Robert Smith (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert Smith.

Robert Smith

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Smith sur scène en 2004

Informations générales
Nom de naissance Robert James Smith
Naissance 21 avril 1959 (55 ans)
Blackpool, Angleterre
Activité principale Musicien, auteur-compositeur-interprète, producteur
Genre musical Rock, new wave
Instruments Guitare, claviers, basse
Années actives De 1976 à aujourd'hui
Labels Fiction Records, Geffen Records

Robert James Smith est un musicien anglais né le 21 avril 1959 à Blackpool, en Angleterre. Il est essentiellement connu pour son travail au sein du groupe The Cure dont il est le chanteur et le guitariste depuis sa création en 1976. Il est l'auteur de la quasi-totalité des textes qu'il interprète et le principal compositeur des musiques. Il est également producteur.

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Les jeunes années[modifier | modifier le code]

Robert est le troisième des quatre enfants d'Alex et Rita Smith. Ses frères et sœurs s'appellent Richard, Margaret et Janet. Cette dernière était d'ailleurs mariée à Porl Thompson qui fut guitariste de The Cure.

Il rencontre sa future femme, Mary Poole, à l'âge de 14 ans. Ils se marient en 1988. Le couple n'a pas d'enfant. Robert Smith dédie plusieurs de ses chansons à sa femme comme Lovesong écrite en guise de cadeau de mariage. La chanson M signifie également Mary. On retrouve aussi son prénom dans le clip de Let's Go to Bed.

Robert Smith grandit dans un milieu catholique et fréquente les écoles St. Francis Primary and Junior Schools, Notre Dame Middle School et St. Wilfrid's Comprehensive School à Crawley. C'est à St. Francis Primary and Junior Schools qu'il rencontre, à l'âge de cinq ans, Lol Tolhurst qui devient son ami et avec qui il créera bien plus tard, la première mouture de The Cure.

Plutôt bon élève, Robert Smith débute la guitare à l'âge de onze ans et la musique devient rapidement son centre d'intérêt principal, devançant sa passion pour le football. Les influences qu'il revendique le plus souvent sont : Nick Drake, Jimi Hendrix, David Bowie, Captain Beefheart, les Beatles, Joy Division.

Après une première formation nommée The Obelisk[1] montée en compagnie de Michael Dempsey, Laurence Tolhurst, Marc Ceccagno et Alan Hill, Robert Smith fonde en 1976 le groupe Malice dont il est l'un des guitaristes. Malice change de nom et devient Easy Cure, en 1977; c'est à ce moment-là que Robert Smith complète son rôle de guitariste en devenant chanteur. En 1978, le nom de Easy Cure est simplifié en The Cure. C'est au sein de cette formation que Robert Smith connaît un important succès.

Robert Smith déclare avoir appris le Français à l'école et lu Sartre et Camus dans la langue d'origine (en français). Il enregistre le single The Lovecats à Paris et l'album Kiss Me, Kiss Me, Kiss Me au studio Miraval en Provence ; pendant l'enregistrement il vit huit mois en France. Il déclare aussi que la France est un des endroits où, depuis 30 ans, The Cure préfère jouer.

Son rôle dans The Cure[modifier | modifier le code]

Voir aussi l'article de The Cure

Smith écrit toutes les paroles des chansons (exception faite pour All cats are Grey écrite par Lol Tolhurst et Doubt dont l'auteur est Simon Gallup[2]), compose les musiques avec les autres membres et décide du choix final des chansons. "Chacun contribue à des morceaux, amène des riffs, des idées, et c’est vrai que c’est moi qui décide de ce qui constitue une bonne chanson, j’attends des autres quelque chose que je n’ai jamais entendu auparavant et qui a un impact immédiat"[3]. Certaines chansons, et des albums entiers (The Head on the Door, The Top), sont composés par lui seul. Depuis le deuxième album, Seventeen Seconds il coproduit tous les disques.

Lorsque The Cure s'est formé, Smith n'avait pas l'intention d'en devenir le leader, ni même le chanteur. Il a seulement commencé à chanter car le groupe n'arrivait pas à trouver un chanteur qui lui convenait.

