Libertad Lamarque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo de Libertad Lamarque.

Libertad Lamarque est une actrice argentine née le 24 novembre 1908 à Rosario et morte le 12 décembre 2000 à Mexico.

Biographie[modifier | modifier le code]

Libertad Lamarque est née le 24 novembre 1908, à Rosario (province de Santa Fe), en Argentine. Son père Gaudencio Lamarque, de parents français, a épousé une veuve déjà mère de six enfants. C’est un original anarchisant au tempérament artiste. Il écrit des pièces plutôt libertaires qu’il fait jouer dans les petites villes avoisinantes. Sa fille, au prénom prédestiné, est l’une de ses interprètes. À l’occasion elle chante avec succès les rengaines à la mode. En 1926, la famille décide de tenter sa chance et part pour la capitale. D’abord embauchée comme choriste au Teatro Nacional, Libertad se fait vite remarquer.

Libertad Lamarque grave son premier disque de tango en 1927. L’année suivante elle donne naissance à une petite fille (son unique enfant) et épouse le père, un modeste employé de théâtre. Elle s’en sépare presque aussitôt pour vivre avec le pianiste Alfredo Malerba qui deviendra son mari dix ans plus tard lorsque le divorce aura été légalisé. Pendant trois ans elle donne plus de mille représentations d’un vaudeville racontant la vie de différentes familles d’émigrés dans un immeuble modeste de la très cosmopolite Buenos Aires. Elle part ensuite en tournée en Argentine et au Paraguay avec trois guitaristes et un répertoire de tangos. Elle aborde le cinéma avec « Adiós Argentina (en) » (1929) de Mario Parpagnoli et tourne dans le premier film sonore argentin « Tango » (1933) de Luis José Moglia Barth avec Pepe Arias. Devenue la Reine du Tango, elle fait en 1935 la une des journaux: en tournée au Chili, elle aurait tenter de se suicider en passant par la fenêtre de son hôtel, la chute est amortie par une bâche ! Le mari considérant qu’elle n’est pas apte à s’occuper de leur fille l’emmène en Uruguay. Libertad accompagnée de son avocat, de Alfredo Malerba et du musicien Héctor María Artola, réussit à récupérer l’enfant, à Montevideo.

Entre 1935 et 1945 Libertad Lamarque est à l’affiche d’une vingtaine de films en Argentine dont « El alma del bandoneón (es) » (1935) et « Madreselva (en) » (1938). Lors du tournage de « La cabalgata del circo (en) » (1945), de Mario Sóffici avec Hugo del Carril, on raconte qu’elle serait rentrée en conflit avec l’actrice Eva Duarte, la future Madame Eva Perón et qu’elle aurait préféré partir pour le Mexique. Elle y recommence une carrière cinématographique toute aussi prestigieuse et tourne plus de quarante films, en général dans le registre dramatique dont « Tampico » (1947) de Luis Buñuel auprès de Jorge Negrete. Elle est dirigée par des metteurs en scène tels que Tulio Demicheli, Miguel Zacarías et Alfonso Corona Blake.

Libertad Lamarque reste une très grande chanteuse de tangos et enregistre dans sa carrière plus de quatre cents titres, dans son pays natal, au Mexique mais aussi à Cuba et en Espagne, accompagnée par les orchestres les plus célèbres, ou par celui de son mari Alfredo Malerba. Après l’exil de Juan Perón en 1955, elle retourne régulièrement en Argentine pour des tournées triomphales. En 1961 elle chante avec le jeune prodige espagnol Joselito (Jiménez) dans le film « Mon ami Joselito » dirigé par Antonio del Amo.

À partir des années 1970, Libertad Lamarque travaille fréquemment à la télévision. Elle enregistre ses derniers titres de tango à quatre-vingt-deux ans et joue encore dix ans plus tard dans un feuilleton mexicain « Carita de ángel (en) » le rôle de la mère supérieure d’un couvent. Elle décède le 12 décembre 2000, à Mexico, d’une insuffisance respiratoire.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1929 Adiós Argentina – de Mario Parpagnoli avec Silvio Romano
  • 1933 Tango – de Luis Moglia Barth avec Pepe Arias
  • 1935 Alma de bandoneón – de Mario Soffici avec Santiago Arrieta
  • 1936 Ayúdame a vivir – de José A. Ferreyra avec Floren Delbene
  • 1937 Besos brujos – de José A. Ferreyra avec Antonio Daglio
  • 1938 Madreselva – de Luis César Amadori avec Hugo del Carril
  • La ley que olvidaron – de José A. Ferreyra avec Oscar Soldati
  • 1939 Puerta cerrada – de Luis Saslavsky avec Pablo Cumo
  • 1939 Caminito de Gloria – de Luis César Amadori avec Roberto Airaldi
  • 1940 La casa del recuerdo – de Luis Saslavsky avec Alberto Vila
  • 1940 Cita en la frontera – de Mario Soffici avec Orestes Caviglia
  • 1941 Yo conocí a esa mujer – de Carlos F. Borcosque avec Osvaldo Miranda
  • Una vez en la vida – de Carlos F. Borcosque avec Luis Aldás
  • En el viejo Buenos Aires – de Antonio Momplet avec Rafael Frontaura
  • 1942 Eclipse de soleil (eclipse de sol) de Luis Saslavsky avec Georges Rigaud
  • 1944 El fin de la noche – de Alberto de Zavalia avec César Fiaschi
  • 1945 La cabalgata del circo – de Mario Soffici avec Eva Perón
  • 1946 Soledad – de Miguel Zacarías avec René Cardona
  • 1947 Romance musical – de Ernesto Arancibia avec Juan José Miguez
  • 1947 Tampico (Gran Casino / en el viejo Tampico) de Luis Buñuel avec Jorge Negrete
  • 1948 La dama del velo – de Alfredo B. Crevenna avec José Baviera
  • 1949 Otra primavera – de Alfredo B. Crevenna avec Ernesto Alonso
  • 1950 Huellas del pasado – de Alfredo B. Crevenna avec Robert Meyer
  • 1950 La marquesa del barrio – de Miguel Zacarías avec Guillermo Samperio
  • 1951 La mujer sin lágrimas – de Alfredo B. Crevenna avec Eduardo Alcaraz
  • 1951 Te sigo esperando – de Tito Davison avec Arturo de Córdova
  • 1951 Mi campeón – de Chano Urueta avec Augustín Lara
  • 1951 La loca – de Miguel Zacarías avec José María Linares-Rivas
  • 1952 Rostros olvidados – de Julio Bracho avec Julián Soler
  • 1952 Nunca es tarde para amar – de Tito Davison avec Sergio Corona
  • 1952 Acuérdate de vivir – de Roberto Gavaldón avec Tito Junco
  • 1953 Reportaje – de Emilio Fernández avec Maria Félix - Seulement apparition
  • 1953 Anxiété (ansiedad) de Miguel Zacarías avec Pedro Infante
  • 1953 Si volvieras a mi – de Alfredo B. Crevenna avec Silvia Pinal
  • 1953 La infame – de Miguel Zacarías avec Ramón Gay
  • 1954 Cuando me vaya – de Tito Davison avec Felipe Montoya
  • 1954 La mujer X – de Julián Soler avec Andrés Soler
  • 1955 Historia de un amor – de Roberto Gavaldón avec Mario Sevilla
  • 1955 École de musique (escuela de música) de Miguel Zacarías avec Pedro Infante
  • 1955 Bodas de oro – de Tito Davison avec Luis Aragón
  • 1956 Música de siempre – de Tito Davison avec Edith Piaf
  • 1957 Bambalinas – de Tulio Demicheli avec Carlos Montalbán
  • 1957 La mujer que no tuvo infancia – de Tito Davison avec Pedro Armendariz
  • 1958 Cuatro copas – de Tulio Demicheli avec Miguel Manzano
  • 1958 Sabrás que te quiero – de Tito Davison avec Pancho Córdova
  • 1958 Mis padres se divorcian – de Julián Soler avec Pedro de Aguillón
  • 1959 La cigüeña dijo sí – de Rafael Baledón avec José Pardavé
  • 1960 Moi, pécheur (yo pecador) de Alfonso Carona Blake avec José Mojica
  • 1960 Amor en la sombra – de Tito Davison avec Enrique Rambal
  • 1960 Creo Creo en ti / Esposa o amante – de Alfonso Corona Blake avec Jorge Mistral
  • 1960 El pecado de una madre – de Alfonso Corona Blake avec Dolores del Rio
  • 1961 Mon ami Josélito (bello recuerdo) de Antonio del Amo avec Joselito
  • 1962 El cielo y la tierra – de Alfonso Corona Blake avec Angélica María
  • 1963 Canción del alma – de Tito Davison avec Eduardo Fajardo
  • 1964 Los hijos que yo soñé – de Roberto Gavaldón avec Carlos Nieto
  • 1964 Canta mi corazón – de Emilio Gómez Muriel avec Roberto Cañedo
  • 1965 Arrullo de Dios – de Alfonso Corona Blake avec Manuel Alvarado
  • 1966 La vida de Pedro Infante – de Miguel Zacarías avec Antonio Raxel
  • 1968 El hijo pródigo – de Servando González avec Carlos Cardán
  • 1970 Rosas blancas para mi hermana negra – de Abel Salazar avec Steve Flanagan
  • 1971 Hoy he soñado con Dios – de Julián Soler avec Jorge Rivero
  • 1972 La sonrisa de mamá – de Enrique Carreras avec Rodolfo Machado
  • 1973 La loca de los milagros – de José María Fernández Unzáin avec Jaime Moreno
  • 1974 Negro es un bello color – de Julián Soler avec Fernande Allende
  • 1977 México de mis amores – de Nancy Cárdenas avec Pedro Armendariz Jr.
  • 1978 La mamá de la novia – de Enrique Carreras avec Jorge Barreiro

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]