Littérature hongroise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La littérature hongroise est l'ensemble des œuvres littéraires écrites en hongrois ou par des auteurs hongrois dans les autres langues. On peut faire remonter cette littérature aux premiers chroniqueurs hongrois qui relataient les légendes du peuple magyar (La Légende du cerf merveilleux ou La Légende du touroul). Jusqu'au XVIe siècle, les chroniques, les légendes et les hymnes ont dominé la culture littéraire.

Poésie lyrique[modifier | modifier le code]

La poésie lyrique, qui deviendra une spécialité hongroise est lancée par Janus Pannonius, puis Bálint Balassi (1554-1594).

Le baroque[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, le baroque est représenté par Miklós Zrínyi avec son épopée Siège de Sziget.

Les Lumières[modifier | modifier le code]

Le courant philosophique et littéraire de la fin du XVIIIe siècle est marqué par quelques grands noms : Ferenc Kazinczy ou Mihály Csokonai Vitéz.

Le romantisme[modifier | modifier le code]

Quatre poètes dominent cette période de changement : Ferenc Kölcsey, Mihály Vörösmarty, János Arany, Sándor Petőfi

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la fondation, en 1908, de la revue Nyugat (Occident) permet de rassembler de nombreux écrivains autour de l'impressionnisme, du symbolisme, réalisme ou naturalisme (Endre Ady, Attila József, Dezső Kosztolányi, Gyula Krudy, Mihály Babits, Árpád Tóth, Gyula Juhász, Lőrinc Szabó, Milán Füst). Sous l'ère communiste, se développe entre autres le roman ainsi qu'une nouvelle poésie lyrique.

Voir aussi: János Pilinszky, Sándor Weöres, Magda Szabó, Ferenc Karinthy, Sándor Márai, Örkény István.

En 2002, Imre Kertész, survivant de la Shoah, reçoit le Prix Nobel de littérature.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]