Charango

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charango (homonymie).

La charango est un instrument de musique à cordes pincées inspiré de la petite guitare originaire du Pérou, de la ville d'Ayacucho, au XVIIe siècle. Suite à l'arrivée des Espagnols en Amérique, les indigènes s'inspirèrent de la guitarrilla ou du timple (ou tiple) pour créer ce petit instrument qui s'est répandu dans tous les pays andins (Argentine, Chili, Pérou, Bolivie, Équateur).

Facture[modifier | modifier le code]

Charangos mexicains anciens faits de carapaces de tatous, collections du Musée national des instruments de musique de Rome.

Les toutes premières charangos auraient été construites en utilisant une carapace de tatou de petite taille, appelés en indien kirkincho, comme caisse de résonance. Cette pratique se poursuit encore aujourd'hui, bien que certaines espèces de tatous soient protégées. Cependant, l'utilisation du bois pour la caisse de résonance est de plus en plus fréquente, les meilleurs charangos étant conçus d'une seule pièce. Une autre hypothèse prétend que les charangos en carapace de tatou ne seraient apparus qu'après les tout premiers en bois, directement inspirés de la viella espagnole. (voir Ernesto Cavour et son ouvrage). La charango en tatou pose des problèmes d'accordage dans le temps car cette carapace tend à se replier et donc à éloigner les cordes de la table d'harmonie. La petite taille de l'instrument viendrait du fait que les indigènes n'étaient pas autorisés par les Espagnols à jouer des instruments à cordes et devaient donc les cacher facilement.

Il est monté de cinq cordes doublées deux par deux (soit dix cordes au total), donnant cinq chœurs. Les cordes sont en nylon (voire en boyaux ou en métal), accordées le plus souvent en sol-sol, do-do, mi-MI, la-la, mi-mi, de la 5e corde vers la 1re première corde (chaque chœur étant accordé à l'unisson, à l'exception du mi des 3e cordes qui ont une octave de différence). L'ordre des cordes est atypique : la corde la plus grave est le MI (corde 3a), puis sol (5e cordes), la (2e cordes), do (4e cordes) et mi (1res cordes et corde 3b). Le chevillier peut être soit à l'ancienne, soit moderne, avec des chevilles soit à friction, soit à mécanisme. Le manche est fretté.

Le jeu de la main droite se fait au doigt mais aussi exceptionnellement avec un plectre (médiator) dans certaines régions. Le jeu typique de la main droite est permis par l'accordage spécifique ci-dessus et se fait en alternant pouce doigt pouce doigt. La charango de par sa conformation permet le redoublement caractéristique (frotté très rapide) qui donne un cachet particulier aux musiques des andes.

Il existe trois tailles de l'instrument :

  • waylacho ou kalampiador (aigu)
  • charango (médium)
  • ronroco (grave)[1], considéré comme un charango baryton ou ténor ; il est accordé habituellement une quarte en dessous pour l'Argentine ou une quinte en dessous pour la Bolivie ; son timbre rauque lui a donné son nom.
Charango

Mais bien des variantes se trouvent en Bolivie et au Pérou :

  • Ranka Charango à 8 cordes
  • Qonqota
  • Anzaldeña
  • Ayquileño
  • Kirki
  • Charango sacabeño
  • Charango de Pukarillo o de chojllo-chojllo
  • Charango Vallegrandino à 6 cordes
  • Palta Charango
  • Guitarrón à 8 cordes
  • Medianas (pequeña, mediana et grave)
  • Maulincho
  • Charangos juguetes
  • Charango Uñanchay (anzaldeño aux 10 à 11 cordes)
  • Charangos tajlachis (bajo, mediano et alto)
  • En Bolivie, le charango de bois s'appelle chillador.

Encordage[modifier | modifier le code]

Généralement, le charango possède 5 chœurs de cordes doubles. Il peut en comporter parfois davantage jusqu'à 14 paires.

En Bolivie, l'encordage n'est pas systématisé. Selon une brochure publiée mais sans date ni nom d'éditeur, 3 systèmes ont été relevés par l'instrumentiste Ernesto Cavour :

  1. cordes métalliques
  2. fil à pêche de 0,50 mm de diamètre et/ou fil de guitare
  3. fil plastique de 0,50 à 1 mm de diamètre.

Jeu[modifier | modifier le code]

Un charango
Son des cordes d'un charango.

On y joue essentiellement la musique folklorique des pays andins : carnavalitos, bailecito, huaynitos, cuecas, yaravíes, san juanitos (en Équateur)... Le rythme Huayño est l'un des plus populaires joué dans les villages de l'Altiplano bolivien. Le grand air El cóndor pasa est basé sur cette mesure : 2 mains descendantes et 1 montante.

Les charangos sont fabriqués du Pérou jusqu'en Argentine, les meilleurs luthiers s'étant installés dans les zones touristiques comme la ville historique de Potosí, ou à La Paz dans le quartier touristique de la Cathédrale de San Francisco.[réf. nécessaire]

Source[modifier | modifier le code]

  • Guitares hispano-américaines, Bruno Montanaro R., Edisud, Aix-en-Provence, 1983.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) http://jlfeijooi.en.eresmas.com/Familia_de_los_charangos.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :