Palais des rois de Majorque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Palais des rois de Majorque
Image illustrative de l'article Palais des rois de Majorque
Période ou style Médiéval
Type château fort
Début construction XIIIe siècle
Destination initiale Palais
Propriétaire actuel Conseil général des Pyrénées-Orientales
Destination actuelle Site touristique
Protection Logo monument historique Classé MH (1913)
 Inscrit MH (1935)
Coordonnées 42° 41′ 38″ N 2° 53′ 44″ E / 42.693905, 2.895678 ()42° 41′ 38″ Nord 2° 53′ 44″ Est / 42.693905, 2.895678 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Commune Perpignan

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales)
Palais des rois de Majorque

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Palais des rois de Majorque

Le palais des Rois de Majorque, Palau dels Reis de Mallorca (ou Castell Reial de Mallorca ou Castell Major) en catalan est un palais-forteresse de style gothique situé à Perpignan. Cet édifice fut achevé en 1309.

Situation[modifier | modifier le code]

Le palais est situé sur la colline du Puig del Rei, qui domine la plaine du Roussillon et la ville de Perpignan, et qui fait face au quartier populaire et pittoresque de Saint-Mathieu. On y aperçoit au loin les sommets enneigés du massif du Canigou. Parmi ces bâtiments se trouvent notamment le palais majorquain de Jaume II qui témoigne de la richesse de ce petit royaume méditerranéen du XIIIe siècle. La citadelle fut développée par Louis XI puis renforcée par Charles Quint et son fils Philippe et ne cédera aux troupes de Louis XIII, qu'après un siège de dix mois, le 9 septembre 1642.

Histoire du palais[modifier | modifier le code]

Le Royaume de Majorque (1276-1349)[modifier | modifier le code]

En 1276, le roi de Majorque Jaume II fait de Perpignan sa capitale. Sur une colline au sud de la ville, il commence à faire construire un palais entouré de jardins qui sera achevé en 1309. Il sera construit en 25 ans. Il se trouve au cœur de la citadelle de Perpignan. Longtemps appelé le château de Perpignan il ne trouvera son nom de Palais des rois de Majorque qu'au XIXe siècle.

Organisé autour de trois cours de 60 mètres de côté, c'est un palais-forteresse de style gothique. Il est composé en entrant de la tour des hommages, de la salle (banquets, réception, réunions...) les premiers appartements du Roi lors de la construction. En face l'entrée la première chapelle dite basse ou de la Reine et au-dessus de part et d'autre de la chapelle haute les appartements du Roi et de la Reine. Sur les côtés se trouvent les communs, les écuries et hangars. Il abrite notamment deux chapelles superposées : une chapelle basse, dite chapelle de la Reine, et une chapelle haute, dite de Sainte-Croix, au très beau portail de marbre rose, qui présente des caractéristiques communes avec la Sainte Chapelle construite quelques décennies auparavant. Ce portail est du gothique visible par un soubassement avec des angles droits et des sculptures bien détachés de la paroi même si le haut de la porte est arrondi. À l'intérieur les fenêtres sont gothiques ainsi que la voûte. La chapelle est accessible de part et d'autre par les appartements de la Reine (à droite) et du Roi ( à gauche). Dans l'alcôve qui cache la porte du Roi se trouve une frise verte qui reprend l'écriture arabe pour signifier Allah " Il n'est de Dieu que Dieu ". C'est un mélange de culture arabo-hispanique avec une architecture en évolution du roman vers le gothique.

Le Royaume d'Aragon et l'Empire des Habsbourg (1349-1659)[modifier | modifier le code]

La fin du Grand Schisme d'Occident (1415)[modifier | modifier le code]

Le Palais fut l'un des endroits clef des négociations entre l'empereur Sigismond de Luxembourg, et l'antipape Benoît XIII, pour permettre au Concile de Constance de mettre fin au Grand Schisme d'Occident. Ce palais a connu quelques transformations lorsque les rois d'Aragon y ont pris la suite des rois de Majorque, et s'ouvre alors au XVe siècle, le Siècle d'or catalan.

Le Siècle d'or espagnol (1492-1648)[modifier | modifier le code]

L'intégration du palais à la citadelle de Perpignan, commencée sous les rois catholiques et achevé par Charles Quint, modifièrent profondément sa structure. Lors du siège de 1502, une grande partie de l'aile nord du palais fut détruite. Aujourd'hui seule une tour sur les sept qui jalonnaient l'enceinte subsiste à sa hauteur originelle.

La guerre franco-espagnole et le rattachement au royaume de France(1635-1659)[modifier | modifier le code]

Le Traité des Pyrénées formalise une paix conclue entre le royaume d'Espagne et le royaume de France à l'issue d'une partie de la guerre de Trente Ans (1618-1648), la guerre franco-espagnole commencée en 1635.

Les jardins du Palais[modifier | modifier le code]

Les jardins situés dans l'enceinte du palais surplombent la ville de Perpignan. Ils sont sur deux niveaux au-dessus des remparts et permettent une vue sur l'ensemble de la plaine du Roussillon vers l'Ouest, le Força Réal, le massif du Canigou, et la chaîne des Albères jusqu'à la mer Méditerranée.

Une ménagerie existe probablement au château depuis la création du royaume de Majorque. Sont mentionnés au XIVe siècle des perroquets, un ours, un loup et des lions. Une famille Domenech est chargée à travers le XVe siècle de l'entretien des lions ainsi que de l'élevage des chèvres destinées à les nourrir[1],[2].

Événements au palais[modifier | modifier le code]

Concerts donnés jusqu'à minuit, pour fêter les Feux de la Saint-Jean. Cette soirée est programmée par le conseil général et intégrée dans le cadre du festival occitan "Total Festum", de la région Languedoc-Roussillon.

  • Festival Pablo Casals de Prades, donne un concert au Palais des rois de Majorque, dans le cadre des commémorations de la Retirada. Pablo Casals a choisi l'exil musical et silencieux pour fuir la dictature franquiste et protester contre la collaboration passive des gouvernants de l'époque. En hommage aux exilés, le Festival Pablo Casals interprète un ensemble d'œuvres retraçant pour la première fois la vie de Pablo Casals, commentées par Daniel Mesguich, alternant avec des œuvres interprétées en direct par les musiciens.
  • Concert du Festival Radio France
  • Les Nuits Underground
Caetano Veloso
  • Le festival des Guitares au Palais est organisé dans les jardins du palais par le conseil général depuis 2002. Celui-ci dure trois jours, chaque année, pendant le dernier week-end d'août.

Le directeur artistique, Pedro Soler invite des artistes de très grande qualité reflétant tous les aspects du monde de la guitare avec des performances en guitare classique, folk, pop, traditionnelle, flamenco, jazz et gitane. Parmi les artistes invités il y eut en 2004, le Rosenberg Trio, Tekameli, et Paco Ibáñez. Montserrat Figueras, Rolf Lislevand et Manolo Sanlucar en 2005. The National, Serge Lopez en 2006. Caetano Veloso en 2007. Les Rumberos Catalans, Bernardo Sandoval, Peter Finger, et Aaron et Bryce Dessner en 2008.

  • Accueil des nouveaux catalans

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lions, cerfs et paons au château royal de Perpignan, Maurice Gouges, 'Tramontane'n°44, 1960
  • L'Art dans le royaume de Majorque, Marcel Durliat, Privat, 1962
  • Les châteaux des rois de Majorque: origine de leurs partis architecturaux, Marcel Durliat, Butlleti de la societat Arqueologica Lul.liana, n°839, 1985
  • Royaume de Majorque - De l'histoire au mythe, Aspects du Moyen Âge en Catalogne nord, n°4, CeDACC, 1996
  • Perpignan, de la place forte à la ville ouverte, Antoine de Roux, Perpignan Archives Histoire, 1996
  • La Conquête de Majorque, A.& R. Vinas, SASL des Pyrénées-Orientales, 2004
  • El Palau dels Reis de Mallorca...fa temps, Jean-Philippe Alazet, Terra Nostra, 2005
  • Perpignan, palais des Rois de Majorque, aile nord, rapport d'étude provisoire, Agnès Marin, bureau d'étude HADES, 2005.
  • Palais des rois de Majorque à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Etude du bâti globale de l’édifice, Document final de synthèse, 9 volumes, Agnès Marin, Bureau d'étude HADES, 2007.
  • La charpente de plafond de la loggia des appartements de la reine au palais des rois de Majorque de Perpignan, Jean-Philippe Alazet et Agnès Marin, dans Les plafonds peints en France méridionale et Méditerranée occidentale (XIVe-XVIe siècle), Actes du colloque tenu les 21, 22 et 23 février 2008 à Capestang, Narbonne et Lagrasse, études réunies par Monique Bourin et Philippe Bernardi, p. 115-148.
  • Jean Reynal, Jean-Philippe Alazet et Michel Castillo, Le palais des rois de Mallorca, Canet-en-Roussillon, Trabucaïre,‎ 2010, 187 p. (ISBN 9782849741139)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Reynal, Jean-Philippe Alazet et Michel Castillo, Le palais des rois de Mallorca, Canet-en-Roussillon, Trabucaïre,‎ 2010, 187 p. (ISBN 9782849741139)
  2. Jean Capeille, « Domenech », dans Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan,‎ 1914