Son rôle dans d'autres projets[modifier | modifier le code]

Robert Smith en oct. 1985 au Miyako Hotel - San Francisco, California, USA
en live à Singapour en août 2007

En 1979, Robert Smith monte le groupe Cult Hero le temps d'un unique 45 tours. À cette même époque, il assure les chœurs sur le single The Affectionate Punch du groupe Associates [4].

Il crée également avec Ric Gallup un petit label indépendant, Dance Fools Dance, afin de produire un split EP de quatre titres en tirage très limité en 1979 : deux chansons, Yeh Yeh Yeh et Pussy Wussy sont signées The Obtainers, un duo composé d'adolescents, les deux autres titres, Lifeblood et Bombs sont joués par MagSpys, groupe dont fait alors partie Simon Gallup[5]. En 1982, Robert Smith réactive le label le temps de produire un EP de trois titres d'un groupe de Crawley appelé Animation[6]. Cette même année, il co-produit avec Mike Hedges la première cassette démo du groupe And Also The Trees, From Under The Hill[7].

Il rejoint le groupe Siouxsie and the Banshees une première fois en 1979 comme guitariste le temps de quelques concerts pour remplacer John McKay, puis une seconde fois de novembre 1982 à mai 1984. Il enregistre avec eux un album live, Nocturne auquel correspond une vidéo au format VHS (rééditée depuis en DVD), un album studio Hyaena ainsi que trois singles, Dear Prudence (une reprise des Beatles) puis Swimming Horses et Dazzle, ces deux derniers étant extraits de Hyaena.

Avec Steven Severin le bassiste des Banshees, il fonde en 1983, le projet The Glove pour un album, Blue Sunshine et deux singles, Like an Animal et Punish me With Kisses. Les deux musiciens composent également un morceau, Torment, dont Marc Almond écrit le texte, ce dernier l'enregistrera avec son projet Marc and The Mambas[8].

En 1984 Tim Pope sort un single, I Want to be a Tree sur lequel joue Robert Smith [9].

Le musicien s'adonne au remix en 1992 et 1993 pour deux groupes, respectivement And Also The Trees avec le titre The Pear Tree et Cranes avec le single Jewel.

En compagnie de Reeves Gabrels et de Jason Cooper il enregistre en 1998 sous le nom de COGASM (CO pour Cooper, GA pour Gabrels et SM pour Smith[10]) la chanson A Sign from God qui apparaît sur la bande originale du film Capitaine Orgazmo.

Il chante sur le titre Yesterday's Gone figurant sur l'album Ulysses de Reeves Gabrels en 2000[11].

2003 et 2004 sont des années riches en collaborations. Smith prête sa voix pour des artistes variés[12]:

  • Junkie XL, sur le titre Perfect Blue Sky figurant sur l'album Radio JXL: A Broadcast From The Computer Hell Cabin
  • Le duo Blank & Jones, avec la reprise de A Forest
  • Le groupe Blink-182, sur le titre All of This apparaissant dans l'album Blink-182
  • Le guitariste Earl Slick, avec Believe sur l'album Zig-Zag
  • Le DJ belge Junior Jack, avec le single Da Hype extrait de Trust It
  • Le projet Tweaker, mené par Chris Vrenna, sur le titre Truth is dans l'album 2 a.m. Wakeup Call

En outre, Robert Smith réenregistre en solo la chanson Pictures of You pour la bande originale du film One Perfect Day[13].

En 2005, il assure les chœurs et quelques parties de guitare sur To Love Somebody, reprise des Bee Gees par Billy Corgan sur son album The Future Embrace[14].

En 2006, Robert Smith travaille avec le groupe Faithless pour un remix de Lullaby qui apparaît sous le titre Spiders, Crocodiles & Kryptonite sur l'album To All New Arrivals[15].
L'année suivante, on peut entendre la voix de Smith sur le single Please[16] de Paul Hartnoll membre du groupe Orbital.

En 2010 on le retrouve sur le disque Almost Alice[17] qui contient des chansons inspirées du film Alice au pays des merveilles de Tim Burton et interprétées par divers artistes. Robert Smith y reprend Very Good Advice, chanté à l'origine par Kathryn Beaumont dans le film d'animation de Disney. Il chante en duo avec la rockeuse québécoise Anik Jean sur le titre J'aurai tout essayé (avec des paroles en français et en anglais)[18], collabore avec le groupe 65daysofstatic en chantant sur le morceau Come to me figurant sur l'album We Were Exploding Anyway[17], enfin il est présent, une nouvelle fois au chant, sur le single Not in Love du duo canadien Crystal Castles[19].

Il reprend le titre Small Hours du chanteur et guitariste John Martyn sur un album hommage à ce dernier intitulé Johnny Boy Would Love This... A Tribute to John Martyn qui ne sera publié qu'en août 2011 [20], puis est invité par The Japanese Popstars à chanter sur le titre Take Forever qui figure sur l'album Controlling Your Allegiance qui sort en juin 2011[21]. Il réalise par ailleurs un remix de ce morceau, le RS @ Home Remix, qui parait sur un EP[22].

En 2012 Robert Smith offre une version personnelle du standard de Frank Sinatra, Witchcraft, sur le disque Frankenweenie Unleashed! où figurent des chansons inspirées par le nouveau long métrage de Tim Burton Frankenweenie.

Album solo[modifier | modifier le code]

Robert Smith commence à parler de la réalisation d'un album solo en 1988, quelque temps avant la sortie de Disintegration, affirmant que plusieurs chansons laissées de côté lors des séances d'enregistrement avec The Cure sont prêtes[10]. Il confirmera l'existence d'un album entier dans plusieurs interviews par la suite. Mais jusqu'à présent, Robert Smith ne s'est jamais décidé à le sortir.

Autres activités artistiques[modifier | modifier le code]

Robert Smith double son propre personnage dans l'épisode Mecha Streisand de South Park. Trey Parker et Matt Stone sont fans de The Cure. Dans cet épisode, il se transforme en un monstre inspiré de Mothra (la mite géante parfois amie, parfois ennemie de Godzilla). De plus Kyle affirme : « Disintegration est le meilleur disque qu'il y ait jamais eu ! ».

Il est, à plusieurs reprises, membre du jury de l'International Songwriting Competition (ISC), concours international qui récompense depuis 2002 de nouveaux auteurs et compositeurs de chansons[23].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jeff Apter, Never Enough: The Story of The Cure, Omnibus Press, 2009 (ISBN 1847727395) [lire en ligne (page consultée le 28 mai 2014)]
  2. Mentionné par Robert Smith dans une interview de François Gorin dans Rock&Folk n°177, octobre 1981. Consultable ici
  3. Interviewé par Gilles Riberolles dans Best n°302, septembre 1993
  4. The Associates "The Affectionate Punch"
  5. Détails du maxi de The Obtainers et MagSpys
  6. Animation, Frame One
  7. And Also The Trees, From Under The Hill
  8. Marc and The Mambas, Torment
  9. Page où figure le single en détail
  10. a et b Bertrand Dermoncourt (2001). "The Cure de A à Z" L’Etudiant (ISBN 9782843430794 et 2843430798)
  11. Reeves Gabrels "Ulysses"
  12. Page présentant les collaborations de Robert Smith en 2003 et 2004
  13. BO de "One Perfect Day"
  14. Billy Corgan "The Future Embrace"
  15. Faithless "To All New Arrivals"
  16. Détail du single "Please"
  17. a et b News du 13/01/2010, "I Give Myself Very Good Advice"
  18. Il s'agit d'une nouvelle version du titre Believe de Earl Slick, sur lequel Robert Smith chantait déjà.Anik Jean en duo avec Robert Smith, article du 15/01/2010 sur 7jours.canoe.ca
  19. Robert Smith de The Cure chante sur le prochain single de Crystal Castles, article du 25/10/2010 sur musiquemag.com
  20. Robert Smith reprend John Martyn, sur Magicrpm.com, juillet 2011
  21. Robert Smith chez Japanese Popstars, Obskure Mag, article du 22 février 2011
  22. (en) Japanese Popstars, news du 16 septembre 2011 du site officiel
  23. Robert Smith dans le jury de l'International Songwriting Competition, Pictures of Cure, juillet 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]