Joseph Wheeler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Wheeler (homonymie).
Joseph Wheeler
Image illustrative de l'article Joseph Wheeler

Naissance 10 septembre 1836
Augusta (Géorgie)
Décès 25 janvier 1906 (à 69 ans)
New York City
Origine Américain
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Confederate National Flag since Mar 4 1865.svg États confédérés
Grade lieutenant général (CSA) major général (USA)
Années de service 1859-1865
1898-1900
Conflits Guerre de Sécession
Guerre hispano-américaine
Faits d'armes bataille de Shiloh
Première bataille de Corinth
bataille de la Stones River
bataille de Chickamauga
bataille de Chattanooga
Campagne d'Atlanta
campagne de Savannah
Campagne des Carolines
Joseph Wheeler
Fonctions
député du 8ème district l'Alabama à la Chambre des représentants des Etats-Unis
4 mars 18813 juin 1882
Prédécesseur William M. Lowe
Successeur William M. Lowe
15 janvier 18833 mars 1883
Prédécesseur William M. Lowe
Successeur Luke Pryor
4 mars 188520 avril 1900
Prédécesseur Luke Pryor
Successeur William N. Richardson
Biographie
Parti politique parti démocrate (Etats-Unis)

Joseph Wheeler (10 septembre 183625 janvier 1906) est un militaire et homme politique américain, qui occupa le poste de général de l'armée confédérée durant la Guerre de Sécession.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wheeler cadet à West Point

Wheeler est né le 10 septembre 1836 à Augusta, et est mort le 25 janvier 1906 à New York. Il a passé sa jeunesse dans le Connecticut[1]. Wheeler a rejoint comme cadet l'Académie militaire de West Point[note 1], en juin 1854, et il devient lieutenant en second en 1859. Wheeler rejoint par la suite l'U.S. Army Cavalry School à Carlisle, en Pennsylvanie, l'école est transférée le 26 juin 1860, au Nouveau-Mexique. Le surnom de Wheeler est 'Fighting Joe'. Le 1er septembre 1860, Wheeler est promu lieutenant en second.

Guerre de sécession[modifier | modifier le code]

Le 16 mars 1861, Wheeler rejoint l'Armée des États confédérés.

Congrès américain[modifier | modifier le code]

Après la guerre civile, Wheeler s'installe à Courtland, en Alabama. Wheeler se marie. En 1880, Wheeler rejoint le parti démocrate et se présente au congrès américain. Mais après des élections contestées, l'autre candidat, William M. Lowe est élu le 3 juin 1882. Mais après quatre mois, William M. Lowe décède de la tuberculose, et une élection spéciale nomme Wheeler au congrès[2].

Durant les élections de 1882, Wheeler soutient le candidat Luke Pryor. Durant son mandat au congrès, Wheeler s'efforce de réparer la rupture entre le nord et le sud, et soutient la politique économique qui aide à reconstruire les États du sud.

Guerre hispano-américaine[modifier | modifier le code]

En 1898, Wheeler participe à la guerre hispano-américaine, il rejoint les volontaires à Tampa en Floride, il est nommé major général par le président américain William McKinley. Il est nommé pour commander le premier régiment de cavalerie, sous les ordres du major général William Rufus Shafter. Au sein du régiment, Theodore Roosevelt est sous-lieutenant de compagnie. L'armée américaine débarque à Cuba, le premier régiment est envoyé par William Rufus Shafter en reconnaissance, proche de Santiago de Cuba, mais son régiment est accroché par la résistance locale, un régiment espagnol commandé par le Colonel Gonzales Clavel, et ces combats sporadiques se transforment en la bataille de Las Guasimas, qui a lieu le 24 juin 1898.

Wheeler est tombé gravement malade au cours de la campagne et a remis le commandement de son régiment à Samuel S. Sumner. Mais quand la bataille de San Juan a commencé, quand il entendu le bruit des armes à feu, Wheeler, malgré sa maladie, est retourné à l'avant. Il a d'abord donné des ordres à la 1re Division, et même si elle était commandée par Jacob F. Kent. En retournant sur les hauteurs de la ville, Wheeler a assuré au général William Rufus Shafter que la position pouvait être tenue contre une contre-attaque espagnole.

Après la bataille de Santiago, Wheeler a participé à la commission de la paix avec les Espagnols.

À son retour de Cuba, le jeune fils de Wheeler est décédé, il s'est noyé dans l'océan. De retour aux États-Unis, Wheeler a commandé le camp de l'armée à Montauk Point, maintenant devenu un parc dans l'État de New York[3].

Wheeler est envoyé aux Philippines pour combattre dans la guerre américaine aux Philippines. Wheeler arriva en août 1899. Il a commandé la première brigade sous les ordres d'Arthur MacArthur jusqu'en janvier 1900[4].

Après la guerre, il commanda le département des parcs nationaux jusqu'à sa retraite le 10 septembre 1900, et il a déménagé à New York[5].

Retraite[modifier | modifier le code]

Wheeler en 1900

Wheeler a écrit plusieurs livres sur l'histoire militaire et la stratégie, ainsi que sur des sujets civils. Son premier livre est un système révisé de tactique de la cavalerie pour l'utilisation de la cavalerie et de l'infanterie.

Ses autres œuvres comprennent:

  • Fitz-John Porter en 1883
  • La Campagne de Santiago en 1898
  • Histoire militaire des Confédérés: Alabama en 1899
  • Le rapport sur l'île de Guam en 1900.

Wheeler a aussi coécrit plusieurs livres : la nouvelle Amérique et l'Extrême-Orient : une description pittoresque et historique de ces terres et les peuples, qu'il a publié en 1907.

Wheeler est également apparu dans un film appelé la reddition du général Toral (1898) avec William Rufus Shafter.

Alors qu'il assistait à la célébration du centième anniversaire de l'Académie militaire américaine de West Point, en 1902, Wheeler a rencontré deux camarades de l'armée des confédérés, James Longstreet et Edward Alexander Porter. Lors des festivités Wheeler portait son uniforme et son grade le plus récent, celui d'un général dans l'armée américaine. James Longstreet l'a reconnu et lui aurait dit: «Joe, j'espère que Dieu Tout-Puissant me prendra avant qu'il vous prenne, car je veux être devant les portes de l'enfer pour entendre Jubal Early jurer de vous voir dans l'uniforme bleu»[6]

Après une longue maladie, Wheeler décède à Brooklyn, New York et est l'un des rares anciens officiers confédérés à être enterré dans le cimetière national d'Arlington.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est de la même promotion que le futurs généraux de l'Union Matin Davis Hardin, Edwin Henry Stoughton

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dupuy, p. 793-94.
  2. Lawley, Jim, "Gen. Joe Wheeler was entangled in recount."
  3. Dupuy, p. 794.
  4. Eicher, p. 563.
  5. National Park Service link
  6. Wert, p. 425-26.