Ferenc Karinthy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Karinthy Ferenc, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Ferenc Karinthy, où le prénom précède le nom.

Ferenc Karinthy est un écrivain hongrois né à Budapest le 2 juin 1921 et mort à Budapest le 29 février 1992. Il est le fils du célèbre écrivain et journaliste hongrois Frigyes Karinthy (1887-1938). Linguiste de formation, il est l'auteur d’Epépé, roman à la tonalité kafkaïenne, dans lequel un linguiste se rendant à un congrès à Helsinki se trompe d'avion, et se retrouve dans un pays dont il ne comprend ni le langage, ni l'écriture, malgré ses compétences évidentes dans ces domaines.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 2 juin 1921 naissance à Budapest
  • 1941-1945 études de littératures hongroise, italienne et anglaise et de linguistique à l'université catholique Péter Pázmány à Budapest
  • 1947 bourses d'études en France, Suisse et Italie
  • 1948 obtient le prestigieux Prix Baumgarten
  • 1949-1950 auteur pour le Théâtre national
  • 1950, 1954, 1974 récompensé par le Prix Attila József
  • 1951-1953 collaborateur aux journaux Szabad Nép et Magyar Nemzet
  • 1953-1956 auteur pour le théâtre Madách à Budapest
  • 1955 récompensé par le prix Kossuth
  • 1957-1960 traduit Machiavel et Molière, ainsi que des œuvres d'auteurs grecs, anglais, italiens et allemands
  • 1960-1970 joueur de haut-niveau de water-polo à la FTC de Budapest
  • 1965-1975 auteur pour les théâtres de Miskolc, Szeged et Debrecen
  • 1968-1969 conférences aux États-Unis
  • 1972-1976 invité de diverses associations d'écrivains aux États-Unis, Australie, URSS et Cuba
  • 29 février 1992 mort à Budapest

Œuvres parues en français[modifier | modifier le code]

  • Automne à Budapest (1992, traduit par Judith et Pierre Karinthy) (Budapesti ősz, 1982), In fine, 1992.
  • Épépé (1996, traduit par J. et P. Karinthy) (Épépé, 1970), Austral, 1996, éditions Denoël, 1999 et 2005, puis éditions Zulma, 2013.
  • L'Âge d'or (1997, traduit par J. et P. Karinthy) (Aranyido, 1972), Mille et une nuits, 1997, puis éditions Denoël, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]