François Charles du Barail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Charles du Barail
Image illustrative de l'article François Charles du Barail

Naissance 25 mai 1820
Versailles
Décès 30 janvier 1902 (à 82 ans)
Grade Général de division
Commandement 1er régiment de cuirassiers
3e régiment de chasseurs d'Afrique
une division de cavalerie
Faits d'armes Prise de la smala d'Abd el-Kader
Distinctions Grand Officier de la Légion d'honneur[1]
Autres fonctions Ministre de la Guerre de mai 1873 à mai 1874

Le comte François Charles du Barail (né à Versailles le 25 mai 1820 et mort le 30 novembre 1902) est un général de division français qui fut ministre de la Guerre sous la présidence du maréchal de Mac Mahon.

Biographie[modifier | modifier le code]

À dix-neuf ans, il s’engagea dans les spahis d’Oran, se signala par sa bravoure devant Mostaganem en février 1840, fut cité à l’ordre de l’armée en 1842 et nommé, cette même année, sous-lieutenant. Décoré pour sa conduite à la prise de la smala d'Abd el-Kader, il obtint le grade de lieutenant après la bataille de l’Isly, où il fut blessé, et, à la suite des combats devant Laghouat, il fut promu chef d’escadrons au 5e régiment de hussards.

L’année suivante, M. du Barail était lieutenant-colonel et appelé au commandement supérieur du cercle de Laghouat, qu’il quitta pour passer aux chasseurs de la Garde. Nommé colonel au 1er Régiment de Cuirassiers le 30 décembre 1857, il revint en Afrique, en 1860, à la tête du 3e Chasseurs et prit part, avec deux escadrons de ce régiment, à la guerre du Mexique en 1862.

Lors de la déclaration de guerre à la Prusse, le 16 juillet 1870, Barail reçut le commandement d’une division de cavalerie comprenant quatre régiments de chasseurs d’Afrique. Sa conduite lui valut le grade de général de brigade, et le 23 mars 1871 celui de divisionnaire. Durant la Commune de Paris, il commande le 3e corps d'armée de l'armée régulière dite versaillaise.

De mai 1873 à mai 1874 il est ministre de la Guerre dans le gouvernement d'Albert de Broglie. On lui doit notamment la loi sur l'organisation générale de l'armée[2]. C'est là que se termine sa carrière. Au moment de la chute de Mac Mahon (1879), les amis de Gambetta lui signifient sa retraite et il se consacre à la rédaction de ses mémoires.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Mes souvenirs, Plon, 1897-1898
    • Volume I : 1820-1851, 452 p.
    • Volume II : 1851-1864, 516 p.
    • Volume III : 1864-1870, 612 p.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) Narcisse Faucon, Le livre d'Or de l'Algérie, Challamel et Cie Éditeurs Librairie Algérienne et Coloniale, 1889

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le général comte du Barail », in Le Pèlerin, no 1311, 16 février 1902, p. 100 (nécrologie)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Mes Souvenirs - Tome Ier François Charles Du Barail - Éditions Plon - Nourrit et Cie - 1894 - Vol. 1. 1820 - 1851 - 452 pages

Notes[modifier | modifier le code]

  1. sur la base LEONORE
  2. Le Pèlerin, 16 février 1902, p. 100