Toux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toux
Classification et ressources externes
Pertussis.jpg
Un garçon pris d'une toux sévère.
CIM-10 R05
CIM-9 786.2
MedlinePlus 003072
eMedicine ENT/1048560 
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La toux est une contraction spasmodique soudaine et souvent répétitive, de la cavité thoracique humaine, dont résulte une expulsion violente d'air des poumons, et usuellement accompagnée d'un son distinctif. La toux est d'habitude déclenchée pour se débarrasser d'une accumulation de mucosités dans les voies aériennes ; l'air peut se déplacer dans ce passage jusqu'à une vitesse de 480 km/h[réf. nécessaire]. La toux peut également être induite par un bol alimentaire entrant dans la trachée au lieu de l'œsophage, par une déficience de l'épiglotte. Une toux fréquente ou chronique indique en général la présence d'une maladie.

Mécanisme[modifier | modifier le code]

La toux consiste à bloquer la circulation de l'air dans les voies aériennes par fermeture volontaire de la glotte, puis à augmenter la pression intra-thoracique par contraction des muscles respiratoires. Cela entraîne une augmentation de la pression de l'air piégé dans les voies aériennes. Un relâchement rapide de la glotte permet une expulsion de l'air à haute vitesse du fait de cette pression, entraînant avec lui les éléments éventuellement présents dans les voies aériennes.

Toux chronique[modifier | modifier le code]

Une toux est dite chronique, si après plusieurs semaines elle ne disparait pas spontanément. C'est alors un signe d'alerte pour le médecin[1].
C'est la première raison de consultation pour 6 % des consultations de médecine générale et 10 % à 30 % des consultations de pneumologie.

80 % des toux chroniques ont une cause identifiée par le malade et/ou le médecin … et amélioré par un traitement adapté dans 75 % des cas.
Les 20 % restant sont associés à un « syndrome d’hyper-réactivité sensorielle des voies aériennes », souvent, sans doute à tort, attribué à une réaction psychosomatique. Le Dr Roger Escamilla[2] estime qu'en fait, quand ces patients sont examinés par des spécialistes, ces derniers « finissent toujours par trouver une cause à leur problème, et à les traiter dans bien des cas »[1].

Hygiène[modifier | modifier le code]

Les gouttelettes de salive projetées (gouttelettes de Plüge[3]) font de la toux et de l'éternuement des facteurs de contagion. On protège son entourage des germes pathogènes en toussant contre son bras et non dans sa main, qui est un important vecteur de contamination.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La toux concerne environ 20 % de la population générale, elle représente 20 % des consultations en pneumologie et 5 % des nouvelles consultation en médecine générale[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Source : 16e congrès de pneumologie de langue française à Lyon, le 30 janvier 2012. Qu'y a-t-il derrière une toux chronique ?, 2012-01-31
  2. pneumologue à l’hôpital Dominique Larrey de Toulouse
  3. Images de la capture de gouttelettes lors d'un éternuement sur le site du figaro.fr lire en ligne
  4. Cahier des ECN : Pneumologie, D. Montani, C. Tcherakian, Ed. Masson, 2009