Bataille de San Juan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de San Juan
La charge des Rough Riders à San Juan (Frederic Remington)
La charge des Rough Riders à San Juan (Frederic Remington)
Informations générales
Date 1er juillet 1898
Lieu Cuba
Issue indécis au niveau tactique, victoire stratégique américano-cubaine.
Belligérants
Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau des États-Unis États-Unis
Commandants
Arsenio Linares William Shafter
Joseph Wheeler
Forces en présence
800 réguliers
5 canons Krupp
15 000 réguliers
12 canons
4 Gatlings
Pertes
600 morts
170 blessés
2 000 morts
1 180 blessés
200 morts ou blessés cubains
Guerre hispano-américaine
Batailles
Bataille de la baie de Manille - Combat de la baie de Cardenas - Bombardement de San Juan de Porto-Rico - Bataille d'El Caney - Bataille de San Juan
Coordonnées 20° 01′ 15″ N 75° 47′ 46″ O / 20.0209106, -75.796115420° 01′ 15″ Nord 75° 47′ 46″ Ouest / 20.0209106, -75.7961154  

La bataille de San Juan est un combat indécis entre les forces américaines et l'armée espagnole à Cuba le 1er juillet 1898 durant la Guerre hispano-américaine.

Contexte[modifier | modifier le code]

La colline de San Juan se trouvait protégée initialement par 137 hommes du Régiment de Talavera, et faisait partie du dispositif espagnol autour de Santiago de Cuba. On remarque que malgré l'importance de la position il y avait aussi peu de troupes destinées à sa défense.

Cette position stratégique se trouvait située sur un terrain abrupt et avec une végétation dense, bien que les troupes espagnoles aient dégagé quelques zones de terrain (de la même manière qu’à El Caney) pour faciliter ainsi le tir depuis leurs positions défensives.

Elle disposait comme défenses naturelles de la présence de la rivière San Juan et de quelques ruisseaux qui coulaient près de la position, et avec une colline (appelée « Kettle » par les américains) comme position avancée du système défensif. Entre cette colline et San Juan existait, de plus, un étang d'eau qui contribuait à sa défense.

Pour renforcer le dispositif espagnol, des ouvrages défensifs consistant en un blockhaus en brique et certains en bois au sommet des coteaux avaient été construits avant l’attaque américaine, alors que sur la colline de Kettle, les infrastructures d'une plantation de chaume avaient été transformées en bastion défensif. L'ensemble fut renforcé avec l'excavation de tranchées « carlistes », de puits de tireur et la pose de barbelés.

La petite garnison fut renforcée avec deux autres compagnies (l'une du Provisoire de Puerto Rico et l'autre du Talavera), de 60 volontaires et de 2 pièces de montagne Krupp à tir rapide. Au total 521 soldats. La deuxième ligne défensive, établie à environ 700 mètres derrière les coteaux de San Juan, à l’endroit où le général Linares avait établi son quartier général, était constituée de trois compagnies du Talavera avec un total de 411 hommes. Les forces de cette deuxième ligne furent été déployées de la manière suivante :

  • 1 compagnie dans le chemin de El Pozo, dans le but d'éviter que les troupes américaines n'enveloppent les positions espagnoles.
  • 1 compagnie à l'intersection des chemins d’El Pozo et d’El Caney.
  • 1 compagnie sur le chemin à El Caney.

La troisième ligne défensive se trouvait près du fort de La Canosa, composée d’une guérilla à cheval de 140 hommes, qui formaient la réserve.

À ces forces, se joindraient, à la fin du combat, 1 000 hommes des équipages de la flotte de Cervera sous les ordres de Bustamante, qui effectuèrent une contre-attaque qui n’obtint pas de résultats. Entre les coteaux de San Juan et la colline de Kettle Hill, les troupes espagnoles érigèrent une ligne de tranchées et de barbelés afin de limiter la progression américaine.

Pendant ce temps, le général Lawton attaquait El Caney avec presque 7 000 hommes, se préparant à une promenade, le général Shafter se préparait à réaliser l'attaque principale sur San Juan. Ses plans prévoyaient de déployer à droite la division de cavalerie, en face de Kettle et la 1re division d'infanterie à gauche, directement sur San Juan.

Comme forces de réserve, il comptait avec la 2e brigade de la division d'infanterie.

Une fois que ces forces seraient déployées, l'artillerie battrait les positions espagnoles tandis que les Américains les assailliraient. Pendant ce temps, les « victorieuses » unités de la division Lawton, après avoir anéanti la garnison d’El Caney devraient se joindre à l'attaque à l'heure prévue (10:00 du matin), en le faisant par la droite du déploiement américain.

La bataille[modifier | modifier le code]

Vers 08:20 du matin, l'artillerie américaine commence à ouvrir le feu sur les coteaux, à une distance d'un peu plus de 2 000 mètres pour protéger la progression de ses troupes mais, repérées par la fumée que ses tirs provoquaient avec l’utilisation de poudre noire, ils sont réduits au silence par le feu de contre-batterie des deux canons Krupp espagnols à 09:00 du matin, en causant des pertes non seulement aux artilleurs américains mais aussi à quelques unités déployées près des pièces.

Les troupes américaines, confiantes en leur supériorité numérique et dans la croyance de la faible combativité des troupes espagnoles, se sont directement lancées à l'attaque sans reconnaître au préalable le terrain, la même scène qu’à El Caney se répétant : la précision et le volume du feu espagnol les obligent à se jeter au sol sans pouvoir avancer. Les troupes américaines commencent à s’entasser sur le terrain escarpé, certaines unités refusant même d’avancer, elles sont donc obligées d’abandonner le chemin pour ne pas gêner la progression du reste des troupes.

Le chaos régnant est énorme en ces premiers moments du combat parmi les forces de l'U.S. Army, un chaos qui n'arrive pas à être mis à profit par les troupes espagnoles faute de renforts.

Au vu de l’intense feu espagnol qui empêchait le mouvement des troupes américaines, celles-ci déployèrent un ballon d'observation, à 9h et demi du matin, d'une couleur jaune qui contrastait fortement sur le bleu du ciel et qui fut rapidement abattu par les canons espagnols.

De plus, les canons espagnols bombardèrent l’endroit d'où le ballon s'était élevé après avoir supposé, avec raison, que des unités américaines se concentraient là, leur causant des pertes élevées. Cependant, avant qu’il ne fût abattu, un sentier fut repéré depuis le ballon d’observation, par où se sont déployées les unités américaines entassées.

Malgré cela, le feu espagnol ne décrût ni en intensité ni en précision, malgré les pertes, en obligeant les Américains à ralentir leur progression du fait des pertes qu'ils subissaient.

Vers 10:00 heures du matin, quelques unités américaines se sont déjà déployées en face de Kettle Hill tandis que d’autres se sont situées en position pour attaquer San Juan.

Sans l'appui de leurs batteries, la progression américaine est reçue par un feu nourri de la part des 2 canons et des mausers espagnols qui provoquent d’importantes pertes dans leurs rangs, mais bientôt, les munitions des deux pièces commencent à s'épuiser. Les plans des troupes américaines se trouvent sérieusement compromis à cause de la très forte résistance opposée par les troupes espagnoles.

En se rendant compte de l'erreur commise en envoyant à El Caney les forces de la division Lawton, qui ne finissent pas d’écraser la résistance des troupes de Vara del Rey raison pour laquelle ils ne peuvent participer à l'attaque sur San Juan, on leur ordonne de cesser le combat et revenir immédiatement. Mais Lawton livre sa propre guerre et, bien qu'il s'agisse d'une victoire stérile, il ne désire pas laisser s’échapper l'opportunité d'avoir sa propre victoire. Il désobéit donc aux ordres reçus et il continue avec son attaque sur El Caney, en compromettant sérieusement les opérations sur le principal objectif.

À 13h, les unités de la Brigade Summer appartenant à la division de Cavalerie (les régiments 3 º, 6 º et 9 º) commencent l'assaut sur Kettle Hill, au début très lentement à cause de la résistance espagnole. Finalement, le nombre l’emporte, et les défenseurs, qui, après s'être défendus avec une grande détermination ont subi de nombreuses pertes qui ne peuvent être compensées par des renforts, se replient vers leurs nouvelles positions sur les coteaux, en permettant ainsi aux Américains de conquérir la colline. La conquête de cette position aura des conséquences fatales pour la peu nombreuse garnison espagnole, qui sera obligée d'affecter des unités pour défendre l'un des flancs que menacent maintenant les troupes américaines depuis Kettle Hill. Appuyés par le feu de la brigade Summers depuis la position récemment conquise, l'attaque sur les défenses principales de San Juan débute. Les 16e et 6e d’infanterie de la brigade Hawkins se lancent à l'assaut, mais leur progression est freinée par le feu des tranchées espagnoles. Pendant ce temps, les deux canons espagnols, qui avec leur feu bien dirigé avaient réduit au silence l'artillerie américaine, tombent à court de munitions, permettant aux Américains d’utiliser, maintenant impunément, leurs batteries. À une distance de 500 mètres, les Américains installent trois mitrailleuses Gatling qui commencent à balayer les positions espagnoles en envoyant sur celles-ci en peu de temps, une quantité énorme de projectiles qui balaient les tranchées et provoquent des pertes importantes. Peu après, au feu des mitrailleuses se joint le feu de l'artillerie qui avait été si efficacement annihilée par les Espagnols et qui ne trouvait plus maintenant aucune opposition à son tir.

Appuyées par les troupes qui occupent Kettle, les troupes américaines se lancent à l'assaut des tranchées espagnoles, déjà vides, ayant pour seule opposition le feu de la poignée de défenseurs des blockhaus. Mais la situation des troupes espagnoles est déjà insoutenable, la majorité des défenseurs sont morts ou blessés, et sans renforts, elles doivent progressivement se retirer vers le seconde ligne de défense. La situation d'infériorité numérique dans laquelle se trouvent les forces espagnoles est telle que, pour renforcer certaines positions, ils utilisent des hommes blessés ou malades, en les sortant des hôpitaux. Les Coteaux sont totalement occupés par des soldats américains exténués, qui doivent faire face maintenant aux troupes espagnoles situées sur la deuxième ligne de défense. Mais à ce moment, quand il semble que la progression américaine va continuer sur cette ligne, une contre-attaque espagnole inespérée se produit, réalisée par une compagnie formée par les troupes de débarquement de la flotte de Cervera, sous la conduite du Capitaine de Vaisseau Bustamante, qui ne réussit cependant pas à récupérer les positions perdues. Bustamante, qui dirige l'attaque monté à cheval, est blessé au ventre, et mourra par la suite de ses blessures le 19 juillet. Cependant, cette action arrête la progression des américains, qui voient que les troupes de renfort tant attendues n'arrivent toujours pas sur le champ de bataille, car elles sont encore bloquées à El Caney. C'est pourquoi, la crainte de nouvelles contre-attaques espagnoles qui peuvent être réalisés par les renforts espagnols que l’on sait sur le point d’arriver, amène les américains à renforcer leurs positions sur tout le front, en continuant les combats avec une moindre intensité, pendant encore deux jours, mais sans se décider à réaliser une attaque définitive.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les troupes espagnoles déplorèrent à San Juan un total de 600 morts et 170 blessés. Les Américains subirent dans les durs combats pour s’emparer des coteaux, un total de 2000 morts et 1 180 blessés, ce qui correspond à presque 10 % des troupes de l'U.S. Army destinées à Cuba. Les troupes cubaines de Calixto qui participèrent à l'action subirent environ 200 morts. Les combats à San Juan produisirent une profonde préoccupation chez l’état-major américain, ainsi qu’une grande démoralisation au sein de la troupe.

Le lieutenant Théodore Roosevelt écrivit au sénateur Henry Cabot Lodge le message suivant : « Dites au président que, pour l'amour du ciel, il nous envoie tous les régiments et surtout toutes les batteries possible. Jusqu'à présent nous avons payé cher nos progrès mais les Espagnols se défendent âprement et nous sommes tout près d'un terrible désastre militaire (...) ».

Le désespoir dans les rangs américains devant l'impossibilité de surmonter les défenses espagnoles était tel que le 3 juillet, le général Shafter envoya au secrétaire de la guerre le télégramme suivant : « Nous avons encerclé la ville par le nord et par l’est, mais avec une très faible ligne (...) j’envisage donc sérieusement une retraite de 5 miles (...) ». Mais finalement la ville fut investi le 17 juillet.

Roosevelt déclara plus tard : « ce jour, [les Espagnols] se montrèrent des adversaires valeureux, dignes des plus grands éloges pour leur courage ».