András Bíró

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biró.

András Bíró né en 1925 à Székesfehérvár, est un écrivain, poète et un journaliste hongrois. En tant qu'activiste humaniste et militant des Droits de l'homme, il crée des organisations de soutien aux Roms.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa scolarité débute dans sa ville natale, puis à Jászberény pour se terminer à Budapest.

En décembre 1944, il est contraint au travail forcé en Allemagne. À son retour en 1945, il se joint à la vie littéraire nationale. Il vit à Budapest jusqu'à l'insurrection de 1956, date à laquelle il fuit en France[1].

Pendant son long séjour à l'étranger, il est rédacteur en chef fondateur du Ceres, consultant de la FAO; il est aussi chargé de l'examen de l'aménagement du PNUE, le Programme des Nations unies pour l'environnement[2], ainsi que rédacteur en chef fondateur de Mazingira, .

En 1986, il retourne en Hongrie. En 1990, il fonde "Autonómia Alapítvány", une organisation non gouvernementale s'impliquant dans le développement chez les Roms. Cette fondation soutient de petits projets locaux présentés par des groupes de familles, comme l'achat d'un élevage[3].

András Bíró crée la première radio faite pour et par des tsiganes, média le moins cher et idéal pour les exclus que sont les Roms et dont la culture est fondée sur la tradition orale. Désormais, ce ne sont plus que les musiciens qui incarnent la réussite chez les tsiganes, il y a aussi quelques journalistes, mais aussi quelques hommes politiques[4].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

András Bíró est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 1995, « pour la défense résolue des Rom de Hongrie (tsiganes) et ses efforts efficaces pour aider leur auto-développement ».

Citation[modifier | modifier le code]

La question tzigane est une bombe qui risque d'exploser si on ne laisse pas ces gens s'intégrer dans la société[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. in "Ma vie en rouge" de Colette Morel page 239
  2. unesdoc.unesco.org/images/0002/000247/024775fb.pdf
  3. Article de Véronique Soulu paru le 13 février 1996 dans Libération. http://www.liberation.fr/monde/0101172278-un-tremplin-pour-l-elite-tsigane-en-hongrieouvert-en-1994-le-lycee-de-pecs-accueille-exclusivement-des-roms-une-premiere-en-europe
  4. Article de Monia Elimari et Marc Ruiz-Portella : "La minorité Rom en Europe Centrale: Histoire et statuts" Université Libre de Bruxelles http://www.ulb.ac.be/iee/cours%20en%20ligne/.../01%20Les%20Rroms.doc
  5. cité dans l'article de Jean-François Berger, Magazine Croix-Rouge, Croissant-Rouge pour le CICR. Mars 2002 http://www.redcross.int/FR/mag/magazine2002_3/tzigane.html

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]