Eau sur Mars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Eau sur Mars » redirige ici. Pour le groupe de rock, voir Water on Mars. Pour l'épisode de Doctor Who intitulé Water of Mars en version originale, voir La Conquête de Mars.
Une vue d'artiste de ce à quoi la planète Mars a pu ressembler, sur la base de données géologiques.
Mars aujourd'hui, vue depuis une sonde Viking.

L'eau sur Mars désigne l'eau présente sur la planète Mars, quelle que soit la forme (solide, liquide, gazeuse, roche hydratée, …) sous laquelle elle s'y trouve. L'eau est beaucoup moins abondante sur Mars qu'elle ne l'est sur la Terre, du moins dans ses états liquide et gazeux. La plupart de l'eau connue est bloquée dans la cryosphère (pergélisol et calottes polaires), sous forme de glace, et il n'y a guère d'eau liquide à la surface, si l'on excepte celle, très salée, qui est présente dans les canyons sur l'équateur[1], qui pourrait créer une hydrosphère. Le sol martien, d'après les dernières analyses[2], contient entre 1,5 et 3% d'eau. Seule une petite quantité de vapeur d'eau est présente dans l'atmosphère de Mars[3].

Les conditions actuelles sur la surface de la planète, à l'exception de l'équateur, ne permettent pas l'existence à long terme d'eau liquide. Les pression et température moyennes y sont beaucoup trop basses, conduisant à une congélation ou à une sublimation immédiate de toute eau liquide qui s'y trouverait. Malgré cela, les recherches suggèrent que, dans le passé, il y avait de l'eau liquide s'écoulant sur toute la surface de la planète[4],[5], créant de grandes surfaces semblables aux océans de la Terre[6],[7],[8],[9]. Toutefois, la question demeure de savoir où l'eau est allée[10]. Selon Steve Squyres, chercheur principal de la mission Mars Exploration Rover (MER), « L'idée [de l'eau liquide sur Mars a] été résolue. Elle a été résolue par Spirit (rover), elle a été résolue par Opportunity, elle a été résolue par Curiosity, elle a été également largement résolue en orbite .»[11],[12].

Il y a un certain nombre[13] de preuves directes et indirectes de la présence d'eau sur ou sous la surface, comme par exemple des lits de ruisseaux[14],[15],[16], les calottes polaires, des mesures spectroscopiques[17], des cratères érodés ou des minéraux dont l'existence est liée directement à la présence d'eau liquide (tels que la goethite), de l'hématite cristalline grise, des phyllosilicates, de l'opale[18] et des sulfates[19],[20].

Grâce aux caméras plus perfectionnées présentes sur les orbiteurs martiens tels que Viking, Mars Odyssey, Mars Global Surveyor, Mars Express, et les photographies d'anciens lacs prises par Mars Reconnaissance Orbiter[21],[22],[23],[24],[25],[25],[26],[27], d'anciennes vallées fluviales[14],[28] une glaciation étendue[29],[30],[31],[32],[33] se sont accumulées. Outre la confirmation visuelle de l'eau grâce à une immense collection d'images, le Gamma Ray Spectrometer (un spectromètre à rayons gamma de la sonde 2001 Mars Odyssey) en orbite a trouvé de la glace juste sous la surface d'une grande partie de la planète[34],[35]. De plus, des études radar ont permis de découvrir de la glace pure dans des formations que l'on croyait être des glaciers[36],[37],[38],[39],[40],[41]. L'atterrisseur Phoenix a mis au jours de la glace lors de son atterrissage, a observé la disparition de blocs de glace[42],[43],[44], a détecté des chutes de neige[45] et a même vu des gouttes d'eau liquide[46],[47],[48].

Il est aujourd'hui généralement admis que Mars a possédé de grandes quantités d'eau très tôt dans son histoire[49], période durant laquelle neige et pluie tombaient sur la planète, créant rivières, lacs et peut-être même océans[50],[51],[52]. De grands dépôts d'argile ont été produits. la vie a peut-être même vu le jour. De grandes surfaces d'eau liquide ont disparu, mais les changements climatiques ont fréquemment déposé de grandes quantités de matériaux riches en eau aux moyennes latitudes[53],[54],[55],[56]. À partir de ces matériaux, des glaciers et d'autres formes de sols gelés ont pu se former. De petites quantités d'eau ont probablement fondu sur des pentes escarpées de temps en temps et produit des ravins[57],[58]. De récentes images ont également permis de détecter des changements annuels sur certaines pentes qui pourraient être dus à de l'eau liquide[59],[60]. Bien que Mars soit actuellement très froide, de l'eau pourrait exister sous forme liquide si elle contient des sels[61]. On s'attend donc à du sel en surface[62].

