Lester Young

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Young.

Lester Young

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lester Young, New York, circa septembre 1946

Informations générales
Surnom The Prez
Nom de naissance Lester Willis Young
Naissance 27 août 1909
Woodville, Mississippi, États-Unis
Décès 15 mars 1959 (à 49 ans)
New York, États-Unis
Genre musical Jazz
Années actives 1933 – 1959
Labels Verve Records

Lester Willis Young surnommé le Prez (le président) (27 août 1909 - 15 mars 1959) est un saxophoniste, clarinettiste et compositeur américain de jazz.

Style et légende[modifier | modifier le code]

Lester Young, surnommé "Prez", fut l'un des plus influents musiciens de jazz, par son jeu révolutionnaire et sa personnalité. Dès ses premiers engagements avec Count Basie, à une époque où le jeu agressif et puissant de Coleman Hawkins définissait le son des saxophonistes de jazz, Young lui opposa des solos aériens, semblant flotter sur le tempo de l'orchestre, tels des volutes de fumée. Sa connaissance profonde de l'harmonie, très rare à cette époque où il n'y avait pas d'écoles de jazz, lui permettait d'improviser dans toutes les situations, et il était connu pour ne jamais se répéter d'un solo sur l'autre, ce qui constitue l'idéal d'un musicien de jazz.

Se mettant au service de la chanson – il affirmait qu'on devait pouvoir « entendre » les paroles dans la mélodie instrumentale–, Young influença beaucoup de ses contemporains qui rêvaient d'un jazz plus doux et élégant, s'opposant entre autres au be-bop. Ce fut notamment le cas du mouvement "Cool Jazz" des années 1950, institué par Miles Davis.

Si Lester Young était un musicien extrêmement original, sa vie elle-même n'est pas en reste. Personnage excentrique, il aimait parler de manière codée pour n'être compris que de son cercle d'amis et impressionner les autres, et s'habiller de manière originale – il ne quittait presque jamais son fameux chapeau "Pork Pie Hat". Lester Young reste aujourd'hui connu pour avoir été le premier d'un longue lignée de jazzmen originaux à forte personnalité. Cette influence s'étend sur le monde du jazz tout entier, à commencer par Charlie Parker et Dizzy Gillespie, qui furent tous deux de grands fans du "Président".

À sa mort, il a eu droit à de nombreux hommages, dont une composition de Charles Mingus, Goodbye, Pork Pie Hat, devenu un standard de jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une jeunesse sous le signe de la musique[modifier | modifier le code]

Lester Young est né à Woodville, dans l'État du Mississippi en 1909. Il est plongé dès son enfance dans la musique, à travers son père, Willis Handy Young, qui dirige un orchestre de musique scénique, et son frère Lee Young, batteur remarquable. Avec plusieurs autres parents, tous musiciens professionnels, ils forment un groupe familial de Minstrel show qui tourne dans le circuit du Vaudeville. Alors que Lester est encore enfant, sa famille déménage à La Nouvelle-Orléans en Louisiane, puis à Minneapolis. Son père lui enseigne la trompette, le violon, et la batterie, en plus du saxophone, afin de lui permettre de se produire avec le groupe familial. Il le quittera en 1927, refusant d'accompagner les siens en tournée dans les États du Sud où règne la loi Jim Crow.

Prez à Kansas City : l'envol[modifier | modifier le code]

En 1928, Young se consacre définitivement au saxophone ténor, instrument sur lequel il développe un style personnel très doux et aérien, à l'opposé de celui de Coleman Hawkins, que tous cherchent à l'époque à imiter. Il s'installe en 1933 à Kansas City, capitale du jazz en même temps que du jeu, de la prostitution, de la drogue et du trafic d'alcool : à cette époque, la Prohibition fait la fortune des gangsters de tout poil à travers les États-Unis. Après avoir fait partie de plusieurs groupes, il est engagé en 1936 dans l'orchestre du grand Count Basie. Il fait la connaissance de plusieurs personnes qui vont marquer sa vie à jamais, notamment la chanteuse Billie Holiday, avec qui il vivra une forte amitié et une grande complicité musicale, et Teddy Wilson, qui dirigera les petites formations où Billie et Lester vont pouvoir exprimer leurs talents. C'est à Billie qu'il doit son surnom de Prez, le Président du saxophone ténor !

En effet, entre temps, Young a gagné ses galons en se mesurant à Coleman Hawkins lui-même dans les jam sessions de Kansas City, qui sont autant d'affrontements acharnés où les réputations se font et se défont très vite. Lester y gagne le respect et l'admiration de ses pairs en tenant une nuit entière face au géant Hawkins, qui d'après la légende s'enfuit au petit matin, épuisé et stupéfait de ne pouvoir éliminer cet étrange concurrent au jeu si léger…

Young quitte finalement le groupe de Basie fin 1940, d'après la légende car, étant fort superstitieux, il refusa de jouer un vendredi 13. Il crée ensuite plusieurs petites formations, souvent au côté de son frère Lee, qui lui fournissent le cadre idéal pour son jeu révolutionnaire. Il enregistre plusieurs disques au cours de cette période, notamment avec Billie Holiday et, en juin 1942, Nat King Cole. En décembre 1943, Young réintègre l'orchestre de Count Basie pour un engagement de 10 mois, interrompu par son service militaire, événement qui devait bouleverser à jamais son existence et son art.

