Gyula Krúdy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Krúdy Gyula, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Gyula Krúdy, où le prénom précède le nom.
Gyula Krúdy

Gyula Krúdy (21 octobre 1878 Nyíregyháza –– 12 mai 1933 Budapest) est l'un des plus importants écrivains de la littérature hongroise moderne.

Parcours[modifier | modifier le code]

L'enfant[modifier | modifier le code]

Krúdy naît en 1878 "en fin d'automne" [1]. Il est le premier enfant de Gyula Krúdy, un avocat fils d'avocat, d'une famille de la petite noblesse originaire du comitat de Nógrád[2], et de Julianna Csákányi, domestique de famille paysanne. La différence sociale forcera le couple à ne régulariser son union qu'en 1895 après la naissance de leur septième enfant. La famille habite "dans une longue maison sonore au toit de chaume et aux petites fenêtres dont il ne reste plus trace aujourd'hui dans la rue de Nagykálló". "Dans mes souvenirs, mon enfance s'est déroulée à mon goût. Je parcourais avec de vieux braconniers les bras morts de la Tisza, les marécages, les roselières, les champs de maïs, le sable tendre du Nyírség[3] ..." . Cette enfance à la fois heureuse et à part (puisqu'il gardera le statut d'enfant naturel jusqu'à ses 17 ans) inspirera plus tard le roman N.N..

Le lycéen[modifier | modifier le code]

"Afin de m'éduquer plus strictement, mon père me confia d'abord aux pères de la Société de Jésus à Szatmár, puis aux prêtres piaristes de Podolin (comitat du Szepes), et je n'oublierai jamais ces années-là, de même que jusqu'à la fin de leur vie, la plupart des gens se souviennent avec plus d'émotion de leur enfance que des temps qui l'ont suivie." En 1887, son père l'envoie en effet au lycée catholique de Szatmár, tenu par les jésuites, puis un an plus tard, devant son peu de réussite, à celui de Podolin, ville germanophone de haute Hongrie (actuelle Slovaquie), où il passe trois ans qui l'attacheront à cette région, très présente dans ses œuvres. En 1891, son père le fait revenir à Nyíregyháza, au lycée évangélique (luthérien) de la ville, où le jeune homme, très mûr pour son âge, se lance déjà dans le journalisme avec d'autres élèves. En 1892, il crée ainsi un "bureau de presse" qui fournit les quotidiens de Budapest en articles sur l'actualité locale. C'est aussi l'année où il publie sa première nouvelle dans l'un des quotidiens de la ville: Miért ölte meg Kain Ábelt? (Pourquoi Caïn a-t-il tué Abel ?). L'envie d'être écrivain lui serait venue en lisant Eugène Onéguine de Pouchkine: "Il a un but dans la vie, il sera poète, journaliste. Il sera Alexandre Pouchkine, - et tout cela cette nuit-là, alors qu'il lisait les lignes entrechoquées du poète russe, le front brûlant et le cœur débordant"[4].

Le journaliste et l'écrivain[modifier | modifier le code]

Il passe son baccalauréat en juin 1895 et devient ensuite journaliste, travaillant d'abord à Debrecen, puis à Nagyvárad (auj. Oradea, Roumanie). À l'aube de ses vingt ans, il publie son premier recueil de nouvelles : Üres a fészek és egyéb történetek. Il prend part à la rédaction de la plupart de grands journaux et de magazines littéraires de son époque, dont le Nyugat. Sa série Szindbád et le roman A vörös postakocsi ont un écho national et remportent grand succès auprès du public. En 1899, il se marie avec Bella Spiegler (de son nom d'écrivain Satanella), institutrice et journaliste occasionnelle. Plus tard, il la quitte pour Zsuzsa Rózsa. Son parcours est un événement particulier au sein de la littérature hongroise du XXe siècle.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Gyula Krúdy a écrit plus de 86 romans, des milliers nouvelles et des milliers d'articles de journaux qui n'ont pas encore été tous recensés[5].

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Nouvelles
  • Le Flûtiste de Pest, trad. Ibolya Virag, Le Monde, 1982
  • La Maison à la tête de dragon, trad. Ibolya Virag, Les Nouvelles Littéraires, 1986
  • La Balle du violoncelliste, trad. Ibolya Virag, La Main de Singe, 1988
Romans
  • N.N., (N.N.), trad. Ibolya Virag, Coll. Domaines danubiens, L'Harmattan, 1985, éds. Ibolya Virag, 1996, les deux épuisés. L'édition disponible : La Baconnière, Collection Ibolya Virag, poche, 2013 (ISBN 978-2-940-43118-2)
  • Sindbad ou la nostalgie, (Szindbád, un choix de nouvelles), trad. Juliette Clancier, Actes Sud, 1988
  • Pirouette, (Bukfenc), trad. François Gachot, Coll. Europe centrale, Souffles, 1989
  • Le Compagnon de voyage, (Az útitárs), trad. François Gachot, Coll. Europe centrale, Albin Michel, 1991
  • Le Prix des dames, (Asszonyságok díja), trad. Ibolya Virag et Jean-Pierre Thibaudat, Coll. Europe centrale, Albin Michel, 1992
  • Courses d'automne, (Őszi versenyek), trad. Ibolya Virag et Jean-Pierre Thibaudat, Ombres, 1993
  • Les Beaux Jours de la rue de la Main d'Or, (Aranykézutcai szép napok), trad. Natália et Charles Zaremba, In fine, 1997, Cambourakis, 2008
  • Héliotrope, (Napraforgó), trad. Anne-Christine Folinais, L'Harmattan, 2004
  • L'Affaire Eszter Solymosi, (A tiszaeszlári Solymosi Eszter), trad. Catherine Fay, Albin Michel, 2013 (ISBN 978-2-226-24826-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les citations mentionnées ici sont extraites de la très courte autobiographie rédigée par Krúdy, que l'on peut lire sur le site de la Krúdy Gyula (Digitális) Alapítvány.
  2. La famille Krúdy était noble depuis au moins le 17e siècle. L'arrière-grand-père de l'écrivain, János Krúdy, était gouverneur militaire du Nógrád de 1832 à 1846. Son fils Gyula s'installa à Debrecen comme avocat où il épousa Mária Radics. Leur fils Gyula, père de l'écrivain, continua la migration en allant s'installer à Nyíregyháza. Cette branche de la famille (depuis János) était catholique, les autres branches et la famille d'origine étant évangéliques (luthériennes). Voir Magyarország családai d'Imre Nagy, volume H-K, pp. 471 et 472.
  3. Prononcer Gnirchég, pays plat situé autour de Nyíregyháza dont une partie se trouve aujourd'hui du côté roumain de la frontière. Le célèbre poète Endre Ady, contemporain de Krúdy, était originaire de ce même petit pays.
  4. Extrait du Vörös postakocsi (La diligence rouge). Cité par Béla Katona, dans Az élő Krúdy (Krúdy vivant), Nyíregyháza, 2003, p.17.
  5. Selon Kalligram Könyv- és Lapkiadó qui a entrepris l'édition des œuvres complètes de Krúdy en 2005. Sa bibliographie est consultable (en hongrois) sur le site de la Krúdy Gyula digitális Alapítvány.

Liens externes[modifier | modifier le code]