Jāti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jati.

Jāti, जाति est un mot qui, en pâli et en sanskrit, signifie naissance ; l'équivalent en japonais est le terme shou; sheng 生 en chinois. Une jati correspond, en Inde, à un sous-groupe de caste et définit un ensemble de personnes ayant la même occupation, ou le même langage[1].

Jāti indienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de castes en Inde.

Dans la société indienne, à côté du système du varna existe un autre découpage de la société indienne, le système des jāti, au nombre de 4 635 - d'après une étude de l'Anthropological Survey of India de 1993 - et qui recouvre assez précisément le découpage en professions. Ce dernier système, qui se rapproche assez d'une organisation de la société indienne en corporations, préexistait peut-être au système des varna. On notera qu'aucune jâti ne franchit de frontière linguistique et que donc toutes les zones linguistiques indiennes ont leur propre système de jâti.

Contrairement à ce qu'affirme l'opinion occidentale, l'orthodoxie hindoue condamne les jati : aucun texte hindou ne les légitime ; seuls les varnas sont considérés comme étant valables dans l'hindouisme. Les membres de deux jâtis différentes vivent de manière totalement séparés. En particulier, ils ne partagent pas de nourriture et ne se marient pas entre eux (c'est un système endogame). En fait, chaque jâti possède ses propres habitudes culinaires, vestimentaires, parfois un langage propre, souvent ses propres divinités et les servants de ces divinités qui appartiennent à la jâti et ne sont donc pas brâhmanes. Un membre de la jâti des cordonniers pourra devenir tailleur, à condition de s'expatrier (comme les héros de « L'Équilibre du monde » de l'auteur canadien d'origine indienne, Rohinton Mistry).

Jāti bouddhiste[modifier | modifier le code]

Dans le bouddhisme, jāti est synonyme de développement prénatal. Il ne s'agit pas juste de la sortie du ventre maternel.

Dans la coproduction conditionnée, la jāti est conditionnée par l'existence (bhava), et conditionne à son tour la vieillesse et la mort.

Cette naissance recouvre différents aspects : « Et qu'est-ce que la naissance? Quelle que soit la naissance, prendre naissance, descendre, venir-à-être, apparaître, apparition des agrégats, et acquisition des sphères sensorielles des différents êtres dans ce groupe-ci ou ce groupe-là d'êtres, c'est là ce qu'on appelle la naissance » (Maha-satipatthana Sutta)

Cet extrait éclaire jāti comme recouvrant deux aspects, soit l'apparition :

  • Des cinq agrégats d'attachements, skandhas, qui constituent ce qui est pris pour un être ;
  • Des six bases sensorielles, sadayatana.

Jāti décrit donc le processus embryonnaire, depuis la conception, okkanti, jusqu'à l'accouchement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism, par B.M. Sullivan publié par Vision Books, pages 101 et 102, ISBN 8170945216

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nyanatiloka, Vocabulaire pâli français des termes bouddhiques, Adyar, 1995.

Lien externe[modifier | modifier le code]