Dans un article paru dans le Journal of Geophysical Research, les scientifiques ont publié une étude sur le lac Vostok en Antarctique et ont découvert qu'elle pourrait avoir des répercutions sur la présence actuelle d'eau liquide sur Mars. Grâce à leurs recherches, les scientifiques sont venus à la conclusion que si le lac Vostok existait avant que la glaciation ne commence, il est probable que le lac n'ait pas gelé entièrement jusqu'au fond. En raison de cette hypothèse, les scientifiques disent que si l'eau liquide avait existé avant les calottes polaires de Mars, il est probable qu'il y a encore de l'eau liquide en dessous de la calotte glaciaire[63].

Des détails sur la façon dont l'eau a été découverte peuvent être trouvés dans les sections qui suivent sur ​​les divers robots en orbite et ayant atterri qui ont été envoyées vers Mars. En outre, un certain nombre d'éléments de preuves indirectes sont listés ici. Étant donné que plusieurs missions (Mars Odyssey, Mars Global Surveyor, Mars Reconnaissance Orbiter, Mars Express, Mars Opportunity Rover et Mars Curiosity Rover) sont toujours en train de renvoyer des données depuis la planète rouge, des découvertes continuent d'être faites. Une découverte récente, annoncée par les scientifiques de la NASA le 27 septembre 2012, est la découverte par le rover Curiosity de la preuve de l'existence d'un ancien cours d'eau suggérant un « puissant flux » d'eau sur Mars[64],[65],[66].

Résultats des sondes[modifier | modifier le code]

Méandre dans la Scamander Vallis, vu par Mariner 9. De telles images impliquent que de grandes quantités d'eau ont coulé par le passé à la surface de Mars.

Mariner 9[modifier | modifier le code]

Les images prises par Mariner 9 ont permis d'obtenir la première preuve directe d'eau sous la forme de lits de rivières, de canyons (y compris le Valles Marineris, un système de canyons de plus de 4 000 km de long), des preuves d'érosion et de dépôts par de l'eau, des fronts météorologiques, des brouillards ainsi que d'autres éléments[67]. Les découvertes des missions de Mariner 9 ont appuyé le programme Viking à venir. Le gigantesque système de canyons Valles Marineris est nommé d'après Mariner 9 en l'honneur de ses réalisations. Lancée en 1971, sa mission s'est achevée l'année suivante.

Programme Viking[modifier | modifier le code]

En découvrant de nombreuses structures géologiques qui sont formées habituellement à partir de grandes quantités d'eau, les orbiteurs Viking ont révolutionné l'idée qu'on se faisait de l'eau sur Mars. D'immenses vallées fluviales ont été trouvées à de nombreux endroits. Elles ont montré que les crues de l'eau ont franchi des digues, creusé de profondes vallées, érodé la roche mère en formant des sillons et parcouru des milliers de kilomètres[14]. De grandes zones dans l'hémisphère sud possédaientt des réseaux de vallées embranchés, suggérant qu'il y avait eu des pluies. On pense que les flancs de certains volcans ont été exposés à la pluie car ils ressemblent à ceux des volcans hawaiiens[68]. De nombreux cratères ressemble à si l'impacteur était tombé dans de la boue. Lorsqu'ils se sont formés, la glace dans le sol a pu fondre, transformant la terre en boue, laquelle s'est ensuite écoulée en surface[69]. En temps normal, les matériaux issus d'un impact s'élèvent puis redescendent. Ils ne s'écoulent pas sur la surface, contournant les obstacles, comme ils le font sur certains cratères martiens[17],[70],[71]. Des régions, appelées « Terrain chaotique », semblaient avoir rapidement perdu de grands volumes d'eau qui ont formé de grands canaux en aval. La quantité d'eau en cause étaient pratiquement inimaginables, atteignant dix mille fois le débit du Mississippi pour certains écoulements[28]. Un volcanisme souterrain pourrait avoir fait fondre de la glace, l'eau se serait écoulé et le sol se serait effondré, laissant un terrain chaotique.

