Farine de sang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La farine de sang est une poudre neutre et sèche fabriquée à base de sang. Elle sert d'engrais riche en azote ou de nourriture pour animaux, alors riche en protéines. C'est l'une des sources non synthétiques d'azote les plus élevées.

Formule partielle[modifier | modifier le code]

N = 13,25 %
P = 1 %
K = 0,6 %

Description[modifier | modifier le code]

Elle provient généralement de bovins, fabriquée en tant que sous-produit à l'abattoir.

La farine de sang peut être utilisée dans les jardins afin de dissuader des animaux comme les lapins de s'implanter dans la zone[1],[2], ou comme activateur de compostage.

L'usage de la farine de sang en tant que complément alimentaire pour le bétail, le poisson ou les volailles est également très populaire à cause de sa forte teneur en lysine[3]. Dans certains pays, la farine de sang est dans ce cas mélangée à de la mélasse[4].

Elle est différente de la farine d'os en ceci que cette dernière est une riche source de phosphore, alors que la farine de sang est une source d'azote. Parmi les alternatives possibles à la farine de sang, on peut citer la farine de plume ou la farine de luzerne[5].

Au moins un grand négociant offre de la farine de sang de porc pour remplacer celle d'origine bovine. La farine de sang, la farine d'os et d'autres sous-produits animaux peuvent servir à amender le sol dans l'agriculture biologique certifiée, mais non à alimenter le bétail biologique (certifié par les règles de l'agriculture biologique).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fern Marshall Bradley et Barbara W. Ellis, Review: Rodale's All-New Encyclopedia of Organic Gardening : The Indispensable Resource for Every Gardener, Rodale Press,‎ 1997 (ISBN 978-0-87596-743-1), p. 11
  2. (en) Leandre Poisson et Gretchen Vogel Poisson, Solar gardening : growing vegetables year-round the American intensive way, Chelsea Green Publishing,‎ 1994, 288 p. (ISBN 978-0-930031-69-5, lire en ligne), p. 103
  3. (en) William Arnon Henry et Frank Barron Morrison, Feeds and feeding : a hand-book for the student and stockman, Henry-Morrison,‎ 1915, 691 p. (lire en ligne), p. 184
  4. (en) AM King'ori, JK Tuitoek et HK Muiruri, Comparison of fermented dried blood meal and cooked dried blood meal as protein supplements for growing pigs : Tropical animal health and production,‎ 1998
  5. (en) « Using Blood Meal To Improve Your Garden Soil », sur gardeningknowhow.com (consulté le 23 septembre 2013)