Service militaire et renaissance précaire[modifier | modifier le code]

Étant constamment en mouvement entre les lieux de leurs différents engagements, les musiciens de jazz de cette époque parviennent souvent à échapper à leurs obligations militaires. En septembre 1944, Young, en compagnie du batteur Jo Jones, est pourtant rattrapé par l'armée américaine alors qu'il est à Los Angeles avec Count Basie. Contrairement à la plupart des musiciens blancs de l'époque, intégrés à des fanfares militaires, il est mobilisé dans l'armée régulière, à laquelle il se révèle singulièrement inadapté. Tête de turc de ses supérieurs depuis qu'ils ont découvert qu'il est marié avec une femme blanche, il tente de tenir en faisant un usage massif de marijuana et autres drogues, ce qui lui vaut d'être emprisonné pour insubordination et usage de narcotiques. Cette expérience des prisons militaires, qui donnera naissance au morceau DB Blues (Detention Barracks Blues) le marque considérablement, certains historiens affirmant même qu'elle détruit une grande partie de son potentiel créatif. Il plonge progressivement dans la dépression. Pourtant les années suivantes sont loin de constituer un déclin : à sa démobilisation, le producteur Norman Granz le prend sous son aile au sein du Jazz at the Philharmonic. De 1945 à 1947, il enregistre des faces historiques pour le label Alladin à la tête de petites formations comprenant notamment le tromboniste Vic Dickenson et le jeune pianiste Dodo Marmarosa. Elles comprennent notamment DB Blues et la version révolutionnaire de These Foolish Things où Lester commence son improvisation sans exposition préalable du thème, ce qui constitue une première à l'époque. Les tournées du Jazz at the Philharmonic se multiplient et lui donnent l'occasion de jouer au côté de Charlie Parker en 1946 et 1949. Au sein du JATP, Lester offre un parfait contraste avec les ténors expressionnistes comme Illinois Jacquet et Flip Phillips qui participent à ces concerts-jam-sessions.

Les dernières années du Président[modifier | modifier le code]

Au début des années 1950 le jeu de "Prez" commence à se dégrader. Ses solos deviennent moins imaginatifs, et il lui arrive même de se répéter en copiant ses propres enregistrements précédents, ce qui n'a jamais été le cas auparavant. Si on compare ses enregistrements de 1954 avec ceux de 1952 par exemple, on constate une dégradation de la maîtrise de son instrument, et même du tempo. Supportant très mal ces problèmes musicaux, Young commence à boire encore plus qu'il ne le faisait déjà, ce qui n'arrange pas les choses. Il sut toutefois tirer parti de la dégradation de ses moyens physiques pour transformer son art et le rendre plus intime. Il met ainsi en musique ses pulsions dépressives et laisse entendre aux auditeurs l'impossibilité à jouer la musique idéale. Toutes les failles, les béances présentes dans ses derniers enregistrements comme dans "They Can't Take That Away From Me"(1958) ne sont pas uniquement dues à sa dégradation physique mais sont aussi de la propre volonté de l'artiste. Elles expriment à merveille sa mélancolie.

En novembre 1955, il craque et est interné en hôpital psychiatrique. Il en sort quelques mois plus tard pour connaître une embellie qui ne sera que provisoire. Mangeant de moins en moins et buvant de plus en plus, Young devient à partir de 1957 une sorte de fantôme nourri au whisky, toujours au bord de l'effondrement physique et parfois trop épuisé pour pouvoir simplement soulever son instrument. Il parvient pourtant toujours à réaliser des performances d'une force émotionnelle hors du commun, comme celle de décembre 1957 au côté de Billie Holiday, qu'il n'avait pas revue depuis des années, et au cours duquel il livra un solo tout à fait brillant, tout en économie de moyens et en émotion.

Lester Young enregistra ses dernières faces un peu plus d'un an plus tard, en mars 1959 à Paris, au cours d'une tournée européenne qui dut être abrégée car il ne mangeait quasiment plus et buvait à longueur de journée. Il mourut dans la matinée du 15 mars 1959, quelques heures seulement après son retour à New York. Il n'avait que 49 ans. Le critique de jazz Leonard Feather raconta plus tard que, se rendant à l'enterrement de Young avec Billie Holiday, il l'entendit murmurer « je serai la suivante ». Billie suivit son ami de toujours dans la tombe quelques mois plus tard, à l'âge de 44 ans.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Il aurait abandonné la batterie en s'apercevant qu'après les concerts il mettait plus de temps à emballer son instrument que les autres musiciens. Du coup, les filles partaient avec les autres musiciens, le laissant célibataire pour le reste de la soirée.
  • Lester était très superstitieux. Un jour qu'il devait enregistrer en studio avec l'orchestre de Basie tout le monde l'attendait. Le patron l'appelle alors à son hôtel : "Qu'est-ce que tu fais ? Tout le monde t'attend". Lester dit alors : "On est vendredi 13. Je ne peux pas sortir, il va m'arriver quelque chose". "C'est fait, lui répond Basie, tu es viré !"

Citation[modifier | modifier le code]

« Je me souviens de Lester Young au Club Saint-Germain ; il portait un complet de soie bleue avec une doublure de soie rouge ». Georges Perec, Je me souviens, 4.

Divers[modifier | modifier le code]

Les derniers jours de Lester Young ont fortement inspiré ceux de Dale Turner, le personnage principal d'Autour de minuit, le film de Bertrand Tavernier.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Morceaux choisis[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Alain Gerber, Lester Young, Fayard, 2000