Les images ci-dessous, parmi les meilleures prises par les orbiteurs Viking, sont des mosaïques de nombreuses petits images en haute résolution.

Givre sur le site d'atterrissage de Viking 2 dans la plaine d'Utopia Planitia.

Les résultats des expériences réalisées par les atterrisseurs Viking suggèrent que de l'eau est présente actuellement sur Mars et qu'elle le fut aussi dans le passé. Tous les échantillons chauffés dans le chromatographe à gaz et spectrométrie de masse (en anglais gas chromatograph mass spectrometer, GSMS) dégageaient de l'eau. Cependant, la façon dont les échantillons ont été manipulés interdit une mesure exacte de la quantité d'eau. Néanmoins, la proportion était de l'ordre de 1 %[72]. Des analyses chimiques générales ont suggéré que la surface avait été exposée à l'eau dans le passé. Certains composés chimiques du sol contenaient du soufre et du chlore comme ceux qui reste après l'évaporation d'eau de mer. Le soufre était plus concentré dans la croûte en surface du sol que dans le gros du sol en dessous. On en conclut donc que la croûte supérieure a été cimentée avec les sulfates qui étaient transportés vers la surface dissoute dans l'eau. Ce processus est usuel dans les déserts sur Terre. Le soufre peut être présent sous forme de sulfates de sodium, magnésium, calcium ou fer. Des sulfures de fer sont également possibles[73] .

En utilisant les résultats obtenus à partir de mesures chimiques, des modèles minéraux suggèrent que le sol pourrait être un mélange d'environ 80 % d'argile riche en fer, environ 10 % de sulfate de magnésium (kiesérite ?), environ 5 % de carbonate (calcite) et environ 5 % d'oxydes de fer (hématite, magnétite, goethite ?). Ces minéraux sont des produits typiques de l'altération de roches ignées mafiques. La présence d'argile, de sulfate de magnésium, de kiesérite, de calcite, d'hématite et de goethite suggèrent fortement que de l'eau était présente à une certaine époque[74]. Les sulfate contiennent de l'eau chimiquement liée (chemically bound water), dont la présence suggère qu'il y avait de l'eau dans le passé. Viking 2 a trouvé des groupes de minéraux similaires. Étant donné que Viking 2 était bien plus au nord, des photos qu'il a prises durant l'hiver montraient du gel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des images de la sonde de la NASA «Mars Reconnaissance Orbiter» indiquent qu'il y aurait dans des canyons sur l'équateur martien de grandes quantités d'eau à l'état liquide, selon Alfred McEwen, professeur de géologie planétaire à l'université d'Arizona à Tucson (Décembre 2013).
  2. Décembre 2013
  3. « Mars Global Surveyor Measures Water Clouds » (consulté le 7 mars 2009)
  4. « Flashback: Water on Mars Announced 10 Years Ago », SPACE.com,‎ 22 juin 2000 (consulté le 19 décembre 2010)
  5. « Science@NASA, The Case of the Missing Mars Water » (consulté le 7 mars 2009)
  6. ISBN 0-312-24551-3
  7. (en) « PSRD: Ancient Floodwaters and Seas on Mars », Psrd.hawaii.edu,‎ 16 juillet 2003 (consulté le 19 décembre 2010)
  8. « Gamma-Ray Evidence Suggests Ancient Mars Had Oceans | SpaceRef - Your Space Reference », SpaceRef,‎ 17 novembre 2008 (consulté le 19 décembre 2010)
  9. (en) M. Carr et J. Head, « Oceans on Mars: An assessment of the observational evidence and possible fate », Journal of Geophysical Research, vol. 108,‎ 2003, p. 5042 (liens DOI? et Bibcode?)
  10. « Water on Mars: Where is it All? » (consulté le 7 mars 2009)
  11. Traduction libre depuis l'anglais : The idea [of liquid water on Mars has] been resolved. It's been resolved by Spirit, it's been resolved by Opportunity, it's been resolved by Curiosity, it's been amply resolved from orbit as well.
  12. (en) William Harwood, « Opportunity rover moves into 10th year of Mars operations », Space Flight Now,‎ January 25, 2013 (consulté le February 18, 2013)
  13. « Water at Martian south pole »,‎ 17 March 2004 (consulté le 29 septembre 2009)
  14. a, b et c « ch4 », History.nasa.gov (consulté le 19 décembre 2010)
  15. (en) K Harrison et R. Grimm, « Groundwater-controlled valley networks and the decline of surface runoff on early Mars », Journal of Geophysical Research, vol. 110,‎ 2005 (liens DOI? et Bibcode?)
  16. (en) A. Howard, Jeffrey M. Moore et Rossman P. Irwin, « An intense terminal epoch of widespread fluvial activity on early Mars: 1. Valley network incision and associated deposits », Journal of Geophysical Research, vol. 110,‎ 2005 (liens DOI? et Bibcode?)
  17. a et b (en) Hugh H. Kieffer, Mars, Tucson, University of Arizona Press,‎ 1992, 2e éd. (ISBN 978-0-8165-1257-7, lien LCCN?, lire en ligne)
  18. (en) « New Signs That Ancient Mars Was Wet », Space.com,‎ 28 octobre 2008 (consulté le 10 février 2013)
  19. (en) « Articles | Was there life on Mars? – ITV News » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Itv.com. Consulté le December 19, 2010
  20. Glotch, T. and P. Christensen. 2005. Geologic and mineralogical mapping of Aram Chaos: Evidence for water-rich history. J. Geophys. Res. 110. DOI:10.1029/2004JE002389
  21. (en) Rossman P. Irwin, Alan D. Howard, Robert A. Craddock et Jeffrey M. Moore, « An intense terminal epoch of widespread fluvial activity on early Mars: 2. Increased runoff and paleolake development », Journal of Geophysical Research, vol. 110,‎ 2005 (liens DOI? et Bibcode?)
  22. (en) C. Fassett et III Head, « Valley network-fed, open-basin lakes on Mars: Distribution and implications for Noachian surface and subsurface hydrology », Icarus, vol. 198,‎ 2008, p. 37–56 (liens DOI? et Bibcode?)
