Fifre (instrument)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fifre (musique))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir fifre.

Le fifre est un petit instrument de musique à vent, plus précisément un bois appartenant à la famille de la flûte traversière.

Facture[modifier | modifier le code]

Il est fabriqué en bois (ébène, buis, arbre fruitier ou canne de espagee Arundo donax), comporte six ou sept trous de jeu, et parfois une clé. De perce conique ou cylindrique, cet instrument est le plus souvent dans la tonalité de mi bémol, ou si bémol. Sa petite longueur permet de sonner sur un ambitus de deux octaves et demie, dans une tessiture aiguë avec une échelle diatonique. Quelques altérations peuvent cependant être jouées en bouchant partiellement les trous de jeu, par un instrumentiste expérimenté.

Jeu[modifier | modifier le code]

Fifre sans clé.

En France, le fifre a été introduit vers la fin du XVe siècle par des mercenaires suisses, qui furent nombreux à s'enrôler dans l'armée de Louis XII. Le fifre était joué dans l'armée mais de manière non officielle. C'est François Ier qui créera la charge officielle de fifre du roi, dont le rôle était de participer aux cérémonies et fêtes officielles. Il prendra par la suite toute sa place dans les armées et notamment sous l'Empire. Le fifre disparaîtra de la musique militaire en 1845 au profit du piccolo. Aujourd'hui, il subsiste encore en France dans la musique des régiments de la Légion étrangère.

Le fifre était souvent joué par des enfants ou adolescents.

Parallèlement à sa carrière militaire, le fifre connaît une carrière civile dans la musique traditionnelle et la musique de carnaval. Les musiciens formés à l'armée continuaient de jouer, au retour dans leur village. Le répertoire de ces musiciens comprenait les morceaux militaires appris durant leur service ainsi que les airs populaires de leur région. Les airs de musique militaire et populaire continuent de se transmettre oralement de génération en génération.

Cette mixité a donné naissance en Gascogne aux ripataoulères, formations musicales composées d'un fifre, d'un tambour et d'une grosse caisse. Ces ripataoulères subsistent encore de nos jours dans la région de Bazas, dans la Haute Lande girondine. Les ripataoulères animent les fêtes et cérémonies populaires et familiales.

Thuin, batterie de la 1ère compagnie de zouaves dans la procession Saint-Roch.

Les mêmes formations (en duo fifre et tambour, ou en trio fifre, tambour et grosse caisse) se sont formées dans le comté de Nice, pour donner de nos jours des bandes de plusieurs fifres et plusieurs tambours, auxquels se joignent de petites percussions (grelots, cymbales, etc.).

En Bretagne, on retrouve également le duo fifre-tambour (ou trio 2 fifres-tambour), particulièrement dans le pays de Pontivy, ville militaire au XIXe siècle dénommée Napoléonville. C'est dans le domaine religieux, que la formation fifres et tambours tient un rôle rituel, marchant en tête des processions de pardons tout au long du XIXe siècle, et jusqu'aux années 1930. Le fifre est appelé flipo en langue bretonne.

En Languedoc, il accompagne la danse des animaux totémiques (chameau de Béziers, âne de Gignac, poulain de Pézenas, etc.), fait danser dans les remises et anime les carnavals. Le fifre est également l'instrument incontournable du carnaval dunkerquois.

Le Valais (Suisse) possède des corps de fifres et de tambours pour parader dans les rues.

Le fifre sert aussi dans les marches folklorique en Belgique, dans la région de l'Entre-Sambre-et-Meuse.

La Fête du fifre a été créée en 1983 à Lantosque (06) à l’initiative de l’« Abadia de la Morisca ». Depuis, elle se déroule chaque année dans un lieu différent.

La Fête du fifre et des bergers, à Saint-Étienne-de-Tinée, le 7 octobre 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Lhubac, Manuel moderne de fifre traditionnel, Société de musicologie de Languedoc, Béziers, 1986.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :