Karlštejn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karlštejn
Image illustrative de l'article Karlštejn
Château de Karlstein, en tchèque Karlštejn
Période ou style architecture fortifiée gothique
Type Château fort
Début construction 1348
Fin construction 1357
Propriétaire initial Charles IV
Protection Monument historique
Site web www.hradkarlstejn.cz
Coordonnées 49° 56′ 22″ N 14° 11′ 17″ E / 49.93955, 14.18793349° 56′ 22″ Nord 14° 11′ 17″ Est / 49.93955, 14.187933  
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région Bohême centrale
Localité Beroun

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

(Voir situation sur carte : République tchèque)
Karlštejn

Le château fort de Karlštejn (en allemand et en français Karlstein), bijou de l'architecture fortifiée gothique, est l'un des châteaux les plus importants de Bohême. Il a été fondé par l'empereur Charles IV. Il a servi de trésor pour les joyaux de la couronne impériale du Saint-Empire romain germanique, de la couronne royale des États de Bohême et de diverses saintes reliques.

Il est situé à 8 km de Beroun et une trentaine de kilomètres de Prague.

Il est classé monument historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue aérienne

Le château de Karlstein a été construit dans les années 1348 - 1357, fort probablement sur les plans de l'architecte Mathieu d’Arras. Il devait servir non seulement de résidence impériale où Charles IV pouvait se reposer, chasser ou recevoir des visiteurs importants mais aussi comme place-forte où abriter la collection de reliques précieuses de l'Empereur. Par la suite, il fut décidé d'y conserver aussi les joyaux de la couronne dans la chapelle de la Sainte-Croix (au départ destinés à être conservés dans un endroit spécialement construit pour eux dans la Nouvelle Ville de Prague).

Au début des guerres hussites, l'empereur Venceslas Ier y fit abriter également les joyaux de la couronne tchèque (jusqu'alors dans la cathédrale de Prague) pour qu'ils ne tombent pas aux mains des insurgés hussites qui assiégèrent en vain le château de Karlstein en 1422. Son successeur Sigismond les emporta hors de Bohême. La couronne royale de Bohême, dite de Saint Venceslas ne revint qu'en 1436 quand Sigismond prit les rênes du pouvoir en Bohême. Elle y resta jusqu'en 1619 année où elle rejoint la chapelle de Saint-Venceslas au sein de la cathédrale Saint-Guy de Prague.

La fin des guerres hussites marque aussi celle de la grande époque de Karlstein. Les rois de Bohême cessent, après Venceslas Ier, de visiter leur château fort. Seule une petite garnison le défend.

En 1587 - 1597, une rénovation générale est entreprise après plus d'un siècle d'abandon. Beaucoup d'éléments architecturaux gothiques sont remplacés par d'autres de type Renaissance.

De 1877 à 1899, sur le modèle de ce qu'ont fait Napoléon III et Viollet-le-Duc à Pierrefonds ou plus tard Guillaume II au Haut-Kœnigsbourg, François-Joseph Ier ordonne une reconstruction historicisante, dite puriste sous la houlette des architectes B. Schmidt et Joseph Mocker. Cette rénovation a donné au château son allure actuelle. Il ne s'agissait pas du tout d'un retour à l'état antérieur. Le journal tchèque Mladá Fronta Dnes écrit même que Charles IV ne le reconnaitrait pas aujourd'hui. Ils remettent donc en question sa candidature parmi les monuments de l'Unesco, en tant que château gothique[1].

C'est depuis le XIXe siècle que Karlstein, aujourd'hui Karlštejn, est ouvert aux touristes.

Œuvres d'Art[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mladá Fronta Dnes, le 22 août 2007, cahier A, Page 14, Jakub Pokorný

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :