Thomas Jonathan Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Jonathan "Stonewall" Jackson
Portrait pris à Spotsylvania County Farm le 26 avril 1863, sept jours avant sa blessure à la bataille de Chancellorsville
Portrait pris à Spotsylvania County Farm le 26 avril 1863, sept jours avant sa blessure à la bataille de Chancellorsville

Surnom Stonewall, Old Jack, Old Blue Light, Tom Fool
Naissance 21 janvier 1824
Clarksburg (Virginie-Occidentale)
Décès 10 mai 1863 (à 39 ans)
Guinea Station, Virginia
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance Armée de terre des États-Unis
Armée des États confédérés
Grade Confederate States of America General.png Lieutenant General (AEC)
Conflits Guerre américano-mexicaine
Guerre de Sécession
Commandement La brigade Stonewall
Le deuxième corps d'armée de la Virginie du Nord
Faits d'armes

Thomas Jonathan Jackson, surnommé Stonewall Jackson, est un officier américain dans la guerre de Sécession, né le 21 janvier 1824 et mort le 10 mai 1863.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Son arrière-grand-père, John Jackson, était un Irlandais protestant, originaire du comté de Londonderry. Condamné pour différents vols, il rencontre sa future épouse, Elizabeth Cummins, elle aussi coupable de différents larcins, dans le bateau qui les emmène dans les colonies en 1749, où ils ont été contraints de s'exiler. Ils s'installent dans le Maryland et se marient en 1755. La famille déménage ensuite près de Moorefield, en Virginie (aujourd'hui Virginie-Occidentale). John Jackson et ses deux garçons sont enrôlés dans l'armée américaine, durant la guerre d'Indépendance, et il finit la guerre avec la grade de capitaine. Il sert ensuite dans la milice de Virginie.

John et sa femme Elizabeth ont eu huit enfants : leur second fils est Edward Jackson (1er mars 1759 - 25 décembre 1828). Le troisième fils de Edward est Jonathan Jackson, le père de Thomas.

Enfance[modifier | modifier le code]

Thomas Jackson est le troisième enfant de Julia Beckwith Neale (1798-1831) et de Jonathan Jackson (1790-1826), avocat. Né à Clarksville, Virginie (aujourd’hui Virginie-Occidentale) le 21 janvier 1824 quelques minutes après minuit, il reçoit le prénom de son grand-père maternel.

La sœur aînée de Thomas meurt le 6 mars 1826 de la fièvre typhoïde; son père en meurt le 26 mars de la même année. Sa mère donne naissance à une fille, Laura Ann, le lendemain. Julia Jackson se retrouve veuve à 28 ans, avec de nombreuses dettes et trois enfants à charge. Elle vend les propriétés familiales et s'installe dans une petite maison qu'elle loue. En 1830, elle se remarie avec un avocat et meurt l'année suivante en accouchant d'un enfant.

Jackson's Mill, la propriété de Cummins Jackson.

Déjà lorsque la santé de sa mère commençait à défaillir, Thomas et sa jeune sœur Laura Ann avaient été envoyés chez leur oncle, Cummins Jackson, qui possède un moulin à blé, à Jackson's Mill, en Virginie-Occidentale. Leur frère aîné, Warren, est envoyé dans une autre partie de la famille maternelle et mourra de la tuberculose à l'âge de 20 ans en 1841.

Après le décès de leur mère en novembre 1831, Thomas et Laura Ann retournent à Jackson's Mill. Ils y passent quatre années, jusqu'à ce qu'ils soient séparés : Laura Ann est envoyée dans la famille de sa mère tandis que Thomas part vivre chez sa tante Polly, la sœur de son père, dans une ferme près de Clarksburg. Mais peu apprécié par le mari de Polly, il retourne à pied à Jackson's Mill où il reste les sept années suivantes.

Tout en effectuant divers travaux agricoles, il acquiert une formation autodidacte, en lisant de nombreux ouvrages.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Lieutenant Jackson – 1847

En 1842, il entre l’école militaire américaine de West Point. À cause de l'insuffisance de son éducation initiale, il rencontre certaines difficultés et commence des études dans la dernière partie du classement. À force de travail et de détermination, il devient un élève remarquable. En 1846, il sort de West Point au 17e rang sur 59[note 1].

Jackson commence sa carrière militaire en tant que second lieutenant au 1er régiment d’artillerie de l’armée des États-Unis. Il combat durant la guerre américano-mexicaine de 1846 à 1848. Il sert au siège de Veracruz et aux batailles de Contreras, Chapultepec et Mexico. Il y gagne le grade de 1er lieutenant. C'est à Mexico qu'il rencontre pour la première fois Robert E. Lee.

Durant l'assaut du château de Chapultepec, il refuse d'obéir à un ordre de retraite qu'il considère « mauvais ». Ce jugement, ayant été reconnu exact, lui vaut une promotion au rang de major et les félicitations du général Winfield Scott.

