Hippolyte Langlois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langlois.
Officier général francais 4 etoiles.svg Hippolyte Langlois
Hippolyte Langlois lors de sa réception à l'Académie française en 1911
Hippolyte Langlois lors de sa réception à l'Académie française en 1911

Naissance 3 août 1839
Besançon
Décès 12 février 1912 (à 73 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Artillerie
Grade Général de corps d'armée
Années de service 18561904
Conflits Guerre de 1870
Commandement 20e Corps d'Armée
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Autres fonctions Sénateur de la Meurthe-et-Moselle
Membre de l'Académie française

Hippolyte Langlois, né à Besançon 3 août 1839 et mort à Paris (à l'Hôpital du Val-de-Grâce) le 12 février 1912, est un général français, sénateur et membre de l'Académie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'avocat, il fait ses études à l'École polytechnique où il entre en 1856. Admis dans l'artillerie comme sous-lieutenant élève en 1858, il passe lieutenant en 1863 et capitaine en 1866. Il participe à la guerre de 1870 au sein de l'Armée de Metz avec laquelle il est fait prisonnier. Chef d'escadron en 1878, il est nommé lieutenant-colonel en 1884. Il devient peu après professeur de tactique d'artillerie à l'École supérieure de guerre.

Colonel depuis le 21 octobre 1888, il exerce les fonctions de chef de corps du 4e régiment d'artillerie de 1891 à 1894. Promu général de brigade le 9 octobre 1894, il commande l'artillerie du 13e corps d'armée, puis la 17e brigade d'infanterie et les subdivisions d'Auxerre et Montargis en 1895.

Élevé au rang de général de division le 8 novembre 1898, il dirige l'École supérieure de guerre de 1898 à 1901 et siège comme membre du Comité technique d'état-major. Après avoir été à la tête du 20e Corps d'Armée à Nancy de 1901 à 1903, il conclut sa carrière comme membre du Conseil supérieur de la guerre.

Le général Langlois est l'un des maîtres d'œuvre de la conception du canon de 75.

Il est élu sénateur de la Meurthe-et-Moselle le 27 mai 1906 et devient membre de l'Académie française le 9 février 1911.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Chevalier en 1875
Officier en 1890
Commandeur en 1900
Grand officier en 1903

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il doit son entrée à l'Académie à la publication de diverses études de théorie militaire concernant l'emploi de l'artillerie et la tactique en campagne, dont les plus notables sont :

  • L'Artillerie de campagne en relation avec les autres armes, 3 vol., 1892
  • Manœuvres d’un détachement de toutes armes avec feux réels, 1897
  • Conséquences tactiques des progrès de l’armement, étude sur le terrain, 1903 Texte en ligne
  • Enseignement de deux guerres récentes : la guerre turco-russe et la guerre anglo-boer, 1903
  • Questions de défense nationale, 1906 Texte en ligne
  • Quelques questions d'actualité, 1909
  • L’Armée anglaise dans un conflit européen, 1910

Liens externes[modifier | modifier le code]