  23. (en) T. Parker, S. M. Clifford et W. B. Banerdt, « Argyre Planitia and the Mars Global Hydrologic Cycle », Lunar and Planetary Science, vol. XXXI,‎ 2000, p. 2033 (lien Bibcode?, lire en ligne [PDF])
  24. (en) H. Heisinger et J. Head, « Topography and morphology of the Argyre basin, Mars: implications for its geologic and hydrologic history », Planet. Space Sci., vol. 50, no 10–11,‎ 2002, p. 939–981 (liens DOI? et Bibcode?)
  25. a et b ISBN 978-0-521-87201-0
  26. (en) J. Moore et D. Wilhelms, « Hellas as a possible site of ancient ice-covered lakes on Mars », Icarus, vol. 154, no 2,‎ 2001, p. 258–276 (liens DOI? et Bibcode?)
  27. (en) C. Weitz et T. Parker, « New evidence that the Valles Marineris interior deposits formed in standing bodies of water », Lunar and Planetary Science, vol. XXXI,‎ 2000, p. 1693 (lien Bibcode?, lire en ligne [PDF])
  28. a et b Morton, O. 2002. Mapping Mars. Picador, NY, NY
  29. (en) JW Head, G Neukum, R Jaumann, H Hiesinger, E Hauber, M Carr, P Masson, B Foing et H Hoffmann, « Tropical to mid-latitude snow and ice accumulation, flow and glaciation on Mars », Nature, vol. 434, no 7031,‎ 2005, p. 346–350 (liens PubMed?, DOI? et Bibcode?)
  30. Head, J. and D. Marchant. 2006. Evidence for global-scale northern mid-latitude glaciation in the Amazonian period of Mars: Debris-covered glacial and valley glacial deposits in the 30 - 50 N latitude band. Lunar. Planet. Sci. 37. Abstract 1127
  31. Head, J. and D. Marchant. 2006. Modifications of the walls of a Noachian crater in Northern Arabia Terra (24 E, 39 N) during northern mid-latitude Amazonian glacial epochs on Mars: Nature and evolution of Lobate Debris Aprons and their relationships to lineated valley fill and glacial systems. Lunar. Planet. Sci. 37. Abstract 1128
  32. Head, J., et al. 2006. Modification if the dichotomy boundary on Mars by Amazonian mid-latitude regional glaciation. Geophys. Res Lett. 33
  33. Garvin, J. et al. 2002. Lunar Planet. Sci: 33. Abstract # 1255.
  34. (en) « Mars Odyssey: Newsroom », Mars.jpl.nasa.gov,‎ May 28, 2002 (consulté le December 19, 2010)
  35. (en) W. C. Feldman, « Global distribution of near-surface hydrogen on Mars », J. Geographical Research, vol. 109,‎ 2004 (liens DOI? et Bibcode?)
  36. (en) « Radar evidence for ice in lobate debris aprons in the mid-northern latitudes of Mars », Planetary.brown.edu (consulté le 10 février 2013)
  37. Head, J. et al. 2005. Tropical to mid-latitude snow and ice accumulation, flow and glaciation on Mars. Nature: 434. 346-350
  38. (en) Source: Brown University Posted Monday, October 17, 2005, « Mars' climate in flux: Mid-latitude glaciers | SpaceRef - Your Space Reference », Marstoday.com,‎ 17 octobre 2005 (consulté le 10 février 2013)
  39. (en)  , « Glaciers Reveal Martian Climate Has Been Recently Active | Brown University News and Events », News.brown.edu,‎ 23 avril 2008 (consulté le 10 février 2013)
  40. Plaut, J. et al. 2008. Radar Evidence for Ice in Lobate Debris Aprons in the Mid-Northern Latitudes of Mars. Lunar and Planetary Science XXXIX. 2290.pdf
  41. Holt, J. et al. 2008. Radar Sounding Evidence for Ice within Lobate Debris Aprons near Hellas Basin, Mid-Southern Latitudes of Mars. Lunar and Planetary Science XXXIX. 2441.pdf
  42. Bright Chunks at Phoenix Lander's Mars Site Must Have Been Ice – Official NASA press release (June 19, 2008)
  43. (en) A. j. s. Rayl, « Phoenix Scientists Confirm Water-Ice on Mars », The Planetary Society web site, Planetary Society,‎ June 21, 2008 (consulté le June 23, 2008)
  44. (en) « Confirmation of Water on Mars », Nasa.gov,‎ June 20, 2008 (consulté le December 19, 2010)
  45. (en) J. Witeway, L Komguem, C Dickinson, C Cook, M Illnicki, J Seabrook, V Popovici, TJ Duck et R Davy, « Mars Water-Ice Clouds and Precipation », Science, vol. 325, no 5936,‎ 2009, p. 68–70 (liens PubMed?, DOI? et Bibcode?)
  46. (en) « Liquid Saltwater Is Likely Present On Mars, New Analysis Shows », Sciencedaily.com,‎ 20 mars 2009 (consulté le 20 août 2011)
  47. ISBN 978-1-60598-176-5
  48. (en) Nilton O. Rennó, Brent J. Bos, David Catling, Benton C. Clark, Line Drube, David Fisher, Walter Goetz, Stubbe F. Hviid et Horst Uwe Keller, « Possible physical and thermodynamical evidence for liquid water at the Phoenix landing site », Journal of Geophysical Research, vol. 114,‎ 2009 (liens DOI? et Bibcode?)