Au printemps de 1851, il accepte un poste nouvellement créé d'enseignant à l’Académie militaire de Virginie à Lexington. Il devient professeur de philosophie et instructeur d'artillerie. En dépit de la qualité de son enseignement, il n'est pas un professeur populaire. Les étudiants se moquent aussi de sa dévotion religieuse et de ses excentricités.

Peu connu parmi les habitants de Lexington, Jackson est au contraire révéré par beaucoup d'Afro-américains, qu'ils soient esclaves ou affranchis. Le dimanche, il anime une classe pour les élèves noirs à l'église presbytérienne et se préoccupe de leur donner une instruction religieuse. La famille de Jackson possédait six esclaves à la fin des années 1850 : vraisemblablement hostile à l'esclavage, Jackson pensait néanmoins qu'il était voulu par Dieu et que tout bon chrétien devait traiter au mieux les esclaves qu'il possédait.

En 1853, il épouse Elinor « Ellie » Junkin, dont le père était président du Washington College de Lexington. Elle meurt le 22 octobre 1854 en accouchant d'un enfant mort-né. Après un voyage en Europe, Jackson se remarie en 1857 avec Mary Anna Morrison, qui lui donna deux filles, Mary Graham en 1858, décédée un mois plus tard, et Julia Laura en 1862.

En novembre 1859, à la demande du gouverneur de Virginie, il est présent avec un contingent des cadets de l'institut à la pendaison de l'abolitionniste John Brown.

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Le Lt. Gen. Thomas « Stonewall » Jackson photographié à Winchester, Virginie, 1862.


En 1861, avant que la Virginie ne fasse sécession, il entre au service des États confédérés d'Amérique. Le 27 avril 1861, le gouverneur de Virginie ordonne au colonel Jackson de prendre le commandement de ce qui deviendra la « brigade Stonewall ». Il est promu brigadier general (général de brigade), le 17 juin 1861.

Dans la première bataille de Bull Run, il organise une défense têtue et gagne son surnom « Stonewall ». Un général confédéré harangue ses troupes en le désignant : « C'est Jackson debout comme un mur de pierre. Décidez-vous à mourir ici et nous vaincrons. Suivez-moi ! ». Pour certains, cette comparaison a pu être péjorative, au sens où le mur de pierre évoquait l'inaction de Jackson. Ce jour-là néanmoins, la brigade Stonewall repousse les assauts de l'armée de l'Union et, peu de temps après, Jackson est promu au rang de major general (général de division).

En 1862, au cours de la campagne de la vallée de Shenandoah, il commande deux divisions dans la vallée de Shenandoah et vainc plusieurs commandants de l’Union grâce à sa vitesse et sa supériorité manœuvrière. Jackson possède les atouts pour dominer ses adversaires indécis : une grande audace, une excellente connaissance du terrain et un grand talent pour diriger et motiver ses troupes. Son armée marcha plus de 1 000 km en 48 jours et remporta cinq batailles significatives, avec un effectif de 17 000 hommes contre des forces adverses qui en atteignaient 60 000.

Grâce à ses victoires, le général Robert E. Lee lui donne un corps d'armée avec lequel il participe aux batailles des Sept Jours, du second Bull Run, d'Antietam, de Fredericksburg et de Chancellorsville. La réputation militaire de Jackson allait en augmentant : il représentait tout ce que l'armée de Lee avait d'audacieux et d'offensif, alors que le général James Longstreet était plutôt un adepte des stratégies défensives.

À Chancellorsville, explorant les lignes de l’ennemi après avoir mené une attaque spectaculaire contre le flanc droit de l’Armée du Potomac, il est blessé par ses propres soldats dans la nuit du 2 mai 1863. Il est touché par trois balles, deux dans le bras gauche et une dans la main droite. Son bras gauche doit être amputé et, affaibli par l’opération, Jackson contracte une pneumonie dont il meurt le 10 mai 1863.

Postérité[modifier | modifier le code]

Stonewall Jackson est une des figures les plus connues de la guerre de Sécession. Homme pieux, diacre de l'Église presbytérienne, mari aimant, il était aussi un homme très secret et très pointilleux en ce qui concerne la discipline militaire. Le général Lee lui faisait entièrement confiance, et lui donnait des ordres volontairement peu détaillés, pour permettre à Jackson d'agir au mieux. C'est pourquoi il manquera tant à l'armée confédérée lors de la bataille de Gettysburg.

Sa veuve, connue sous le nom de "veuve de la Confédération", ne se remaria jamais et vécut jusqu'en 1915. Elle publia deux livres sur la vie de son mari.

Il est le personnage principal du roman Gods and Generals, et dans le film homonyme, il est interprété par l'acteur Stephen Lang.

Avec Robert Lee et Jefferson Davis, il est l'un des trois leaders des États confédérés d'Amérique figurant sur le bas-relief de Stone Mountain, le pendant sudiste du Mont Rushmore.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • McPherson, James M., Battle Cry of Freedom: The Civil War Era (Oxford History of the United States), Oxford University Press, 1988, ISBN 0-19-503863-0, traduit et publié en français sous le titre La Guerre de Sécession dans la collection Bouquins, Robert Laffont.