Judah Benjamin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Judah Philip Benjamin.
Pierre tombale au Père Lachaise.

Judah Philip Benjamin (6 août 18116 mai 1884) est un homme politique et juriste américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né sujet britannique aux Antilles, il devint citoyen des États-Unis puis des États confédérés d'Amérique. Il fut successivement membre de la Chambre des Représentants de Louisiane, puis Sénateur de Louisiane au Congrès des États-Unis.

Il appela les états du Sud à faire sécession pour conserver les profits garantis par la main-d’oeuvre gratuite liée à l'esclavage. Il avait une plantation, Bellechasse, où travaillaient près de 740 Africains[1]. Il prétendait qu'il était plus humain de fouetter les Noirs et de les marquer au fer que de les mettre en prison ou de les envoyer au bagne[2].

Pendant la guerre de Sécession, il occupa trois postes différent au sein du Cabinet confédéré, dont celui de secrétaire à la Guerre. Il passait pour l'homme le plus puissant du gouvernement sudiste après Jefferson Davis[3].

Il fut le premier juif membre d'un Cabinet en Amérique du Nord et premier juif nommé à la Cour suprême des États-Unis (mais il déclinera cette nomination).

Après la chute de la Confédération, il s'installera en Angleterre ou il entama une seconde carrière prospère d'avocat et fut conseil de la Reine. Il mourut en France et est enterré dans la 15e division du Cimetière du Père-Lachaise.

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Evans, Eli N., Judah Benjamin: The Jewish Confederate, New York: The Free Press, 1988.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henry L. Feingold, Zion in America: The Jewish Experience from Colonial Times to the Present, New York, 1974, p. 60
  2. Harold Sharfman, Jews on the Frontier, Chicago, 1977, pp. 189-190
  3. Richard S. Tedlow, Judah P. Benjamin, in Nathan M. Kaganoff, Melvin I. Urofsky, Turn to the South: Essays on Southern Jewry, Charlottesville (Virginie), 1979, p. 45