David Farragut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
David Farragut.

David Glasgow Farragut () était le commandant en chef de l'U.S. Navy pendant la Guerre de Sécession. Il fut le premier amiral de la flotte américaine.

On se souvient de lui dans la culture populaire pour son ordre donné lors de la bataille de Mobile : « Au diable les torpilles, en avant toute ! ».

Les origines[modifier | modifier le code]

David Glasgow Farragut est né le 5 juillet 1801 à Campbell Station, près de Knoxville, (Tennessee). Fils de Jorge Farragut, marin de Minorque, aux Baléares, immigré aux États-Unis en 1776. Son père servira la marine de son nouveau pays et c'est tout naturellement que le jeune Farragut suivra les pas de son père.

L'un des amis de sa famille était David Porter, officier renommé de l'US Navy. On raconte que Porter avait été sauvé d'un naufrage par Jorge. Quoi qu'il en soit, David Porter offrit de prendre soin de l'éducation de James et d'en faire un officier de marine. Ce que l'enfant dû apprécier puisqu'il décida de porter désormais le prénom de David.

À 8 ans, il se retrouve mousse ; à 9 ans, appointé comme midshipman[1]. À 11 ans, il assiste à son premier combat et à 12 ans reçoit son premier commandement, celui d'une prise faite par l'Essex, qu'il ramène à bon port.

David Farragut.jpg

Son parcours est classique jusqu'au début de la Guerre de Sécession.

Pendant la guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Bien que né dans le Tennessee, élevé en Louisiane, vivant en Virginie (trois États qui font sécession), il reste fidèle à l'Union. En janvier 1862, il reçoit les étoiles de contre-amiral[2] et prend le commandement de l'escadre du blocus de l'Ouest du golfe du Mexique (West Gulf Blockade squadron).

En avril 1862, il force le passage et s'empare de La Nouvelle-Orléans, privant la Confédération du débouché du Mississippi.

En juin 1862, il est au siège de Vicksburg. Mais sans grand succès, ses navires n'étant que de peu d'utilité.

En 1864, il reçoit la mission de s'emparer de Mobile. Il s'empare des accès de la baie de Mobile le 5 août 1864. Mais la ville sera prise plus tard, par l'Armée de Terre. Il sera nommé vice-amiral à la suite de cette bataille.

En 1866, le Congrès des États-Unis lui accorde le grade d'amiral qu'il est le premier à obtenir.

En 1867-1868, il commande l'escadre d'Europe ("European squadron").

En 1868, il est pressenti pour se présenter comme candidat à la présidence, mais décline la proposition.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Il meurt le 14 août 1870, à l'âge de 69 ans, à Portsmouth, (New Hampshire). Le convoi funéraire est conduit par le président Ulysses S. Grant et suivi, entre autres, par 10 000 marins et soldats.

L'amiral Farragut fait partie du Panthéon américain.[Quoi ?] Par comparaison, on peut assimiler son image à celle de Bayard pour les Français voire, toutes proportions gardées, à Nelson pour les Britanniques.[réf. nécessaire]

En 1942, l’amiral King, alors à la tête de la marine américaine, dresse la liste des cinq plus fameux amiraux du passé. Il nomme John Jervis, Horatio Nelson, Maarten Tromp, Suffren et David Farragut[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aspirant de Marine.
  2. Le contre-amiral USN arbore 2 étoiles argentées sur ses épaulettes. Toujours une seule étoile sur la manche, mais huit galons dorés. Chez les confédérés, on a bien prévu 4 postes d'amiral mais un seul sera pourvu. Il n'a pas de distinction spécifique. Tous les flags officers portent des épaulettes avec 4 étoiles dorées (2 grandes entre deux plus petites), 3 galons dorés sur la manche, en sus de celui formant boucle.
  3. (en) Ernest King (fleet admiral), A naval record, New York, w.w. Norton, 1952.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :