Nazisploitation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La nazisploitation ou nazi porn est un type de film d'exploitation et de sexploitation incluant des nazis commettant des actes criminels de nature sexuelle souvent dans des camps de concentration. La majorité met en scène des femmes en prison, souvent dans des camps d'extermination ou des maisons closes nazies, avec des traits sadique et gore.

Un genre développé dans les années 1970[modifier | modifier le code]

Selon Fabrice d'Almeida, le film initiateur du genre serait, après Portier de nuit de Liliana Cavani (1973), Ilsa, She Wolf of the SS de Don Edmonds (de) (1975). Des producteurs européens, majoritairement d'Italie, ont ensuite produit une douzaine de films similaires, dont en particulier : SS experiment camp (Sergio Garrone, 1976), L'ultima orgia del III Reich (alias Last Orgy of the Third Reich, Cesare Canevari, 1977), La Bestia in Calore (alias The Beast in Heat et SS Hell Camp, Luigi Batzella, 1977), Hôtel du plaisir pour SS (Bruno Mattei, 1977), Train spécial pour SS (alias Hitler's Lust Train, Love Train for The SS, Alain Payet, 1977) et enfin Salon Kitty de Tinto Brass (1977)[1]. Tandis que les séries Ilsa et Salon Kitty étaient profitables, les autres films étaient majoritairement des échecs au box-office et le genre s'est éteint au milieu des années 1980.

Pour Fabrice d'Almeida, « Tant de films [...] ont montré la perversion du nazisme à travers la vie sexuelle et le dévoiement de l'intimité qu'une image erronée du régime s'est forgée [...] Au terme de cette vision, le nazisme serait un régime dans lequel les relations sexuelles étaient débridées, générales, obsessionnelles, avec une dimension sado-masochiste[2]. »

Pornographie nazie[modifier | modifier le code]

Les films pour adultes ont également exploité les scénarios nazis pour y apporter un "plus" pornographique comme Bordel SS (1978) de José Bénazéraf et Salon Kitty (1976) de Tinto Brass ou sadomasochiste dans les films des années 1970 et 1980 ; ces exemples incluent Hot Nazis des Mitchell brothers, Nazi Love Island et Hitler's Harlot. L'un de ces derniers films est Stalag 69 (1982) avec Angelique Pettyjohn.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrice d'Almeida, La vie mondaine sous le nazisme, Paris, Perrin,‎ 2008, 529 p. (ISBN 978-2-262-02828-2), p. 274-275.
  2. Fabrice d'Almeida, La vie mondaine sous le nazisme, Paris, Perrin,‎ 2008, 529 p. (ISBN 978-2-262-02828-2), p. 275.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]