Lutte contre les ravageurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épandage aérien d'insecticide contre la chrysomèle des racines du maïs.

La lutte contre les ravageurs comprend l'ensemble des moyens et méthodes employés pour lutter contre les organismes considérés comme nuisibles ou ravageurs, en général parce qu'ils sont préjudiciables à l'économie, et plus particulièrement à la production agricole, à la santé des personnes et des animaux domestiques, ou à l'environnement.

Histoire[modifier | modifier le code]

La lutte contre les ravageurs, ou nuisibles, est au moins aussi ancienne que l'agriculture. En effet, il a toujours été nécessaire de maintenir les cultures exemptes de parasites. Pour maximiser la production alimentaire, il est avantageux de protéger les cultures contre les espèces concurrentes des plantes, et contre les herbivores et phytophages en concurrence avec les humains.

L'approche classique fut probablement la première employée, car il est, par exemple, relativement facile de détruire les mauvaises herbes en les brûlant ou en les enfouissant par le labour, et d'éliminer les plus gros herbivores concurrents, tels que corbeaux et d'autres oiseaux granivores. Des techniques telles que la rotation des cultures, les cultures associées et la sélection de cultivars résistants aux ravageurs ont une longue histoire.

Au Royaume-Uni, les préoccupations suivantes relatives au bien-être des animaux, à la lutte contre les humains des ravageurs et de dissuasion gagne du terrain grâce à l'utilisation de la psychologie animale plutôt que la destruction. Par exemple, pour lutter contre le renard roux (Vulpes vulpes) en milieu urbain, on utilise contre l'animal son comportement territorial, le plus souvent en conjonction avec l'emploi de répulsifs chimiques non agressifs. Dans les zones rurales de la Grande-Bretagne, l'utilisation d'armes à feu contre les animaux nuisibles antiparasitaire est assez courante. Les armes à air comprimé sont particulièrement populaires pour lutter contre de petits animaux tels que rats, lapins et écureuils gris. En raison de leur faible puissance, ces armes peuvent être utilisées dans des espaces restreints tels que les jardins, où l'utilisation d'armes à feu serait dangereuse.

L'emploi de produits chimiques remonte à environ 4500 ans, lorsque à l'époque des Sumériens, on employait des composés soufrés comme insecticides. Le Rig Veda, texte antique indien dont la rédaction remonte à environ 4000 ans, mentionne également l'utilisation de plantes toxiques pour la lutte contre les ravageurs. C'est seulement avec l'industrialisation et la mécanisation de l'agriculture à partir des XVIIIe et XIXe siècles, et l'introduction des insecticides extraits du pyrèthre et du derris, que la lutte chimique s'est développée.

Au XXe siècle, la découverte de plusieurs insecticides, notamment le DDT, et herbicides de synthèse a stimulé cette évolution. La lutte chimique est encore aujourd'hui le moyen principal de lutte contre les ravageurs, bien que ses effets à long terme ont conduit vers la fin du XXe siècle à un regain d'intérêt pour les méthodes traditionnelles et biologiques.

Causes[modifier | modifier le code]

Panneau à Ilfracombe (Angleterre) pour dissuader le public de nourrir les mouettes.

Dans de nombreux cas, les ravageurs ne sont devenus un problème qu'en réponse à des comportements humains. La modification de ces comportements peut souvent réduire considérablement le problème des ravageurs. Aux États-Unis, le raton laveur a provoqué des nuisances en déchirant des sacs poubelles. L'introduction de bacs à ordures avec un couvercle verrouillé a empêché les ratons laveurs d'ouvrir les poubelles.

Les mouches domestiques ont tendance à proliférer partout où s'exerce une activité humaine et c'est pratiquement un phénomène mondial, surtout lorsque de la nourriture ou des déchets alimentaires sont exposés. De même, les mouettes sont devenus une nuisance dans de nombreuses stations balnéaires. Les touristes seraient souvent enclins à nourrir les oiseaux avec des restes alimentaires, comme du fish and chips, et les oiseaux deviennent rapidement dépendants de cette source de nourriture, se comportant de manière agressive envers les humains.

Les organismes vivants évoluent et augmentent leur résistance aux agents biologiques, chimiques, physiques ou à tout autre moyen de lutte. Sauf dans l'hypothèse où la population cible serait complètement exterminée ou rendue incapable de reproduction, la population survivante acquiert inévitablement une tolérance face à n'importe quelle pression exercée contre elle. Il en résulte une course évolutive entre espèces.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :