[modifier | modifier le code]

Biodiversité et habitats[modifier | modifier le code]

La biodiversité de ces écosystèmes est mal connue car peu étudiée. Ces habitats qualifiés d’insulaires (voir théorie biogéographique de l'insularité) en raison de leur isolement géographique, se révèlent particulièrement intéressants par leur diversité et leur richesse notamment en faune aquatique grâce à la permanence de l’eau. Durablement alimentées en eau, les gueltate, souvent pérennes et parfois anciennes, peuvent accueillir une biocénose particulièrement diversifiée ayant une histoire parfois plurimillénaire. Les gueltas sont des milieux de conservation des héritages floristiques et des cortèges faunistiques associés donc extrêmement précieuses au maintien de la biodiversité saharienne qui est particulièrement suivie par l'UNESCO et la convention Ramsar en tant que patrimoine naturel remarquable.

Les données paléoenvironnementales[modifier | modifier le code]

En effet, la guelta constitue un biotope abrité, protégé du vent et parfois d’un fort ensoleillement : l’évaporation réduite et le renouvellement en eau constant. Étant donné l'isolement de ces milieux (voir théorie de l’insularité), de nombreuses espèces endémiques s'y sont développées ; ces sites hébergent également des taxons dont l’aire de distribution passée s’est considérablement réduite.

Des peintures rupestres de l’Holocène moyen montrent que le Crocodile du Nil (Crocodylus niloticus Laurenti) occupait toute la région saharienne et jusque dans marais et les rivières du Sud de la Méditerranée (espèce possiblement circumméditerranéen). Jusqu'au début du XXe siècle, de nombreux sites d’eau permanente du Sahara abritaient encore des populations résiduelles mais actuellement, seuls quelques spécimens survivent dans des « piscines naturelles » des vallées du plateau de l’Ennedi (Tchad) où ils sont menacés d'extinction et, une population relictuelle, mais probablement éteinte en 1996, était signalée dans les collines du Tagant (Mauritanie)[5],[6].

La reconstitution du cortège floristique du Quaternaire récent et des conditions bioclimatiques du Néolithique du Sahara ont été recherchées dans les sédiments des zones humides. L’analyse pollinique puis celle des diatomées fossiles ont été entreprises dès 1955 par A. Pons (université de Marseille) sur des paléosols noirâtres qui semblaient correspondre à des bas-fonds marécageux édifiés lors de la dernière phase pluviale saharienne. La flore mise en évidence avait présenté une homogénéité remarquable : les espèces arborées appartiennent des taxons méditerranéens (Pin d’Alep, Cèdre de l’Atlas, Thuya de Béribérie, Cyprès de Duprez, Genévriers, Chênes, Aulne, Micocoulier, Érables, Lentisque, Bruyère arborescente, Frêne dimorphe, Oléaste, Jujubier) qui pour la plupart ne se rencontrent plus actuellement au Sahara. Les paléosols du Hoggar ont également livré du pollen de Tilleul et de Noyer ce qui implique qu'une végétation forestière méditerranéenne proche de celle des montagnes semi-arides de l’Atlas saharien et des Aurès occupait la région lors de la dernière phase humide[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ambroise Queffélec et al., 2002 - Le français en Algérie: lexique et dynamique des langues. Éd. Duculot, AUF, Champs linguistiques, recueils, p. 334 (590 p.)
  2. Coque R., 1977 - Géomorphologie. Éd. A. Colin, p. 211
  3. Joly F., 1997 - Glossaire de géomorphologie. Éd. A. Colin
  4. Tricart J. & Cailleux A., 1969 - Le modelé des régions sèches. Traité de géomorphologie. T. IV, Éd. SEDES, Paris, p. 305
  5. De Smet K.- Status of the Nile crocodile in the Sahara désert. Hydrobiologia, 1998-1999, 391 : 81-86
  6. Naégélé A., 1956 - Exposé sommaire sur la végétation des environs d’Atar en Mauritanie. Notes africaines, 69 et Bibliothèque numérique sur la Mauritanie
  7. P. Quezel, 1960 – Flore et palynologie sahariennes. Bull. de l’IFAN, XXII, série A, 2 : 353-360

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Déserts du monde
  • Institut français du Tchad [1]
  • Groupe d’étude et de recherche des écologistes sahariens, GERES [2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Théodore Monod, Jean-Marc Durou, 2007- Déserts. Bower Éditions, Coll. Mémoires du monde, 342 p. (ISBN : 978-2-355-41006-2)
  • Paul Ozenda, 1977- Flore du Sahara. Éd. du CNRS, 600 p.
  • Pierre Rognon, 1989 - Biographie d'un désert : Le Sahara. Éd. Plon Synthèse, 347 p.
  • Nicole Petit-Maire, 2002 - Sahara sous le sable des lacs. Éd. du CNRS
  • Michel Aymerich, Tarrier M., 2008 - Un désert plein de vie. Carnets de voyages naturalistes au Maroc saharien. Éd. La Croisée des Chemins, 264 p.
  • Michel Le Berre, et al., 1989 et 1990 - Faune du Sahara - Tome 1, Poissons. Amphibiens. Reptiles. Tome 2, Mammifères.
  • Alain Drajesco-Joffe, 1993 - La vie sauvage du Sahara. Éd. Delachaux & Niestlé