  49. (en) Staff, « Ancient Mars Water Existed Deep Underground », Space.com,‎ July 2, 2012 (consulté le July 3, 2012)
  50. Forget, F., et al. 2006. Planet Mars Story of Another World. Praxis Publishing, Chichester, UK. ISBN 978-0-387-48925-4
  51. Carr, M. 2006. The Surface of Mars. Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-87201-0
  52. Craddock, R. and A. Howard. 2002. The case for rainfall on a warm, wet early Mars. J. Geophys. Res 107: E11.
  53. Head, J., et al. 2006. Extensive valley glacier deposits in the northern mid-latitudes of Mars: Evidence for the late Amazonian obliquity-driven climate change. Earth Planet. Sci. Lett. 241. 663-671
  54. Madeleine, J. et al. 2007. Mars: A proposed climatic scenario for northern mid-latitude glaciation. Lunar Planet. Sci. 38. Abstract 1778.
  55. Madeleine, J. et al. 2009. Amazonian northern mid-latitude glaciation on Mars: A proposed climate scenario. Icarus: 203. 300-405.
  56. Mischna, M. et al. 2003. On the orbital forcing of martian water and CO2 cycles: A general circulation model study with simplified volatile schemes. J. Geophys. Res. 108. (E6). 5062.
  57. Martian gullies could be scientific gold mines. Leonard David, 11/13/2006.
  58. (en) JW Head, DR Marchant et MA Kreslavsky, « Formation of gullies on Mars: Link to recent climate history and insolation microenvironments implicate surface water flow origin », PNAS, vol. 105, no 36,‎ 2008, p. 13258–63 (liens PubMed?, PubMed Central?, DOI? et Bibcode?)
  59. (en) « NASA Finds Possible Signs of Flowing Water on Mars », voanews.com (consulté le August 5, 2011)
  60. (en) « Is Mars Weeping Salty Tears? », news.sciencemag.org (consulté le August 5, 2011)
  61. (en) « Mars Gullies May Have Been Formed By Flowing Liquid Brine », Sciencedaily.com,‎ 15 février 2009 (consulté le 10 février 2013)
  62. (en) MM Osterloo, VE Hamilton, JL Bandfield, TD Glotch, AM Baldridge, PR Christensen, LL Tornabene et FS Anderson, « Chloride-Bearing Materials in the Southern Highlands of Mars », Science, vol. 319, no 5870,‎ 2008, p. 1651–1654 (liens PubMed?, DOI? et Bibcode?)
  63. N. S. Duxbury, I. A. Zotikov, K. H. Nealson, V. E. Romanovsky et F. D. Carsey, « A numerical model for an alternative origin of Lake Vostok and its exobiological implications for Mars », Journal of Geophysical Research, vol. 106,‎ 2001, p. 1453 (liens DOI? et Bibcode?, lire en ligne)
  64. (en) Dwayne Brown, Steve Cole, Guy Webster et D.C. Agle, « NASA Rover Finds Old Streambed On Martian Surface », NASA,‎ September 27, 2012 (consulté le September 28, 2012)
  65. (en) NASA, « NASA's Curiosity Rover Finds Old Streambed on Mars - video (51:40) », NASAtelevision,‎ September 27, 2012 (consulté le September 28, 2012)
  66. (en) Alicia Chang, « Mars rover Curiosity finds signs of ancient stream », Associated Press,‎ 27 septembre 2012 (lire en ligne)
  67. (en) « Mars Exploration: Missions » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Marsprogram.jpl.nasa.gov. Consulté le December 19, 2010
  68. (en) « ch5 », History.nasa.gov (consulté le December 19, 2010)
  69. « ch7 », History.nasa.gov (consulté le December 19, 2010)
  70. Raeburn, P. 1998. Uncovering the Secrets of the Red Planet Mars. National Geographic Society. Washington D.C.
  71. Moore, P. et al. 1990. The Atlas of the Solar System. Mitchell Beazley Publishers NY, NY.
  72. (en) R Arvidson, James L. Gooding et Henry J. Moore, « The Martian surface as Imaged, Sampled, and Analyzed by the Viking Landers », Review of Geophysics, vol. 27,‎ 1989, p. 39–60 (liens DOI? et Bibcode?)
  73. (en) B. Clark, AK Baird, HJ Rose Jr, 3rd Toulmin P, K Keil, AJ Castro, WC Kelliher, CD Rowe et PH Evans, « Inorganic Analysis of Martian Samples at the Viking Landing Sites », Science, vol. 194, no 4271,‎ 1976, p. 1283–1288 (liens PubMed?, DOI? et Bibcode?)
  74. (en) A. Baird, 3rd Toulmin P, BC Clark, HJ Rose Jr, K Keil, RP Christian et JL Gooding, « Mineralogic and Petrologic Implications of Viking Geochemical Results From Mars: Interim Report », Science, vol. 194, no 4271,‎ 1976, p. 1288–1293 (liens PubMed?, DOI? et Bibcode?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]